Femmes dans l’imprimerie : les veuves de maîtres imprimeurs 2/2

L’article d’Estampilles et pontuseaux consacré aux filles et épouses d’imprimeurs s’est attaché à montrer que les femmes étaient des actrices, certes peu visibles, mais pourtant bien présentes au sein d’un métier masculin, soumis au régime strict des corporations. Mais que deviennent ces épouses d’imprimeurs après le décès de leur mari ?

Tenue de deuil. Thérèse Azémar
© Hôpitaux de Toulouse.

Brutalement, la femme passe d’une quasi-invisibilité à un rôle principal. Elle présente enfin un intérêt pour l’entreprise en permettant d’assurer sa pérennité. Certes, la reprise se fait sous conditions et toutes les veuves ne reprennent pas les affaires, mais elles en ont la possibilité, et quelques-unes n’hésitent pas à saisir cette opportunité.  L’expérience acquise dans l’atelier en tant qu’épouse collaboratrice lui permet alors de poursuivre, voire de développer l’activité de son défunt mari. L’épouse devenue veuve endosse le rôle de la veuve-entrepreneure.

Un âge d’or des veuves 

En 1666, on compte à Paris 83 ateliers dont 6 sont dirigés par des veuves1.  En 1679 il n’en subsiste que 64, mais 15 sont tenus par des veuves2. Quelques années plus tard, en 1692, le nombre d’imprimeries est passé à 52, dont 19, soit plus du tiers, ont à leur tête une veuve3. Malgré un fléchissement, la situation perdure puisque l’enquête effectuée en 1700, sous la direction de l’abbé Bignon, enregistre 16 veuves exerçant l’imprimerie soit environ 17% des ateliers recensés.

A travers ces enquêtes, ce sont deux profils de veuves qui se dessinent. Une partie d’entre elles dispose seulement de deux presses, équipement minimum exigé par les règlements de la corporation. C’est le cas de plus de la moitié des veuves en 1660 et 1679. Elles n’emploient alors qu’un ou deux compagnons, et se consacrent souvent à l’impression d’arrêts ou de factums.

Les autres sont à la tête d’ateliers comportant plus de quatre presses et employant un nombre élevé de compagnons. On peut ainsi citer la veuve Lemercier, dont l’officine comporte tout de même, en 1692, neuf presses montées et emploie vingt et un compagnons.

Mention de la veuve Lemercier. PV de visite faite par les syndics et adjoints des libraires et imprimeurs. 5 décembre 1692. BnF, français 21741

Des veuves bien présentes mais exclues de la vie institutionnelle 


Liste des imprimeurs en 1697. BnF, français 21740

Les veuves d’imprimeurs sont pourtant loin de jouir des mêmes prérogatives que les hommes et ont même un statut à part dans la communauté professionnelle, comme en témoignent les listes de membres de la corporation où les noms des veuves sont consignés dans des rubriques spécifiques.

Considérées généralement comme des membres de second rang au sein de leur communauté professionnelle, elles ne participent pas non plus à la vie politique de la corporation et sont exclues des assemblées ou du moins sont des membres sans voix. Or, c’est au cours de ces assemblées que se décide la vie du corps : réception des maîtres, défense des intérêts de la communauté ou décisions d’ordre économique.

Mais alors, comment la corporation organisait la reprise des ateliers par ces veuves ?

Les conditions de la reprise des ateliers d’imprimerie 

Sous l’Ancien Régime, le décès du mari entraîne un bouleversement du statut juridique de l’épouse. Délivrée de la tutelle de celui-ci, elle acquiert la pleine capacité juridique. Mais cette liberté est relative ; conditionnée par la situation économique des veuves, mais également par le droit.

Au sein de la corporation des imprimeurs, libraires et relieurs, la capacité des veuves à succéder à leurs époux est assurée par les statuts et règlements de la communauté. A Paris, ce droit est officiellement reconnu par lettres patentes du roi signées le 13 juin 1618 (et vérifiées au Parlement le 09 juillet suivant). Dans quelques villes de province, un règlement assez semblable est établi. A Toulouse, il est promulgué en 1621. Il y est prévu que : 

« Les veuves de libraires, imprimeurs & relieurs pourront continuer à tenir librairie, imprimerie & reliure, & avoir des compagnons, mesme faire parachever aux apprentis de leurs maris deffuncts le temps de l’apprentissage, sans qu’elles puissent prendre aucuns apprentis ny affranchir leurs nouveaux maris pour tenir librairie, imprimerie & relire, au prejudice de l’apprentissage de ce qui est dict cy dessus ».

Les veuves d’imprimeurs ont donc le droit d’utiliser les caractères et la marque du défunt mari, d’achever la formation des apprentis, mais ne peuvent en accepter de nouveaux. La qualité de veuve de maître imprimeur confère donc un statut social qui permet la poursuite de l’activité professionnelle, même si des restrictions sont apportées aux conditions d’exercice du métier.

Quelques exemples de contournement de ces dispositions réglementaires ont pourtant été repérés. Ainsi, Françoise de La Caille (1679-1753), veuve de l’imprimeur parisien Pierre Mergé (16..-1716) qui recrute un nouvel apprenti avec l’aide de Claude-Louis Thiboust (1667-1737), confrère de son défunt mari, qui lui sert de prête-nom pour la signature du contrat d’apprentissage4. De même, à Toulouse, entre 1666 et 1672, Louise de Valrivière, veuve d’Arnaud II Colomiès, qui multiplie les contrats en engageant pas moins de cinq apprentis5.

Des carrières féminines exemplaires 

Autorisées par les statuts, certaines veuves d’imprimeurs se lancent dans une carrière professionnelle indépendante. Elles exercent seules jusqu’à leur décès ou jusqu’à ce que nous perdions leur trace dans la documentation. Ceci correspond à des périodes plus ou moins longues, de quelques années à plusieurs décennies. 

Quel destin extraordinaire que celui de Charlotte Guillard (1480-1557), deux fois veuve d’imprimeurs : en 1518 après la mort de Bertold Rembolt puis en 1537 après celle de Claude Chevallon. Pendant l’année qui suit le décès de son second mari, soumise au deuil, elle publie des ouvrages en intégrant son patronyme dans l’adresse, ce qui est rare : « Apud Carolam Guillard viduam Claudii Chevallonii »6. Mais, dès la fin de l’année 1538 elle délaisse son nom de veuve sur les pages de titre « Parisiis, apud Carolam Guillard, via ad divum Jacobum sub sole aureo »7. Durant plus de vingt ans, elle dirige l’une des plus puissantes entreprises de l’édition parisienne, possède six presses, emploie plus de quarante ouvriers et publie 181 éditions soit une moyenne de 9 publications par an.

Toulouse, BU de l’Arsenal. Res 16313

Toulouse, BU de l’Arsenal. Resp 45301

Mais, l’exemple de Charlotte Guillard reste exceptionnel. La situation des veuves d’imprimeurs est le plus souvent difficile. Elles n’étaient pas toujours préparées à cette succession et pour pallier leur manque de compétence et maintenir leur entreprise, deux possibilités s’offraient à elles : convoler en secondes noces ou s’associer avec un proche.

Les secondes noces 

Robert-Joseph Pothier, Musée des Beaux-Arts Orléans

Sous l’Ancien Régime, les secondes noces, même si elles sont admises, n’en sont pas moins largement décriées et ce jusqu’au XVIIIe siècle.  D’un point de vue général, les juristes se partagent entre deux tendances : les rigoristes qui tiennent la femme qui se remarie pour ingrate «offençant les ombres de son mary» et les pragmatiques qui, sans condamner complètement le principe, le mettent sous conditions. L’historien du droit Robert-Joseph Pothier dans son Traité du contrat de mariage convient, dans certains cas, de la nécessité du remariage et notamment :

« lorsqu’une veuve se trouve, à la mort de son mari, chargée d’un gros labour ou d’un gros commerce, qu’elle ne peut soutenir sans le secours d’un second mari».

Au sein de la corporation des imprimeurs, libraires et relieurs, un second mariage est admis. Toutefois, les veuves d’imprimeurs s’exposent à la perte de leurs droits si elles se remarient à l’extérieur de la communauté. C’est le cas de Marguerite Hamelin, veuve de l’imprimeur Jacques de Laize de Bresche (16 ..-1685), qui épouse en 1691 François Toquesne, greffier au Châtelet de Paris. Elle est donc contrainte de cesser son activité et de vendre ses « deux presses d’imprimerie et leurs ustensiles d’une valeur de mille livres tournois » à Antoine Lambin, imprimeur de la rue Saint-Jacques.

Des dynasties professionnelles s’appuyant sur les veuves 

Au cours du XVIIIe siècle, le pouvoir royal tend à limiter le nombre de membres de la profession et surtout l’accès à la maîtrise. En 1704, on fixe le nombre d’imprimeurs dans les villes du royaume et on décide que l’on ne peut devenir maître qu’en vertu d’un arrêt du Conseil d’Etat. Ces mesures freinent considérablement l’accès à la maîtrise. Mais les fils et les gendres de maîtres, ainsi que les nouveaux maris des veuves de maîtres restent favorisés par les statuts, qui d’une part les dispensent de tout apprentissage et de compagnonnage et d’autre part exigent des frais d’entrée dans le métier inférieurs à ceux des autres aspirants à la maîtrise.

La pratique des associations familiales recouvre alors un enjeu stratégique pour la transmission des entreprises et dont la veuve constitue un maillon essentiel.  

A Toulouse, sur la période 1620-1789, plus de 42% des veuves imprimeurs se sont associées à un membre de leur famille dans le but de pérenniser leur atelier. Selon les situations familiales, les veuves s’associent le plus souvent à leur fils ou à leur gendre en cas d’absence d’héritier mâle.

Plus exceptionnel, on relève un cas, à Toulouse, d’association entre une mère et sa fille. Honorée Visquet, veuve en 1751 de l’imprimeur Claude-Gilles Lecamus, s’associe de 1752 à 1760 avec son gendre Bernard Pijon, époux de sa fille Suzanne. Jusqu’en 1759 ils sont recensés sous la raison sociale « Pijon, veuve Lecamus ». Mais, à la mort de Bernard Pijon, mère et fille, désormais veuves toutes les deux, s’associent et publient alors sous l’adresse “A Toulouse, de l’imprimerie de la veuve de Me Bernard Pijon,… chés la veuve Lecamus”. Le 20 mai 1770, Suzanne démissionne en faveur de son fils Jean Arnaud Honoré Marie Bernard Pijon.

La démission, un effet des contraintes réglementaires du XVIIIe siècle

Jusqu’au milieu du XVIIIe siècle, la plupart des veuves poursuivent l’exploitation des affaires plusieurs années après que leur héritier professionnel ait été lui-même reçu maître. A Toulouse, sur neuf veuves en exercice en 1739, six au moins ne se retirent pas des affaires au moment où leur fils ou leur gendre accède à la maîtrise. 

Mais l’arrêt du conseil du roi du 31 mars 1739 entraîne une rupture. A compter de cette date, les aspirants imprimeurs ne peuvent concourir à la maîtrise que si une place d’imprimeur est déclarée vacante et par conséquent au décès de sa veuve ou à la démission de celle-ci. 

Cette mesure a poussé de nombreuses veuves à démissionner officiellement et à renoncer à leur faculté d’exercer le métier, en faveur d’un membre de la famille, seul moyen de lui assurer une place d’imprimeur. Durant la seconde moitié du XVIIIe siècle, six veuves toulousaines sur neuf renoncent à leur place d’imprimeur. A partir de 1739, la maîtrise devient alors une “sorte de propriété familiale” que l’on se transmet de génération en génération8.

Almanach historique de la ville de Toulouse (Toulouse, BU de l’Arsenal, Resp Pf Per 53 et Resp 91096). Années 1780 et 1785

Sur les dix imprimeurs autorisés à Toulouse, trois veuves ont cédé leur place entre 1780 (à gauche) et 1785 (à droite)

Les veuves ont donc joué, durant l’Ancien Régime, un rôle prépondérant dans la pérennisation des entreprises, adoptant et combinant des stratégies diverses permises par les statuts communautaires. Mais, derrière cette vue globale, il faut reconnaître la diversité des situations de ces femmes, devenues par la force des choses et pour des durées très diverses directrices de ce que l’on appellerait aujourd’hui des petites et moyennes entreprises familiales. Quelques-unes ont connu une carrière remarquable. D’autres, ont pu procurer à leur famille une honnête aisance soit que leur mari leur ait laissé une imprimerie en bonne marche, soit qu’il disposait de biens meubles et immeubles. Mais en réalité, pour une bonne moitié d’entre elles, il s’agissait uniquement de faire vivre leur famille. Sur la plupart de ces femmes on ne sait malheureusement que peu de choses : des adresses sur la page de titre ne mentionnant même pas leur prénom, ou des signatures au bas de contrats.

Toulouse, BU de l’Arsenal, Resp Pf pl B 83-68
Pour en savoir plus 

Adam, Claudine. Les imprimeurs-libraires toulousains et leur production au XVIIIe siècle (1739-1788). Toulouse, PUM, 2015  [en ligne]

Beauvalet-Boutouyrie, Scarlett, Etre veuve sous l’Ancien-Régime, Paris : Belin, 2001

Jimenes, Rémi. Charlotte Guillard : une femme imprimeur à la Renaissance. Rennes : PUR, 2017 [en ligne]

Juratic, Sabine. Marchandes ou savantes ? Les veuves des libraires parisiens sous le règne de Louis XIV.  Femmes savantes, savoirs des femmes, du crépuscule de la Renaissance à l’aube des Lumières, Genève, Droz, 1999, p.59-68.

Villepelet Oumnia-Michaëla. Les veuves dans l’imprimerie toulousaine sous l’Ancien-Régime (1620-1789). Mémoire de master I histoire moderne, sous la dir. de Christine Dousset. Toulouse : Université Toulouse 2, 2008

  1. BnF, Français 17563. Mémoires sur différentes affaires administratives et judiciaires soumises au chancelier Séguier : Mémoires pour l’établissement de la marque du parchemin, sur l’imprimerie et la librairie, les trésoriers de France et la Cour des Aides, etc. []
  2. BnF, Français 21741, f°9 []
  3. BnF, Français 21741, f°15 []
  4. SIEFAR Société Internationale pour l’Etude des Femmes de l’Ancien Régime. Dictionnaire des femmes de l’ancienne France [en ligne] []
  5. Villepelet Oumnia-Michaëla, Les veuves dans l’imprimerie toulousaine sous l’Ancien-Régime (1620-1789). Mémoire master I histoire moderne, sous la dir de Christine Dousset, 2008 []
  6. Chez Charlotte Guillard veuve de Claude Chevallon []
  7. A Paris, chez Charlotte Guillard, rue Saint-Jacques, sous le Soleil d’or []
  8. Olivier-Martin, F. L’organisation corporative de la France d’Ancien Régime. 1998 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search