Accès de pudeur et de fureur contre les images dans les livres anciens. 1/2 Couvrez ce sein que je ne saurais voir

Comme pour d’autres secteurs de l’art, certaines images contenues dans les livres anciens ont pu être jugées offensantes et dangereuses et ont donc subi des mutilations diverses. Ce “vandalisme”, pudibond ou révolutionnaire, est plus discret et moins connu que dans le domaine des peintures, sculptures ou monuments, mais il est bien réel quoique difficilement quantifiable. Deux billets mettront en lumière des exemplaires issus des collections anciennes des BU toulousaines dont les possesseurs ont caviardé, découpé ou gratté certaines images choquantes pour censurer les parties indécentes du corps ou effacer les traces de la féodalité. Leur recensement a pu se faire grâce à la description détaillée des exemplaires dans les notices et aux possibilités de recherches spécifiques offertes par les catalogues SUDOC et Archipel1. Il n’est malheureusement pas exhaustif en raison de la diversité du vocabulaire employé et du long travail de reprise des notices succinctes qui reste à faire.

Voiler les parties intimes

Les illustrations jugées indécentes qui ont été recouvertes d’un « voile de pudeur » se trouvent souvent dans des livres qui ne présentent pas de caractère particulièrement scandaleux. En effet, les scènes mythologiques ou bibliques, les représentations allégoriques, sont fréquemment l’occasion pour les artistes de représenter des corps dénudés, dans des illustrations proprement dites, mais aussi dans des encadrements, bandeaux, culs-de-lampes ou autres ornements. Certes, depuis le Concile de Trente (1545-1563) l’Eglise a durcit sa position vis-à-vis de la représentation du nu, et encouragé ou ordonné l’habillage pudique des œuvres produites à des périodes antérieures2. Mais on trouve encore après cette date beaucoup de corps plus ou moins dénudés dans les ouvrages dûment autorisés. Il arrive alors parfois que leurs possesseurs, particuliers et surtout établissements religieux, procèdent eux-mêmes à la censure des illustrations, de façon plus ou moins systématique, ce qui permet de conserver le livre dans sa bibliothèque sans offenser la pudeur.

La caviardage est la méthode la plus courante. Avant de désigner une pratique artistique très en vogue depuis quelques années, ce mot n’était appliqué que pour désigner la censure exercée sur un texte ou sur une image en recouvrant à l’encre les parties incriminées. Quelques exemples intéressants de techniques variées plus ou moins esthétiques se trouvent dans les collections des BU toulousaines.

BU Arsenal, UT1Capitole, Res Mn 7677 (Tolosana)

Le plus beau est sans doute cet exemplaire des Emblemata du poète et juriste Nicolaus Reusner, publié en 1581 à Francfort sur le Main. Ce livre d’emblèmes est illustré de plus de 160 gravures sur bois par Jost Amman et Virgil Solis. Une douzaine d’entre elles ont été caviardées, avec une attention exclusivement portée aux parties génitales et aux parties charnues, masculines ou féminines. Même les bébés n’ont pas été épargnés. Le voile de décence a été réalisé avec plus ou moins de discrétion et de soin, avec parfois une certaine ambition artistique. Ce travail a sans doute été exécuté lors de l’entrée de ce livre dans la bibliothèque du couvent des Grands Augustins à Paris, à une date indéterminée ; la mention “liber hereticus” a alors été ajoutée3.

Exemplaire de la BU d Heildelberg

Dans cet autre livre d’emblèmes, Omnia Andreae Alciati Emblemata (Paris, 1608), l’expression “voile de pudeur” – parfois presque transparent – semble particulièrement appropriée. Dans cet ouvrage comme dans le précédent, les images de seins nus ne semblent pas avoir été considérées comme une offense à la pudeur. Cet exemplaire ne porte pas de marque d’appartenance d’établissement religieux. L’ex-libris n’a pu être entièrement déchiffré (… de Sacy).

BU Arsenal, UT1C, Res Mn 7753

Un autre exemple intéressant se trouve dans un exemplaire de l’édition de 1524 des Epitheta de Jean de Tixier de Ravisi. Le caractère facétieux de certaines illustrations de la page de titre à encadrement gravé ne reflète pas le contenu de cet ouvrage didactique rédigé par un savant professeur de rhétorique du collège de Navarre (Paris). L’une d’elle a été caviardée dans cet exemplaire qui a appartenu à l’archidiacre de Conques Jean Boyer, mort en 1546. C’est sans doute lors de son entrée dans les collections de la bibliothèque du collège des Pères de la Doctrine chrétienne de Villefranche-de-Rouergue que l’opération a été effectuée. A noter que cette même illustration a également été censurée, de façon encore plus radicale, dans un autre exemplaire appartenant à la Bibliothèque municipale de Bourges, provenant de l’abbaye Saint-Sulpice de Bourges.

BM de Bourges D381 (Bib. Virtuelles Humanistes)
BU Arsenal, UT1 Capitole, Resp 4879
Bibliothèque nationale de France, X-1123

C’est encore la page de titre qui a été la principale victime dans cet exemplaire du De Triclinio (Heildeberg, 1590), où l’érudit et philologue espagnol Pedro Chacon décrit les repas dans l’ancienne Rome : la marque de l’imprimeur Jerôme Commelin, constituée de la figure allégorique de la Vérité illustrant sa devise “La Vérité qui dompte tout”, a été entièrement raturée à l’encre, ce qui a partiellement détruit le papier ; deux autres illustrations ont aussi été caviardées, mais de façon beaucoup moins radicale4. Cet exemplaire a appartenu à la bibliothèque du séminaire Saint-Sulpice de Paris.

BU Arsenal, UT1Capitole, Res Mn 7737
BM de Lyon

Au sein même des collections de la BU Arsenal, on trouve parfois plusieurs exemplaires d’une même édition ou d’éditions proches qui ont subi des traitements divers selon leurs histoire.

  • Trois exemplaires d’une même illustration, l’allégorie de la Sagesse, dont deux ont été censurés au même endroit, selon la même technique mais avec quelques variantes, sur les titres-frontispices gravés par Léonard Gaultier de l’ouvrage De la sagesse de Pierre Charron (éditions de 1604 chez David Douceur et 1646 chez Louis Feugé) : succession de traits de plume courbes et grattage de la partie centrale – qui a presque troué le papier au point stratégique – pour le premier, qui a appartenu au prieuré de la Sainte-Trinité des Petits-Augustins (Paris) ; léger hachurage à l’encre avec un trait rageur au point central – qui a troué le papier au même endroit – pour le second, qui ne porte pas de marque d’appartenance antérieure à la fin du XIXe siècle ; dans le troisième, qui a appartenu au Grand Séminaire de Toulouse au XIXe siècle, il n’est pas impossible que la page, manquante, ait été arrachée dans le même but5.
BU Arsenal, UT1 Capitole, Res Mn 8485
BU Arsenal, SCD UT1 Capitole, Res 51078

  • Trois exemplaires d’une même édition des Opuscula de l’érudit Joseph-Just Scaliger (Paris, 1610) dont l’unique illustration gravée sur cuivre – la reproduction d’une pierre gravée du cabinet des antiques du Roi représentant Silenus portant Bacchus enfant – a subi des traitements divers : dans le premier, qui a appartenu au Séminaire des missions étrangères (Paris), elle a été découpée et le texte figurant au verso – la description de l’intaille – a été restitué à la main sur une feuille volante, sans doute au XVIIe siècle, peut-être par le censeur ; dans le second, qui porte le cachet de la bibliothèque du Séminaire Saint-Sulpice, elle a été grossièrement raturée aux endroits les plus dénudés6 ; dans le dernier, qui ne porte pas de marque de possession antérieure au XIXe siècle, elle a été épargnée.
BU Arsenal, UT1 Capitole, Res Mn 7732

Pour conclure ce petit recensement, un autre ouvrage lié à la mythologie antique : Les images des dieux des Anciens de Vincenzo Cartari (Lyon, 1624). Dans cet exemplaire qui a appartenu au Séminaire Saint-Charles (Paris), un petit nombre de ses quelques 90 illustrations ont été censurées par des hachures croisées ou courbes patiemment tracées, revêtant les personnages féminins incriminés d’une sorte de robe fourreau qui ne manque pas d’élégance7. Il n’est pas interdit de supposer que le titre-frontispice, manquant à l’exemplaire, a été arraché en raison des nombreux personnages dénudés qui y sont représentés.

BU Arsenal, UT1 Capitole, res Mn 7732
Titre-frontispice de l’édition de 1610, repris dans l’édition de 1623 (BnF, Gallica)

On notera que 7 des 9 ouvrages recensés8 proviennent du fonds de l’ancienne faculté de théologie protestante de Montauban, particulièrement riche en provenances d’établissements religieux parisiens.

Dans le prochain billet, c’est une autre forme d’atteinte aux images qui sera évoquée : la censure des emblèmes de la féodalité et de la royauté pendant la période révolutionnaire.

Pour en savoir plus :

Louis Réau, Histoire du vandalisme. Les monuments détruits de l’art français. 1959

  1. interrogation par : “reliure ; provenance ; conservation” ou “Note de livre ancien” dans le SUDOC ; “Provenance/Reliure” dans Archipel []
  2. Le traitement infligé aux personnages du Jugement dernier de la chapelle Sixtine sur ordre de la papauté par Daniel Ricciarelli, surnommé “il braghetonne” – le “faiseur de culottes” est l’exemple le plus connu []
  3. un ex-libris antérieur, daté de 1624, a lui-aussi été caviardé, et ne peut donc pas être déchiffré []
  4. p.120 et 138 []
  5. BU Arsenal, UT1 Capitole, Res 45398 []
  6. le passage mentionnant “les sacrifices que les femmes & les filles faisoient aux membre viril” a été caviardé quelques pages plus loin []
  7. Ces gravures sur bois sont directement inspirées des bois gravés par Pierre Eskrich pour la même traduction de Cartari par Pierre Du Verdier parue à Lyon en 1581. Cette série de gravures de Pierre Eskrich s’inspirait elle-même des 88 bois gravés par Bolognino Zaltieri pour l’édition de Venise, G. Ziletti, 1571 []
  8. ou 7 sur 10 si on inclut l’exemplaire sans titre-frontispice de l’édition De la Sagesse de Pierre Charon []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search