De quelques textes hébreux de la Renaissance (2/2)

Billet rédigé par Bastien Rissoan (Université de technologie de Darmstadt)

La première partie de cet article a présenté en détail la plus ancienne grammaire hébraïque de la BU de l’Arsenal à Toulouse. Nous vous proposons maintenant un survol des ouvrages les plus remarquables traitant de l’hébreu au 16e siècle.

Un dictionnaire de 1525 par Sebastian Münster

Toulouse, BU de l’Arsenal, Resp 42690

Sebastian Münster (Ingelheim1488 – Bâle 1554) appartient à la seconde génération de l’humanisme allemand. D’abord ordonné frère franciscain, il apprend l’hébreu auprès du professeur allemand Konrad Pellikan (1478-1556) et du rabbin Elias Levita (1469-1548) et enseigne à l’université de Heidelberg. Il adopte la Réforme luthérienne en 1529 pour devenir professeur à l’université de Bâle, alors un grand centre de l’humanisme et de l’imprimerie. Il publie de nombreux ouvrages de cosmographie, de mathématique, et d’hébreu.

Sur Tolosana se trouve un exemplaire de son Dictionarium hebraicum ex rabbinorum commentariis collectum 1, publié en 1525 à Bâle chez le grand imprimeur humaniste et ami d’Erasme Johann Froben.

Toulouse, BU de l’Arsenal, Resp 42690

Cet exemplaire (coté Resp 42690), a appartenu au couvent des dominicains de Toulouse, puis à la bibliothèque de la ville, avant d’être versé en 1866 à la bibliothèque de l’archevêché puis attribué à la bibliothèque universitaire de Toulouse suite à la loi de séparation des Églises et de l’Etat (1905).

Il s’agit d’un dictionnaire des principales racines étymologiques de l’hébreu, qui doit beaucoup aux hébraïstes David Kimhi (v. 1160-v. 1235) et Johann Reuchlin (1455-1522).

Münster évoque Reuchlin dès la première ligne de sa préface : 

Voilà déjà deux ans révolus, cher lecteur, qu’à la suite de l’incomparable maître d’une érudition trilingue, Johann Reuchlin, je construis un dictionnaire de l’hébreu, et en partie de l’araméen, pour l’usage commun des étudiants, recueillant parmi tous les livres que j’ai entre les mains, année après année, autant qu’il me semble utile à cette entreprise2.

Ce dictionnaire est plus complexe que les rudimenta de Reuchlin : il ne s’adresse pas aux débutants et ne reprend pas les bases. La première préface de Münster est écrite directement en hébreu, sans traduction. Les entrées du dictionnaire sont constituées par les racines des mots (radices), et les articles développent le vocabulaire dérivé de chaque racine (cum derivatis).

Une introduction à l’hébreu de 1540

Toulouse, BU de l’Arsenal, Res Mn 5245/2

Un second ouvrage de Münster est la seconde édition d’Isagoge elementalis perquam succincta in hebraicam linguam3, qui comme son titre l’indique, est un petit traité pour les débutants. Cet exemplaire est également annoté, et on peut cette fois-ci émettre des hypothèses sur l’annotateur.

Il est a été relié avec d’autres textes par l’écrivain et magistrat français François d’Amboise (1550-1619), avant d’intégrer la bibliothèque du Couvent Notre-Dame de Nazareth des pénitents réformés du tiers-ordre de Saint-François (Paris), puis au 19e siècle la bibliothèque de la Faculté de Théologie protestante de Montauban.

La page dédiée au calendrier hébreu permet de dater les annotations. Münster écrit dans son texte que l’année 1535 équivaut à l’année 5295 dans le calendrier hébreu. L’annotateur, qui par curiosité veut savoir en quelle année hébraïque il lit ce livre, fait en marge le calcul suivant : 35 [c’est-à-dire 1535] + 65 + 19 = 119 [c’est-à-dire 1619].

35 + 65 + 19 = 84

5295 + 84 = 5379

Toulouse, BU de l’Arsenal, Res Mn 5245/2

L’annotation date donc de 1619 (5379 selon le calendrier hébreu) : il s’agirait soit de François d’Amboise peu avant sa mort, soit de la personne ayant hérité du livre.

Parmi les nombreuses notes, on peut citer l’exercice de traduction proposé par Münster aux feuillets b4 et b5 ; une traduction du chapitre 2 de l’Evangile de Matthieu, le Sermon sur la montagne. Ce texte issu du Nouveau Testament n’est à l’origine pas en hébreu mais en grec ancien. L’annotateur s’acquitte de la traduction dans la marge : son texte latin n’est ni tout à fait celui de la Vulgate, la version « officielle » de l’Eglise, ni celui d’autres version célèbres comme celle d’Erasme. 

Toulouse, BU de l’Arsenal, Res Mn 5245/2

De belles éditions de l’Ancien Testament par l’imprimeur parisien Robert Estienne

Portrait de Robert Estienne

Robert Estienne est probablement l’imprimeur français le plus célèbre de sa génération (1503-1559). Il était réputé tant pour la qualité intellectuelle de ses éditions que pour leur beauté graphique : il a notamment travaillé directement avec le typographe Claude Garamont. Il fut nommé en 1539 « Imprimeur du Roy » pour l’hébreu et le latin, en 1542 pour le grec. Proche des cercles protestants et souvent inquiété par les autorités religieuses parisiennes, il est protégé par François Ier – mais part pour Genève dès la mort de ce dernier, où il embrasse ouvertement le calvinisme.

La BU de l’Arsenal de l’Université Toulouse Capitole possède plusieurs très belles éditions de textes de l’Ancien Testament en hébreu par Robert Estienne. Ces éditions sont unilingues. Deux d’entre elles sont assorties du commentaire du rabbin médiéval David Kimhi, que nous avons déjà cité.

Elles sont souvent abondamment annotées : traductions mot-à-mot dans les interlignes, traductions plus fournies ou commentaires à proprement parler dans les marges. Les annotateurs ne sont pas clairement identifiés, mais ces exemplaires ont la particularité de porter les marques de plusieurs possesseurs, dont un certain Varnier, professeur en Sorbonne, ou Pierre Bouchet, diacre de Saint-Etienne-du-Mont, et de plusieurs couvents. Ils ont été ensuite confisqués à la Révolution puis sélectionnés pour constituer le fond de la Faculté de Montauban.

Le texte exclusivement en hébreu et l’extrême richesse des commentaires ne nous permettent pas de présenter en détail chaque texte, aussi laisserons nous les images parler d’elles-mêmes :

Aggée” (avec le commentaire de David Kimhi), 1539 (Toulouse, BU de l’Arsenal, Resp Mn 2383/2)


Provenances : Antoine Taffin, Pierre Bouchet, Monastère des Blancs-Manteaux (Paris), Faculté de Théologie protestante de Montauban.

“Jonas” (avec le commentaire de David Kimhi), 1540 (Toulouse, BU de l’Arsenal, Res Mn 5089/6)


Provenances : Guillaume de Bordeaux, Antoine Taffin, Pierre Bouchet, Bibliothèque du Couvent Notre-Dame Bibliothèque Couvent Notre-Dame de Nazareth des pénitents réformés du tiers-ordre de Saint-François (Paris), Monastère des Blancs-Manteaux, Bibliothèque de la Faculté Théologie protestante de Montauban.

Job”, 1541 (Toulouse, BU de l’Arsenal, Res Mn 10835)


Provenances : Bibliothèque Congrégation de la Mission (Paris), Bibliothèque Faculté de Théologie protestante de Montauban.

Ezechiel”, 1542 (Toulouse, BU de l’Arsenal, Res Mn 5081)


Provenances : Varnier, Antoine Taffin, Pierre Bouchet, Monastère des Blancs-Manteaux, Congrégation de la mission, Faculté de Théologie de Montauban.

Ces livres du 16e siècle, en hébreu ou traitant de l’hébreu, forment un corpus précieux et significatif. Les annotations et les signatures des anciens possesseurs portent la marque d’une histoire riche, celle du dialogue interreligieux et de la tolérance envers le judaïsme, mais aussi de l’histoire des études bibliques et des échanges et de la culture commune entre la Réforme et la Contre-Réforme. Loin d’avoir livré tous leurs secrets, ils mériteraient des études plus poussées – c’est tout ce que les bibliothécaires en charge de ces collections souhaitent.

Billet rédigé par Bastien Rissoan lors d’un stage au SICD de Toulouse

 

Pour en savoir plus :

Gilbert Dahan et Annie Noblesse-Rocher (dir.) Les hébraïsants chrétiens en France au XVIe siècle, Paris : Droz, 2018 

Saladin, Jean-Christophe Saladin. “Lire Reuchlin lire la Bible”, Revue de l’histoire des religions, n°3, 2005, p. 287-320 [en ligne]

Hutten, Ulrich von, Lettres des hommes obscurs. Paris : Les Belles Lettres, 2004

Reuchlin, Johann [trad. Et ed. Worstmann Peter], Recommendation Whether to Confiscate, destry, and Burn all Jewish Books. A Classic Treatise Against Anti-semitism, New York : Paulist Press, 2000

Lefèvre, Joël et Margolin, Jean-Claude (dir.). L’Humanisme allemand (1480-1540). Paris : Vrin ; Munich : Fink, 1979

 

 

  1. Dictionnaire de l’hébreu d’après les commentaires rabbiniques.. []
  2. Elapsi sunt iam duo anni lector optime,quod post illum incomparabilem trilingius eruditionis antistitem, Ioannem Reuchlinum, in publicam studiosorum utilitatem aedidimus Hebraicarum, & partim Chaldaicarum uocum dictionarium, p. 1. Traduction personnelle. []
  3. « Introduction élémentaire et très succincte à la langue hébraïque », trad. personnelle []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search