Expo flash « Entre les pages »

Les livres anciens regorgent de surprises. Leur valeur et leur rareté ne viennent pas seulement de leur contenu scientifique et éditorial, mais également de leur histoire individuelle.

Sous l’Ancien Régime, posséder des livres n’est pas donné à tout le monde et le lecteur y ajoute donc volontiers son nom. Ces traces d’appartenance prennent des formes très variées : signature manuscrite quelquefois accompagnée d’une formule d’anathème censée protéger les livres, griffonnages ou encore dessins.

Parfois, le lecteur s’approprie son livre en l’annotant. À la BU de l’Arsenal, nombreux sont les ouvrages qui ont été livres d’études, comme en témoignent les marques pages oubliés, les passages soulignés et les annotations manuscrites.

Quelques livres portent également les traces des avanies qu’ils ont subies au cours de leur histoire mouvementée : utilisation détournée, caviardage ou vandalisme.

L’expo flash « Entre les pages »  présentée dans le hall de la BU de l’Arsenal (Université Toulouse 1 Capitole) du 06 au 17 décembre 2021 a souhaité mettre en lumière une sélection d’ouvrages riches d’histoires singulières. La durée d’exposition étant réduite pour des questions de conservation, nous vous proposons un retour sur les pièces exposées. 

Livres marqués

Les ex-libris sont des marques de possession apposées sur un livre par un individu ou une institution.  Constitués de la préposition latine ex et du mot liber – livre – suivi d’un nom , il signifie « faisant partie des livres de  », « parmi les livres de » ou encore « appartenant aux livres de ».

Souvent l’ex-libris est manuscrit. Il se présente alors comme une formule écrite par le possesseur de l’ouvrage sur la page de garde ou la page de titre.  Apposer sa signature, ajouter un lieu, une date ou orner son nom d’un dessin est la façon la plus simple d’affirmer sa possession sur un livre.

Parfois, cet ex-libris est accompagné d’une formule d’anathème censée protéger le livre des intentions malveillantes, des emprunts et des vols. Sur l’exemplaire des Devoirs des communians figure par exemple la formule suivante : « Se livre apartien à çon maitre qui çapele Etienne Doumeng celui qui le trouvera le rendra autremen le Bon Dieu le punira il le metra sur la corde… »

D’autres ex-libris sont plus sympathiques, comme celui figurant sur l’exemplaire de 1669 du Lucien, Du souverein bien « Ce livre apartient [a] Jacques Blot de Beauregard. Celuy qui le trouvera le rendra sil lui plait en payant le vin à la foire de Saint-Martin » 

Il arrive parfois qu’un propriétaire médise d’un ancien possesseur. L’exemplaire des Sonnets chrétiens sur divers sujets conservés à la BU de l’Arsenal présente un ex-libris manuscrit en gros caractères écrit sur les gardes « Ce livre appartien à Rousselette ». En dessous réaction d’un possesseur ultérieur :

Roussellette est une nigaude dittes que c’est moi qui vous le dit, je souhaiterois me tromper, mais c’est ainsi.
L. Drelincourt. Sonnets chrétiens sur divers sujets… Amsterdam : M.-M. Rey, 1766.
(Toulouse, BU de l’Arsenal, Res Mn 6746)

Un même livre peut ainsi présenter plusieurs ex-libris successifs qui permettent de retracer son histoire, certains ayant pu être biffés voire découpés par un nouveau propriétaire.

“Livres truffés” ou le plaisir de la découverte entre les pages

Processionnaire a l’usage de la congregation royale de… Toulouse : R. Bosc, 1675. (Toulouse, BU de l’Arsenal, Resp Pf XVII 351)

Pour les collectionneurs et les bibliophiles, un “livre truffé” est un exemplaire enrichi de documents en rapport avec son thème et laissés là par son ancien propriétaire.  À la BU de l’Arsenal, quelques livres anciens contiennent aussi quelques intrus :  des papiers volants (imprimés ou manuscrits sans relation avec l’ouvrage…), ou d’autres curiosités dissimulées entre leurs pages.

Il n’est pas rare que les cartes à jouer dépareillées ou hors d’usage soient utilisées à des fins très diverses : support d’écriture préfigurant les « blocs-notes »,  fiches de bibliothèques ou étiquettes d’inventaire1 cartes de visite ou marque-page comme dans cet exemplaire de Critique de chose par monsieur *** de 1748.

Dans l’exemplaire du ¨Processionnaire a l’usage de la congregation royale de messieurs les Pénitens bleus de Toulouze c’est une carte publicitaire datée de 1927 et signée Maurice Giot, (le créateur du casque à ailettes des paquets des Gauloises) qui a été glissée entre les pages. Au dos, le collectionneur Fernand Pifteau y a écrit le nom des imprimeurs du livre : « Dominique et Pierre Bosc ».

Parfois l’ancien possesseur utilise son exemplaire afin de conserver une plante ou une fleur à l’image de cette fragile violette glissée entre les pages d’un manuel de bouddhisme daté de 1860. 

R. Spence Hardy. A manual of Budhism … Londres : Partridge & Oake, 1860. (Toulouse, BU de l’Arsenal, Res Mn 8172)

Livres lus une plume à la main

Une des marques les plus visibles de la lecture est l’annotation. Les marginalia, ces notes qui remplissent la marge ou les pages de garde des livres viennent ajouter à l’œuvre de l’auteur une pensée seconde ; celle du lecteur du passé.

A la BU de l’Arsenal, nombreux sont les ouvrages qui ont été livres d’études. C’est le cas pour le volume coté Res Mn 8960 provenant du fonds de la bibliothèque de la Faculté de théologie protestante de Montauban et contenant plusieurs textes de littérature classique grecque, dont une édition des Discours d’Echine et Démosthène traduits en latin (Paris, 1565) et une édition inconnue du De Dei monarchia (Paris, 1556) abondamment annotés en latin au 16e siècle.

Autre ouvrage présenté et largement annoté, cet exemplaire des Emblèmes d’Alciat imprimé par Christophe Plantin en 1574 et dont la première édition est parue à Augsbourg en 1531. 

Caractérisé par l’association sur une même page d’un titre, d’une épigramme et d’une gravure ce petit recueil rencontre, dès sa sortie, un vif succès. Un nouveau genre littéraire est né, qui restera en vogue pendant près de deux siècles. Cet exemplaire a fait l’objet, probablement au 16e siècle, de nombreuses annotations dont l’auteur n’a pas été identifié.

Livres mis en couleurs

Qui aurait aujourd’hui l’idée de mettre en couleur les pages d’un livre ? C’est pourtant ce qui fait parfois la richesse des ouvrages anciens devenus uniques parce que coloriés et dessinés.   

C’est le cas de cet exemplaire remarquable de l’adaptation latine de la Guerre des Juifs de Flavius Josèphe imprimé en 1510 par Josse Bade (1462–1535) et mis en couleurs par Jean Boyer  (14.. – après 1546), archidiacre de Conques. Les passages qui l’intéressaient étaient soulignés à l’encre brune ou rouge. Pour faciliter la lecture, il rehaussait également de couleur jaune toutes les majuscules de la page. Dans la marge, il ajoutait parfois une petite arabesque et inscrivait un mot significatif de la phrase ou du paragraphe qui avait plus particulièrement attiré son attention. Pas étonnant qu’il ait écrit dans un coin d’un ouvrage :

«Je scrivoys si durement que fasoys les muches rire » (J’écrivais si dur que je faisais rire les mouches) [traduction libre]
J. de La Fontaine. Fables choisies… Paris : C. Barbin, 1694. (Toulouse, BU de l’Arsenal, Resp Mn 11120)

Autre exemplaire manipulé et colorié à l’opposé de l’objet livre sacralisé, ces Fables de La Fontaine (1621-1695) publiées entre 1678 et 1694. Il s’agit de la seule édition complète imprimée et corrigée sous la direction de l’auteur. Chaque fable est illustrée par une gravure sur cuivre, dont beaucoup sont signées de François Chauveau (1613-1676), un des plus grands illustrateurs de la littérature du 17e siècle. Ces 5 volumes ont la particularité d’avoir appartenu à un jeune possesseur dont on retrouve plusieurs fois l’ex-libris maladroitement écrit “Monsieur de Montarcher, demeurant o colege darcour a Paris” et qui ne semble pas en avoir pris un soin extrême comme en témoignent plusieurs illustrations grossièrement coloriées.

Livres détournés de leur usage

Livres outragés, vandalisés

Certains volumes font parfois l’objet d’outrages divers et variés. C’est le cas de l’exemplaire des emblèmes de Nicolaus Reusner (1545-1602) publiés en 1581. Dans celui-ci, les illustrations les plus « indécentes » ont été caviardées à la plume, c’est-à-dire masquées aux endroits les plus litigieux par un trait de plume plus ou moins délicat.

I. de Larrey. Histoire de France, sous le règne de Louis XIV… Rotterdam : M. Bohm, 1721. (Toulouse, BU de l’Arsenal, Resp Mn 8004)

 

 

Il arrive également que l’histoire des volumes puisse se lire à travers les traces matérielles qu’ils portent. C’est le cas de cet exemplaire de L’Histoire de France, sous le règne de Louis XIV en 9 volumes. Ils ont appartenu à Louise-Adélaïde de Bourbon-Conti (1696-1750), qui y a apposé son ex-libris gravé. A la Révolution, les volumes ont été saisis au château de Conti, aujourd’hui disparu, à l’Isle Adam comme en témoigne l’étiquette « Lisle Adam Conty 9v. 160 ».

Les ouvrages ont par la suite été transférés dans l’un des dépôts littéraires parisiens. C’est sans doute à ce moment-là que les armes figurant sur les reliures ont été découpées afin d’ôter les signes de royauté et de féodalité.  Cette pratique autorisée sur les livres par la Convention le 9 octobre 1793 a été interdite quelques jours plus tard le 24 octobre 1793.

Le collectionneur et écrivain E. de Crauzat disait dans l’Almanach du bibliophile pour l’année 1801, que l’ex-libris présentait « l’avantage de soustraire le livre à un anonymat certain ». Au delà des ex-libris c’est grâce à ces annotations, ces notes de lecture et ces traces matérielles que les livres retrouvent une histoire.

Exposition réalisée par le service du patrimoine écrit du SICD-UFTMiP, avec le concours des bibliothèques de l’université Toulouse 1 Capitole.

Pour en savoir plus

[Exposition. Lyon, Bibliothèque Diderot. 26/10/2015-19/12/2015] Traces… Ex-libris de la Bibliothèque Diderot de Lyon [en ligne]

Mouranche, Marielle (dir.) Histoire et richesses de la Bibliothèque de théologie protestante de Montauban. Toulouse : SICD, 2007

Desachy, Matthieu. Je scrivoys si durement que fasoys les muches rire. Portrait de lecteurs : étude des exemplaires annotés de Jean Boyer, archidiacre de Conques, et de Jean Vedel, chanoine et official de Rodez (XVIe siècle). Bulletin du Bibliophile, 2001, n°2, pp. 270-314.

 

  1. Comme c’est le cas pour la collection de minéralogie du naturaliste Philippe Picot de Lapeyrouse (1744–1818) conservée dans les collections de l’université Toulouse III-Paul Sabatier. Cf Migot, Manon. La collection de cartes à jouer de Philippe Picot de Lapeyrouse : étude d’une production toulousaine du XVIIIe siècle. Patrimoines du Sud, 2020, n°12 [en ligne] []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search