De quelques textes hébreux de la Renaissance ou la circulation des livres entre protestants et catholiques (1/2)

Billet rédigé par Bastien Rissoan (Université de technologie de Darmstadt)

J. Reuchlin. De rudimenentis hebraicae, 1506 (Toulouse, BU de l’Arsenal, Resp Mn 1723)

Parmi le corpus des livres annotés numérisés sur Tolosana figurent plusieurs traités ou livres en hébreu de la Renaissance. Ils proviennent en grande partie des fonds de la bibliothèque de la faculté protestante de Montauban.

Cela s’explique : l’apprentissage de l’hébreu fait en effet partie de la formation des pasteurs, et l’histoire de ces livres est très liée au désir de retour au texte biblique propre à la Réforme. Le rôle de la Réforme permet aussi d’expliquer la présence de nombreuses éditions d’origine allemande dans ce fond.

Néanmoins, la bibliothèque de la faculté protestante de Montauban, faculté d’État à partir de 1809, s’est constituée sur la base des confiscations révolutionnaires des biens de l’Église : ces livres ont donc transité par des institutions catholiques.  Estampilles et Pontuseaux vous propose donc aujourd’hui de présenter ces livres qui circulent « entre les confessions », en commençant par le texte le plus ancien.

La première grammaire hébraïque publiée par un chrétien : le De rudimentis hebraicae de Johann Reuchlin (1506)

Toulouse, BU de l’Arsenal, Resp Mn 1723

L’affaire Reuchlin

Statue de Reuchlin dans sa ville natale, Pforzheim ; Bronze, Ernst Rietschel, 1868

Johann Reuchlin (1455-1522) – dont on célèbre cette année le 500e anniversaire de la mort – est une des grandes figures de la première génération de l’humanisme allemand antérieur à la Réforme. Né en 1455 à Pforzheim, dans le sud-ouest de l’Allemagne, il étudie les arts, le grec, puis le droit à Fribourg en Brisgau, Orléans et Poitiers. Conseiller ducal, juge de la cour de Souabe, érudit admiré, il se procure des textes lors de voyages en Italie et entreprend d’apprendre auprès de rabbins l’hébreu et l’araméen, ce qui chez les érudits de son époque est peu commun.

L’empereur, qui l’anoblit en 1493, l’encourage dans ses études en lui faisant cadeau d’une bible manuscrite et enluminée en hébreu, qui avait coûté 300 ducats – l’équivalent d’un an et demi de son salaire.

L’épisode le plus célèbre de la vie de Reuchlin concerne les querelles de 1510-1520 sur la question des livres juifs, affaire qui donne du relief à l’histoire de la grammaire présentée ici.

A Cologne, Mayence ou Francfort, écrits contre les Juifs, confiscations et destructions de biens et de livres se multiplient. Reuchlin est chargé par l’Empereur en 1509 d’une commission. Son opposition passionnée aux actes d’antisémitisme, notamment dans un texte de 15111 qui rappelle que les Juifs sont « citoyens d’Empire » et « frères » des chrétiens, et son refus catégorique de toute forme d’autodafé, lui occasionnent de sérieux ennuis auprès de l’Inquisition de Mayence et des dominicains de Cologne, ainsi qu’une condamnation en 1513.

Reuchlin ne paraît pas au procès et en appelle au soutien de Rome. Une véritable levée de bouclier de tous les humanistes allemands a lieu : dans l’atmosphère de tensions qui précède les conflits ouverts de Luther avec la papauté (1517), Ulrich von Hütten (1488-1523) écrit par exemple une série de pastiches restés célèbres, les Lettres des hommes obscurs, qui ridiculisent les dominicains – c’est-à-dire également une grande partie des universités et des doctrines canoniques qui y sont enseignées, ainsi que l’Inquisition  – non seulement à Cologne, mais dans toute la Chrétienté.  

Si l’Empereur et le Vatican, par l’intermédiaire du Ve Concile du Latran, donnent quelques années plus tard largement à raison à Reuchlin sur le fond, son texte de 1511 est déclaré « scandaleux » et Reuchlin lui-même, bien que plutôt opposé au mouvement de schisme de Luther mais devenu une figure trop exposée, est interdit de publier par décision papale en 1520 – une semaine après la bulle Exsurge domine contre Luther. 

Les rudimenta linguae hebraicae

Armes de Reuchlin gravées (Toulouse, BU de l’Arsenal, Resp Mn 1723)

Les rudimenta linguae hebraicae sont publiés bien avant ces événements, en 1506, chez l’imprimeur et graveur humaniste Thomas Anshelm (1470– 1524 ). Il s’agit de la première grammaire hébraïque publiée en occident par un chrétien. Ce manuel s’organise en trois livres, dont les deux premiers sont un dictionnaire et le troisième une grammaire à proprement parler :

« Le premier traitera des lettres, des syllabes et des mots, jusqu’aux mots qui commencent par K, le second des mots qui commencent par L jusqu’à la fin du dictionnaire, le troisième de l’art de la grammaire et de son apprentissage 2.

Le livre présente quelques particularités dues au sens de lecture de l’hébreu, de droite à gauche. C’est donc en ouvrant le livre selon l’usage hébraïque (c’est à dire “à l’envers” par rapport à l’usage occidental) que l’on trouve la première page. Celle-ci porte la mention Principium libri (début du livre), la dernière portant Fines libri (fin du livre) . Le titre courant De rudimentis hebraicis se trouve sur le verso de la “page de titre”.

Cependant, à la fin du livre selon la disposition hébraïque, avant la page mentionnant Fines libri, on trouve une magnifique gravure des armes de Reuchlin, une lettre de recommandation de l’érudit Simler ainsi que la préface, qui sont en général plutôt des pièces liminaires, placées en début des livres. Le volume s’organise ainsi en quelque sorte de droite à gauche mais aussi de gauche à droite.

Un poème, sur la dernière page, s’en explique :

RÈGLE :

Ce livre ne doit pas se lire comme les autres,

Tiens la face de la main gauche et le dos de la main droite,

Celles que tu trouveras en latin,

Lis-les à la façon latine, mais quand il y en a en hébreu, Il faut les lire de droite à gauche 3.

Etant donné que le texte est majoritairement en latin, et que donc le sens de lecture des pages est de gauche à droite,  il pourrait s’agit là uniquement d’une coquetterie de l’auteur.

Pionnier d’une approche philologique du texte biblique, Reuchlin n’est pas un partisan de la traduction. Il entend au contraire rendre le texte hébreu le plus accessible possible et sa perspective n’est pas aristocratique ou élitiste selon les standards de son époque : on peut remarquer qu’il fait l’éloge discret des éditions à bas prix, accessibles, qui se vendent alors en Italie4. Le principal modèle hébraïque de Reuchlin est un ouvrage nommé Mikhlol, du rabbin et commentateur biblique David Kimhi, qui vécut entre 1160 et 1235 à Narbonne, en Languedoc. C’est une œuvre monumentale dont l’influence perdure jusqu’au 19e siècle, composée également d’une grammaire et d’un dictionnaire d’hébreu biblique. Néanmoins, il prend aussi pour modèle les écrits de grammaires en latins et grecs : il entend en effet  « expliquer la langue hébraïque aux chrétiens à la manière des grammairiens5. » Le grade de grammairien dans le système scolaire médiéval équivaut à celui d’instituteur et ces textes sont très familiers à ses lecteurs.

La lecture des textes sacrés en langue originale est pour Reuchlin une réelle entreprise spirituelle, qui intervient dans l’idée omniprésente à son époque d’un renouveau des pratiques religieuses :

Puisque la trop grande familiarité de leur lecture quotidienne les a rendues repoussantes, nous trouverons nous-mêmes la manière nouvelle et originelle de dire les divines Ecritures, telles qu’elles ont été prononcées par la bouche de Dieu, et cela nous remplira assurément d’une admiration particulière pour cette étude inouïe tout autant que récente6. »

Pour Reuchlin beaucoup plus que pour tous ses contemporains, l’hébreu est une langue sacrée, et brûler les livres hébreux pour des motifs religieux un contresens absolu. Les mots « repoussant » (explosa) ou « fastidieux » (fastidium) appliqués à la lecture traditionnelle de la Vulgate – pratiqué notamment dans les écoles, études et les monastères – sont étonnamment provocateurs.

Quel impact a eu cette grammaire ? C’est en tout cas, pour un livre de cette époque, un titre bien représenté dans les bibliothèques européennes, ce qui atteste de sa diffusion.

Les deux exemplaires conservés à la BU de l’Arsenal

Toulouse, BU de l’Arsenal, Resp Mn 1723, p. 600, annotateur inconnu

L’intérêt des deux exemplaires de la BU de l’Arsenal réside dans leur histoire particulière : celui coté Resp Mn 1723 provient de la bibliothèque de la Faculté de Montauban, et le Resp 4927, provient de la bibliothèque municipale de Villefranche de Rouergue. 

Comme il n’est pas surprenant pour un support de travail, ils ont été à plusieurs endroits soulignés et annotés, probablement par des étudiants. L’annotateur de Resp Mn 1723 semble se contenter de reprendre en marge des définitions ou des mots clés du texte et s’exercer à la graphie de l’hébreu. Un exemple de note  :

Caph in fine dictionis valet Chi graecum (Caph à la fin d’un mot est équivalent au chi grec), p. 227.

Toulouse, BU de l’Arsenal, Resp 4927

Les annotateurs ne sont malheureusement pas identifiés. La marque de possession la plus ancienne de l’exemplaire de Montauban est l’ex-libris manuscrit du monastère des Anges gardiens des feuillants, fondé en 1577 à Paris8. Il n’est pas exclu que ce soient les moines catholiques eux-mêmes qui aient consulté cet ouvrage pour l’apprentissage de l’hébreu, malgré la mention manuscrite « autor iste est haereticus » ! Malgré les luttes confessionnelles et les guerres de religion, une certaine culture érudite est commune aux différentes confessions et les ouvrages circulent. Le fond ancien de la bibliothèque de Villefranche de Rouergue s’est également constitué sur la confiscation des biens d’Église à la Révolution, malheureusement l’exemplaire ne porte pas de marque de provenance autre que celle du professeur bordelais Claude Budin (… – 1545).

On peut également citer un autre ouvrage de Reuchlin dont un exemplaire est numérisé sur Tolosana :

Reuchlin Johann, De arte cabbalistica, Haguenau, Setzer, 1530, Ex. Resp 4866 provenant du Collège des Pères de la Doctrine chrétienne de Villefranche-de-Rouergue

Pour en savoir plus

Jean-Christophe Saladin, « Lire Reuchlin lire la Bible », Revue de l’histoire des religions, 3 | 2005, 287-320. En ligne

A suivre…



Citer ce billet
estampilles et pontuseaux (2022, 14 octobre). De quelques textes hébreux de la Renaissance ou la circulation des livres entre protestants et catholiques (1/2). Estampilles et Pontuseaux. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ojgr

  1. Der Augenspiegel, 1511, dont la première traduction française vient de paraître sous le titre Les Bésicles (Augenspiegel) aux éditions des Belles Lettres sous la direction de Jean-François Saladin []
  2. Tribus itaque voluminibus totum negotium, adjuvante Deo, conficiam : primum erit de literis, syllabis, dictionibus, usque ad ea vocabula, quæ a K incipiunt, secundum de dictionibus inchoantibus ab L usque ad finem vocabularii, tertium de arte grammatica et ejus exercitatione. Traduction de J.C. Saladin dans : « Lire Reuchlin lire la Bible », Revue de l’histoire des religions, 3 | 2005, 287-320 []
  3. Traduction légèrement modifiée de J.C. Saladin. Le lecteur ayant ouvert le livre selon l’usage “latin” est ainsi prévenu qu’il a ouvert le livre “à l’envers” []
  4. « Or, voilà qu’on imprime des Bibles en hébreu un peu partout en Italie, que chacun peut facilement acheter à bas prix s’il le désire. » Rudimenta, p. 1, Trad. J.-C. Saladin. Reuchlin s’était procuré un exemplaire d’une édition de 1488 par Joshua Salomon Soncino pour six ducats d’or lors de son séjour à Rome en 1492. C’est 50 fois moins que la bible manuscrite que lui avait offert l’empereur. []
  5. Linguam hebraicam grammaticorum more christianis demonstraret (Rudimenta, p. 1). Traduction personnelle. []
  6. Extrait de la préface de Reuchlin, Traduction de J.C. Saladin []
  7. Le Chi grec équivaut au son de la lettre « j » en  espagnol. []
  8. On note qu’il est apposé sur la page où figurent les armes de Reuchlin, c’est-à-dire à la fin du livre selon le sens d’ouverture hébraïque []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search