Accès de pudeur et de fureur contre les images dans les livres anciens. 2/2 Détruire tout signe retraçant l’antique et hideuse féodalité

Comme pour d’autres secteurs de l’art, certaines images contenues dans les livres anciens ont pu être jugées offensantes et dangereuses et ont donc subi des mutilations diverses. Ce “vandalisme”, pudibond ou révolutionnaire, est plus discret et moins connu que dans le domaine des peintures, sculptures ou monuments, mais il est bien réel quoique difficilement quantifiable. Deux billets mettront en lumière des exemplaires issus des collections anciennes des BU toulousaines dont les possesseurs ont caviardé, découpé ou gratté certaines images choquantes pour censurer les parties indécentes du corps ou effacer les traces de la féodalité. Leur recensement a pu se faire grâce à la description détaillée des exemplaires dans les notices et aux possibilités de recherches spécifiques offertes par les catalogues SUDOC et Archipel1. Il n’est malheureusement pas exhaustif en raison de la diversité du vocabulaire employé et du long travail de reprise des notices succinctes qui reste à faire.

Le vandalisme révolutionnaire

A la Révolution, dès 1790, on assiste à un mouvement de destruction des symboles de la féodalité, principalement des armoiries, sur les monuments ou les objets mobiliers, notamment lors de mouvements populaires. Plusieurs textes officiels encouragent ce mouvement, comme ceux des 19 juin 1790 ou 14 août 1792. Malgré la mise en place d’une Commission des monuments “chargée expressément de veiller à la conserver des objets qui peuvent intéresser les arts”, les destructions se poursuivent et même s’intensifient dans les derniers mois de l’année 1793. D’autres décrets sont pris, et la Convention demande aux officiers municipaux de les faire appliquer. Dans quelques régions, certains révolutionnaires sont particulièrement zélés comme Pierre Paganel, en mission dans le Lot-et-Garonne, à l’origine de l’arrêté du 9 octobre “qui prescrit la démolition des châteaux, forteresses, etc. & la destruction de tout signe retraçant l’antique & hideuse féodalité”.

Res 50658-6-14, BU Arsenal, UT1 Capitole (Coll. Perroud)

Les livres des bibliothèques publiques et privées sont explicitement mentionnés par le décret du 9 octobre 1793. Il est révoqué quelques semaines plus tard2 suite à la polémique qu’il soulève, grâce notamment aux interventions de Marie-Joseph Chénier et de Gilbert Romme, qui les premiers assimilent ces mutilations à la barbarie des Vandales. L’abbé Grégoire reprend cette image dans son rapport sur les inscriptions publiques lu devant la Convention en janvier 1794. Il crée alors le mot vandalisme, qu’il reprend dans son célèbre Rapport sur les destructions opérées par le vandalisme et sur les moyens de le réprimer présenté en août 1794 et qui depuis a fait florès.

L’ampleur du phénomène dans les bibliothèques , difficilement mesurable, est encore plus mal connue que pour les monuments et objets. Les destructions se sont portées principalement sur les parties les plus apparentes mais aussi parfois à l’intérieur des ouvrages.

Les reliures armoriées

Les reliures armoriées, facilement repérables, ont constitué des cibles de choix. Ce sont les exemples les plus nombreux que l’on trouve dans les collections.

C’est le cas de l’une des 16 reliures aux armes de Richelieu conservées dans le fonds de l’ancienne faculté de Théologie protestante de Montauban, sur une édition latine des Comédies de Plaute (Neustadt, 1619). Les armes ont été effacées mais quelques traces se laissent encore deviner. Les signatures des libraires Blaise et Viré qui ont effectué l’inventaire de la bibliothèque de Richelieu après sa mort ont aussi été effacées, ce qui peut laisser un doute sur la volonté du “vandale” et sur la date du forfait : détruire des armes en tant que symbole de la féodalité ou exprimer sa haine de Richelieu ?

Reliure aux armes de Richelieu (Resp Mn 9953, BUA, UT1 C)
Reliure grattée aux armes de Richelieu (Resp Mn 10079, BU Arsenal, UT1 Capitole)

Souvent, on ne dispose pas d’indices suffisants pour identifier les armes qui ont été détruites.

C’est le cas notamment pour celles qui ont été soigneusement découpées sur cet Office de la Semaine sainte (Paris, 1717 ?), qui porte un ex-libris manuscrit incomplètement déchiffré (“à mademoiselle de Langlade de B…”), ou sur cette édition gréco-latine des oeuvres de saint Nil D’ancyre (Paris, 1639). Dans ces deux cas, les découpes sont effectuées avec soin, ce qui rend également possible l’hypothèse d’un autre type de vandalisme, celui des collectionneurs de parties de livres (armes, marques typographiques, ex-libris gravés…). La couronne laissée intacte sur la deuxième reliure pourrait indiquer que, s’il s’agit de vandalisme révolutionnaire, il s’est peut-être produit avant août 1792, les emblèmes de la royauté ayant été parfois épargnés avant la destitution de Louis XVI.

Resp Mn 937, BU Arsenal, UT1C
Res 34875, BU Arsenal, UT1 Capitole (coll. Frix Taillade))

L’effacement est parfois sélectif, comme sur les deux exemples qui suivent.

Sur cet exemplaire de la seconde partie du Recueil des poètes gascons (Amsterdam, 1700), seule la couronne a été effacée des armes de Joseph Monnier de la Mosson (1702-1744)3.

Armes intactes sur Quinte-Curse, Historiae Alexandri magni,1649, exemplaire passé en vente
Recueil des poètes gascons, Res 35291, BU Arsenal, UT1 Capitole, (Coll. Frix Taillade)

Sur les 2 plats de chacun des 9 volumes de l’Histoire de France, sous le règne de Louis XIV… (Rotterdam, 1721), ce sont la couronne et les fleurs de lys figurant sur les armes de Louise-Adélaïde de Bourbon-Conti (1696-1750) qui ont été grattées. Sa bibliothèque, transmise au dernier des Bourbon-Conti, émigré en 1792, a été saisie à la Révolution au château de Conti, à L’isle-Adam comme en témoigne l’étiquette d’inventaire « Lisle Adam Conty 9 v. 160 »4. La mutilation a sans doute eu lieu à ce moment là ou lors de son séjour dans l’un des dépôts littéraires parisiens avant d’intégrer au début du XIXe siècle la bibliothèque de la Faculté de Théologie protestante de Montauban. Les armes ont pu être identifiées car les ex-libris gravés ont été épargnés.

I. de Larrey, Histoire de France sous le règne de Louis XIV, Resp Mn 8004, BU Arsenal (UT1 Capitole, )

Les ex-libris

Les ex-libris armoriés, souvent situés au verso de la reliure, devraient logiquement aussi être particulièrement visés par les mutilations. Pourtant, un seul exemple a été trouvé dans les fonds : il s’agit de l’exemplaire déjà cité du Recueil des poètes gascons.

L’ornementation

Les couronnes, fleurs de lys et armoiries sont légion dans les bandeaux, lettres ornées ou culs-de-lampe des livres anciens.

En particulier, les épîtres dédicatoires, souvent adressées à des personnages puissants, étaient volontiers ornées des armes du dédicataire. Placées dans les premières pages des volumes, elles étaient facilement repérables lors d’un rapide survol.

E. Debru, Dissertation sur … l’eau de la Barraquette, Resp Pf XVIII 348, BU Arsenal, UT1 Capitole (coll. Fernand Pifteau)
Autre exemplaire de l’ouvrage intact : Resp Pf XVIII 349, BUA, UT1C

Là encore, un seul exemple a été trouvé dans les collections, sur un ouvrage d’Etienne Debru, Dissertation sur les bonnes qualités de l’eau de La Barraquette pour l’usage des bains… (Toulouse, 1769). Les armes de la dédicataire, Catherine-Pétronille-Victoire Riquet de Bonrepos, marquise de Bournazel, ont été hachurées par son possesseur, avec un traitement particulier pour la couronne de marquis : elle a été brûlée ou recouverte d’une tache d’encre dont l’acidité a détruit le papier.

Pour les autres types d’ornement, aucun exemple n’a été à ce jour repéré dans les collections.

Les illustrations

Le vandalisme semble avoir peu porté sur les illustrations, car le repérage des symboles incriminés nécessitait l’ouverture et l’examen des livres.

Un bel exemple a néanmoins été trouvé, sur un exemplaire d’une édition rouennaise de 1654 du roman de Madeleine de Scudréy, Artamène ou le Grand Cyrus. La personne qui a procédé aux mutilations a fait preuve d’une grande persévérance, débusquant les insignes de la royauté dans les moindres recoins des frontispices des 10 tomes de ce roman-fleuve, sauf dans le dernier.

Frontispices par François Chauveau. Resp 25709, BU Arsenal, UT1 Capitole

La destruction des emblèmes du pouvoir ne s’est pas arrêtée à la Révolution. On trouve aussi dans les collections un exemple assez rare d’ex-libris à l’aigle impérial, apposé par la bibliothèque de la faculté de droit sous l’Empire. Certains ont été grattés ou caviardés (sur une initiative individuelle ou sur ordre ? ). Un cachet au trois fleurs de lys sera utilisé pendant toute la Restauration.

Cachet de la bibliothèque de la faculté de droit de Toulouse (Restauration)

Pour en savoir plus.

Révolution française et vandalisme révolutionnaire : actes du colloque international de Clermont-Ferrand, 15-17 décembre 1988, 1992, notamment F. Bléchet, “Le vandalisme à la Bibliothèque du Roi / Nationale sous la Révolution”.

 

 

  1. interrogation par : “reliure ; provenance ; conservation” ou “Note de livre ancien” dans le SUDOC ; “Provenance/Reliure” dans Archipel []
  2. le nouveau décret, du 24 octobre, interdit “d’enlever, de détruire, mutiler ni altérer en aucune manière sous prétexte d’en faire disparaître les signes de féodalité et de royauté dans les bibliothèque, collections, cabinets, musées publics ou particuliers” []
  3. Ce livre est entré à la BU de Toulouse avec l’achat de la bibliothèque Frix Taillade en 1906. Notons que la reliure a subi une nouvelle avanie, quelques dizaines d’année plus tard avec l’apposition d’une deuxième étiquette de cote sur le plat de la reliure []
  4. Le château a été détruit en 1813 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search