La publication des Varia opera mathematica de Fermat : hommage d’un fils à son père

A l’occasion de la parution des actes du colloque “Nouveaux regards sur Pierre de Fermat”, organisé en 2018 par l’Académie des sciences, inscriptions et belles lettres de Toulouse1, nous vous proposons de découvrir une aventure éditoriale singulière, la publication posthume en 1679 à Toulouse des Varia opera mathematica de Pierre de Fermat.  

Académie des Sciences Inscriptions et Belles lettres, Toulouse

A la mort de Fermat en 1665, ses travaux sont connus de la communauté scientifique, mais il n’a quasiment rien publié, à part un opuscule paru à Toulouse en 1660, De linarum curvarum cum lineis rectis comparatione2. Il avait pourtant accepté à la fin de sa vie l’idée d’une publication de ses oeuvres, qui n’avait pas pu aboutir. C’est son fils aîné, Samuel, qui se charge de ce travail, après avoir rassemblé non sans mal une partie des écrits de son père. Cette publication a lieu à Toulouse, en deux étapes: en 1670, les Arithmeticorum libri sex de Diophante augmentées des commentaires de Pierre de Fermat puis en 1679 les Varia opera mathematica. Ces deux publications posthumes, pour lesquelles Samuel de Fermat n’a économisé ni son temps ni, semble-t-il, son argent, sont un bel exemple de piété filiale, véritables monuments typographiques élevés à la gloire de son père.

La première publication a été effectuée à partir de l’exemplaire personnel de Fermat – aujourd’hui disparu et devenu mythique – de l’édition gréco-latine des Arithmétiques de Diophante sur lequel il avait ajouté à la plume des commentaires dans les marges (dont le célèbre énoncé de la conjecture appelée communément “théorème de Fermat”). Les difficultés rencontrées pour sa diffusion nous sont bien connues grâce à la correspondance échangée par Samuel de Fermat avec l’érudit parisien Henri Justel, qui entretient des liens avec de nombreux savants européens3. Elles n’ont pas empêché Samuel de Fermat, encouragé par la communauté scientifique, de se lancer ensuite dans une édition aussi complète que possible des oeuvres de son père. Cette entreprise est encore plus complexe, car il dispose de très peu d’éléments. En effet, Pierre de Fermat communiquait ses recherches principalement par les lettres qu’il échangeait avec le monde scientifique, auxquelles il joignait parfois un manuscrit original. La recherche des manuscrits et des lettres dispersées s’avère délicate, d’autant plus que beaucoup de savants sont décédés et que les autres sont souvent peu coopératifs. Samuel de Fermat reçoit là encore l’aide de Justel, qui s’efforce de “tirer [les documents”] des mains de ceux qui en ont”. Mais le résultat n’est pas à la mesure de leurs efforts.

Faute d’avoir trouvé un savant pour s’en charger, il doit se résoudre à assurer seul l’édition scientifique, bien qu’il ne soit pas mathématicien. Pour l’édition matérielle, il doit finalement renoncer à faire publier l’ouvrage par un imprimeur-libraire français ou anglais réputé, malgré l’aide apportée par Henri Justel dans ses recherches. Il fait donc appel à nouveau à un imprimeur toulousain. Il ne travaille pas à nouveau avec Bernard Bosc, qui avait imprimé le Diophante, mais avec Jean Pech, qui n’avait aucune d’expérience dans les livres scientifiques.

Après des années de préparation, le livre parait enfin en 1679. Son titre complet assez long reflète son contenu assez disparate : après quelques pièces liminaires – dont l’éloge de Fermat paru à sa mort dans le Journal des savants ou de courtes mentions de Fermat par des scientifiques – on trouve une dizaine de petits traités, suivis des “Lettres de M. Fermat avec quelques une de celles qui lui ont été écrites”, qui ne représentent qu’une infime partie de sa correspondance. Le livre se termine par un “intrus” le poème “Cede Deo“, rédigé par Fermat sur l’agonie du Christ. Le travail d’édition scientifique est très réduit : pas de table, aucun apparat critique (à l’exception de 2 notes de bas de page), texte rempli d’incorrections.

L’édition est soignée : grand format, papier de bonne qualité, illustration et ornementation assez riches. De nombreuses figures mathématiques gravées sur bois ou typographiées – avec parfois un peu de maladresse – sont insérées dans le texte, d’autres, gravées sur cuivre, sont placées à la fin du livre sur cinq planches.

Académie des SIBL,Toulouse

Tous les exemplaires ne sont pas identiques. Les plus luxueux sont sur “grand papier” (dans un format supérieur au tirage courant), sont ornés de plusieurs bandeaux gravés sur cuivre et portent sur la page de titre la belle représentation d’Orphée charmant les animaux avec sa lyre, du graveur toulousain Florent-François Rabault, qui figurait déjà  sur le Diophante de 1670. D’autres sont sur format courant mais ont les mêmes caractéristiques pour l’ornementation. Et pour les exemplaires “ordinaires”, uniquement des ornements gravés sur bois : fleuron sur la page de titre et bandeaux plus passe-partout. Sur un grand nombre d’exemplaires, courants ou de luxe, le portrait de Pierre de Fermat gravé par François de Poilly est placé en début de volume. D’un format supérieur à celui des exemplaires sur format courant, il est alors présenté plié, ce qui ne donne pas un résultat très heureux.

Académie des Sciences, Inscriptions et Belles lettres, Toulouse

Cette édition toulousaine, citée dans toutes les bibliographies des livres scientifiques les plus emblématiques, n’a été supplantée malgré ses défauts que plus de deux siècles plus tard, par l’édition dirigée par Paul Tannery publiée entre 1891 et 19124. Elle est largement présente dans les collections publiques mondiales : plus de 120 exemplaires recensés, dont moins d’un tiers en France. L’exemplaire ici présenté, qui a été offert par l’astronome François Arago à son ami Joseph Liouville, provient de la collection constituée par Fernand Pifteau (1865-1942), achetée en 1946 par la BU de Toulouse5.

Toutes les illustrations, sauf mention contraire proviennent de la bibliothèque numérique Tolosana (exemplaire de la BU Arsenal, UT1 Capitole)

Pour en savoir plus :

Marielle Mouranche, “Les éditions toulousaines posthumes de Fermat : hommage d’un fils à son père” dans Nouveaux regards sur Pierre de Fermat, supplément aux Mémoires des l’Académie des Sciences, Inscriptions et Belles-Lettres de Toulouse, Toulouse, ASIBLT, 2022

Maryvonne Spiesser, “Une oeuvre essentiellement posthume’, dans Pierre de Fermat l’énigmatique, Toulouse, Université fédérale Toulouse Midi-Pyrénées, Editions midi-pyrénéennes, 2017.

  1. disponible sur place ou sur commande à l’Académie []
  2. publié anonymement sous les initiales M. P. E. A. S. []
  3. cet ensemble de 73 lettres datées de 1669 à 1681 est conservé à la bibliothèque municipale de Toulouse, Ms 846 []
  4. Oeuvres de Fermat, publiées par les soins de Paul Tannery et Charles Henry, Paris, Gauthier Villars, 4 tomes et un supplément, Paris, 1891-1912 []
  5. BU Arsenal, UT1 Capitole, Resp Pf XVII 25 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search