Expo flash « Illustrer le droit sous l’Ancien Régime »

Développée en Italie à la fin du XVe siècle, l’illustration du livre se répand rapidement en Europe. Dès le XVIe siècle, les livres juridiques n’échappent pas au talent des graveurs : frontispices, vignettes et portraits peuvent agrémenter les ouvrages de droit comme ceux des autres disciplines. Par la gravure, on met en image les différentes phases de la procédure, les délits et crimes, peines et supplices.

Mais la complexité des ouvrages juridiques conduit à créer des images spécifiques pour comprendre, clarifier et rendre visuellement explicite le droit.  Un nouveau type de figuration voit ainsi le jour : les arbres de parenté.

En écho au 39e colloque de l’Association internationale des bibliothèques de droit, organisé par l’université Toulouse 1 Capitole, l’expo flash « Illustrer le droit sous l’Ancien Régime » présente jusqu’au 15 octobre 2021 une sélection de livres juridiques illustrés conservés à la réserve de la BU Arsenal.

Représenter le pouvoir

Au XVIe siècle, il n’est pas rare de voir dans les manuels de droit romain et notamment ceux de Justinien Ier (527-565) une représentation allégorique de l’empereur sur son trône, épée d’une main, globe terrestre de l’autre, entouré à sa droite de trois dignitaires ecclésiastiques et à sa gauche de quatre princes laïcs, figurant les sept princes électeurs. Derrière l’empereur, se tient un groupe d’hommes en armes symbolisant sa force militaire mise au service de la justice et de la défense de la chrétienté. Une autre constante est la présence, devant le trône, d’un ou plusieurs chiens, symbole de la fidélité que les princes doivent à l’empereur.

La suprématie pontificale est elle aussi mise en gravure. Boniface VIII est ainsi le premier pontife à utiliser son image au service du pouvoir du pape.  Dans le Sextus liber Decretalium in numeris in locis castigatus… imprimé en 1520 chez Claude Chevallon, il est représenté remettant son livre à un clerc agenouillé devant lui.

Justinien Ier. Institutiones. Lyon : H. de La Porte, 1545.
(Toulouse, BU de l’Arsenal, Resp 3)
Boniface VIII. Sextus liber Decretalium in numeris in locis castigatus
Paris : C. Chevallon, 1520. (Toulouse, BU de l’Arsenal, Resp 1857/1)

Figurer le crime et la justice

Par la gravure, on met aussi en image les différentes phases de la procédure, les délits et crimes, peines et supplices. Illustré de 70 gravures, La Praxis rerum criminalium ou Pratique des causes criminelles est l’un des ouvrages de droit pénal les plus diffusés au XVIe siècle. 

Bien qu’insérées dans le texte, les gravures occupent la majorité de l’espace de la page, les lignes de texte se réduisant le plus souvent, en haut, au titre et, en bas, au sommaire du chapitre. Ces gravures constituent de véritables petits tableaux et donnent de précieux détails sur le mobilier, l’architecture, l’habillement ou les mœurs.

Josse de Damhouder. Praxis rerum criminalium… Anvers : J. Bellère, 1562. (Toulouse, BU de l’Arsenal, Resp 16676)

Illustrer pour convaincre ou alimenter la curiosité

J.-B. La Boissière. Mémoire pour les sieurs Joseph-Gabriel, & Antoine-François Trubelle… Toulouse : J. Dalle, 1766. (Toulouse, BU de l’Arsenal, Resp Pf pl A 53-2)

Un factum ou mémoire est l’exposé des faits et arguments juridiques présentés au cours d’une action en justice par l’une des parties en cause, pour soutenir son bon droit et réfuter les prétentions de l’autre partie. Manuscrit ou imprimé, il est rédigé par un avocat. Le plus souvent imprimé à compte d’auteur et diffusé gratuitement, le factum connaît un vif succès au XVIIIe siècle. L’illustration sert à appuyer le propos, convaincre l’opinion et à peser sur la décision du juge. Dans le factum, Mémoire pour les sieurs Joseph-Gabriel, & Antoine-François Trubelle, une gravure sur bois représente Guillaume Fortic, poursuivi pour captation d’héritage, faisant chasser et battre les frères Trubelle, héritiers de leur mère décédée.

A.-C. Pouliez. Forteresse imprenable … Toulouse ? : s.n., après 1740. (Toulouse, BU de l’Arsenal, Resp Pf pl A 53-1)

Au XVIIIe siècle, face au succès des factums, la rhétorique strictement juridique laisse progressivement la place à un style plus littéraire. Dans l’affaire qui oppose ici Claude Pastourel à Jean Valade, le procureur Pouliez utilise avec habileté la métaphore du siège d’une forteresse comptant trois attaques, une volée de canon ainsi qu’un assaut général ; cette métaphore est représentée sur le factum, par une gravure exécutée par Louis-François Baour (1721-1771).

« Il est question d’une bataille singulière, pour la défense d’un prêtre attaqué dans son honneur, & dans lequel il se retranche comme dans un fort inexpugnable, armé des seuls traits de la vérité… »

Tirer le portrait : l’exemple des juristes toulousains

L’exposition donne également à voir quelques portraits de juristes toulousains à l’image de ceux de Jacques Cujas (1520-1590) et son élève et ami Guillaume Maran (1549-1621), dont le portrait gravé sur cuivre figure au sein d’une édition originale des Paratitla in XLII priores Digestorum libros comptant seulement 7 exemplaires connus en France.

Portrait de Jacques Cujas. Operum postumorum quæ de jure reliquit…
Paris : Denys de La Nouë, 1617.
(Toulouse, BU de l’Arsenal, Res 91)
Portrait de Guillaume Maran. Paratitla in XLII. priores
Digestorum libros
.…Toulouse : Raymond Colomiez, 1628.
(Toulouse, BU de l’Arsenal, Resp Pf XVII 5)

Illustrer pour clarifier : les arbres de parenté

La détermination des liens de parenté est très utile aux juristes anciens pour appliquer les règles de mariage (interdiction des mariages consanguins) ou de succession. Mais leur complexité conduit à concevoir des représentations figurées pour les rendre plus explicites. L’arbor consanguinitatis, (arbre de consanguinité ou de parenté) clarifie les degrés de parenté qui unissent les membres d’une même famille. À partir d’un personnage central, Ego, souvent représenté par une petite tête barbue, les descendants et les ascendants directs sont figurés sur un axe vertical tandis que les collatéraux se répartissent de part et d’autre.

A l’arbre de consanguinité, se joint parfois un arbre de parenté par alliance, permettant lui aussi de vérifier si le futur mariage n’est pas une union prohibée. La parenté par alliance lie en effet le mari à tous les consanguins de sa femme et inversement, et ce jusqu’au 4e degré. Ainsi, une veuve ne peut se remarier avec son beau-frère, ou le cousin de son mari.

Boniface VIII. Sexti libri materia cum capitulorum numero…
Paris : J. Petit, J. Kerver… 1540.
(Toulouse, BU de l’Arsenal, Resp 32919)
Bérenger Fernand. Lucubrationum. Libri quinque
Toulouse : L. Yvernage, J. Jagourt, 1552.
(Toulouse, BU de l’Arsenal, Resp Pf XVI 3)

La figure de l’arbre de consanguinité nous paraît familière pour traduire les relations de parenté en raison du succès plus tardif des arbres généalogiques. Mais l’arbre n’est qu’un motif ; les relations de parenté sont en réalité transcrites par un schéma. Si l’on enlève les branches et les feuilles de l’arbre de consanguinité, le tableau reste parfaitement compréhensible.

Justinien Ier. D. N. Justiniani perpetui augusti Institutionum
sive Elementorum
Paris : veuve d’Edme Martin, 1676.
(Toulouse, BU de l’Arsenal, Res 6457)
Bérenger Fernand. Nova arboris utriusque tam civilis quam pontificii juris
Toulouse : N. Viellard, 1538.
(Toulouse, BU de l’Arsenal, Resp Pf XVI 16)

L’arbre d’affinités spirituelles ou arbor cognationis nous est moins familier. C’est un outil supplémentaire pour les juristes canonistes, car la consanguinité n’est pas le seul lien entre deux futurs époux qui peut empêcher un mariage : il existe également des affinités spirituelles. Celles-ci sont formées par le sacrement de baptême : entre la personne baptisée et ses parrains et marraines, mais aussi entre les parrains et marraines et les parents de l’enfant.

L’exemplaire du Nova arboris utriusque tam civilis quam pontificii juris exposé est très rare puisqu’on n’en recense que trois autres au monde.


Pour des raisons de conservation, la durée de cette exposition est réduite.

Exposition réalisée par le service du patrimoine écrit du SICD-UFTMiP, avec le concours des bibliothèques de l’université Toulouse 1 Capitole

Pour en savoir plus

Brissaud, Yves-Bernard. « Pistes pour une histoire de l’édition juridique française sous l’Ancien Régime »,  Histoire et civilisation du livre. Tome I, 2005, pp. 33-136

Follain, Antoine et Papillard, Carole-Anne. « Figures du crime et de la violence au XVIe siècle : les singulières gravures insérées dans la Praxis rerum criminalium de Damhoudère », dans Brutes ou braves gens ? la violence et sa mesure (XVIe-XVIIIe siècle). Strasbourg : Presses universitaires de Strasbourg, 2019, pp. 227-275. En ligne

Mouranche, Marielle. « Perles rares : des arbres de parenté à découvrir dans un traité toulousain du XVIe siècle », Tolosana, 2021. En ligne

Giordanengo, Claire. « Le droit enseigné par l’image (2/2) : illustrer les degrés de parenté », Interfaces, carnet de recherche Hypothèses de la Bibliothèque Diderot de Lyon, 2012.  En ligne


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search