Renaître de ses cendres 4/4. La reconstitution des collections de la BU de médecine-sciences : dons et échanges (1910-1920)

Par Régine Ha Minh Tu (BU Sciences – UPS) et Marielle Mouranche (SICD – UFTMiP)

Les dons et les échanges représentent une part importante de la reconstitution des collections de la bibliothèque universitaire médecine-sciences de Toulouse, après l’incendie de 1910.

Les dons

“Un appel a été fait à toutes les Universités du monde, aux sociétés savantes françaises et à toutes les générosités. Il y a été répondu par l’envoi gratuit d’un nombre considérable d’ouvrages”.

Rapport de l’Université de Toulouse. 1910-1911

“Un relevé des noms des donateurs formerait un gros fascicule et ne pourrait assurément pas être inséré dans un rapport. La plupart des Professeurs de nos Facultés figurent sur cette énorme liste, en tête de laquelle il y a lieu de placer le Ministère de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, beaucoup d’Universités européennes et américaines en relations d’échanges avec nous … Les dons d’unités ou de petits lots sont fréquents, presque quotidiens”.1

Rapport de l’université de Toulouse. 1917-1918

Si cette dernière affirmation extraite du rapport annuel du conseil de l’université de Toulouse pour l’année 1917-1918 est un peu exagérée – le relevé des noms des donateurs, certes nombreux, ne formerait tout de même pas un “gros fascicule” – il n’en reste pas moins que la catastrophe de 1910 a suscité un vaste mouvement de solidarité et que les donateurs ont été particulièrement nombreux, surtout dans les premières années qui suivirent l’incendie. On estime à 36 000 le nombre de documents ainsi acquis2. Cet article est l’occasion de rendre hommage à tous ceux qui par leur générosité ont participé à la reconstitution des collections.

Les donateurs

Registre d’inventaire de la BU médecine sciences

Comme il a été indiqué dans le billet précédent, le traitement de ces dons a représenté un travail considérable, notamment pour l’inscription au registre d’inventaire. Les noms des donateurs y sont systématiquement mentionnés, sous une forme parfois abrégée qui n’a malheureusement pas permis de tous les identifier3.

Monogramme d’Edouard Privat

Parmi ceux-ci, on compte un grand nombre de particuliers qui, très rapidement après l’incendie, envoient un nombre variable de volumes : de quelques unités jusqu’à plus d’un millier. Ils ont souvent un lien direct avec l’université, qu’ils soient enseignants – comme par exemple Maurice Jeannel,  Alphonse Mossé, ou Théodore Marie à la faculté de médecine, Louis Perrier, médecin et professeur de philosophie scientifique à la faculté de théologie protestante de Montauban – recteurs, comme Paul Lapie, ou anciens étudiants, qui évoquent souvent dans leur lettre d’accompagnement leur “chère bibliothèque”. On trouve aussi parmi les donateurs des personnalités toulousaines (ou leurs veuves), comme Edouard Privat, Henri Begouen, la veuve d’Eugène Trutat ainsi que de nombreux médecins (Elie Tachard, Laurent Secheyron,… ) ou des personnes moins connues. Mais la mobilisation du monde scientifique ne s’est pas limitée à Toulouse comme en témoignent les dons des médecins René Biot (médecin à Châlons après des études à la faculté de Lyon), Henri Chopy (médecin à Nemours), Jean-Etienne Jutet (médecin à Lyon après des études à Montpellier), du biologiste Paul-Henri Lecomte (professeur au Museum national d’Histoire naturelle) ou des éditions Gauthier-Villars et de la librairie Picard à Paris.

Les dons les plus importants ont été effectués par des établissements ou des associations de France ou de l’étranger :

  • établissements scientifiques toulousains (Ecole vétérinaire, certains laboratoires de l’université, Académie des sciences de Toulouse…)
  • grandes bibliothèques parisiennes (Sorbonne – plus de 2000 volumes – bibliothèque Sainte-Geneviève) ; bibliothèques de facultés ou d’écoles (principalement Bordeaux, Paris, Montpellier, Lyon, Marseille, mais aussi Nancy, Caen, Grenoble, Rennes, Limoges, Ecole des Mines de Saint-Etienne…)
  • quelques universités étrangères, principalement européennes (Leipzig, Utrecht, Liège, Berlin, Oslo, Copenhague, Uppsala… ) ou beaucoup plus lointaines, comme l’université Laval de Québec.
  • sociétés savantes et académies comme l’Académie de médecine, l’Académie impériale et l’Académie de médecine militaire de Saint-Pétersbourg, le Conservatoire de botanique de Genève…. Par ailleurs, l’Hôpital de Cahors a envoyé plus de 500 volumes anciens qu’il avait reçu en don.

Après 1913, les dons commencent à s’espacer, ce qui est presque un soulagement, car ils finissent par devenir si encombrants qu’on envisage même de faire des envois à d’autres institutions (notamment l’école de médecine de Tananarive). Il faut dire que beaucoup de documents reçus n’était pas utilisables, suite à l’envoi de nombreuses collections incomplètes ou de documents courants reçus en double ou triple. Jacques Crouzel, le directeur de la bibliothèque, parle de 5 ou 6 tonnes de doubles “non pris en charge”, pour lesquels il demande en vain à la Commission de la bibliothèque une autorisation d’aliénation en 19184.

Les livres anciens

Pour les livres anciens, il semble bien que tout ait été précieusement gardé. Pourtant, sur le moment, ces dons ont surtout représenté une charge car ils n’étaient pas directement utiles pour l’enseignement ou la recherche. Le rapport annuel de la bibliothèque pour l’année 1911-1912 parle de “beaucoup de vieux livres de médecine comme nous en avions tant avant l’incendie” qui ne présentent plus “guère qu’un intérêt historique”.

Cachet de l’ancienne bibliothèque du collège de pharmacie

Dans ce domaine, on peut estimer que la bibliothèque s’est notablement enrichie après l’incendie. Les dons ont donné aux collections un profil particulier : ces acquisitions se sont faites sans logique, avec souvent plusieurs éditions d’un même titre ou même plusieurs exemplaire d’une même édition, mais aussi une grande variété de possesseurs, français ou étrangers, qui constitue une des richesses du patrimoine écrit de l’université Toulouse 3 Paul Sabatier, conservé à la BU Santé des allées Jules Guesde. Les dons les plus nombreux proviennent de bibliothèques qui ont souvent donné leurs “doubles”5. Grâce au travail d’identification précédemment mené, les collections toulousaines ont ainsi contribué en 2014 à la reconstitution virtuelle de la bibliothèque de l’ancien Collège de pharmacie de Paris mené par la BIU Santé de Paris.

Si les livres reçus n’étaient pas toujours en très bon état, les donateurs sont loin d’avoir envoyé leurs “rebuts”, ou alors des rebuts de grande qualité, comme ce volume envoyé par la BU de Montpellier qui est l’un des livres les plus ancien du fonds patrimonial de l’Université Toulouse 3 Paul Sabatier : un recueil de deux oeuvres d’Aristote datées de 1533 et 1534, pour lequel une note manuscrite de 1850 précise qu’il a été “mis au rebut et remplacé” par la faculté de médecine de Montpellier ; il faisait partie du legs Haguenot, noyau initial de cette bibliothèque6.

Don par la BU de Montpellier d’un volume “Mis au rebut et remplacé” en 1850. Recueil de deux oeuvres d’Aristote, 1533 et 1534

C’est parmi les dons reçus après l’incendie que l’on trouve les plus belles reliures, ainsi que les ouvrages les plus anciens du fonds (Le De medicis et infirmis de Gieronimo Manfredi, publié en 1530 et deux oeuvres d’Aristote publiées en 1533 et 1535)

Recueil contenant les plus anciens livres du fonds :
2 oeuvres d’Aristote publiées en 1533 et 1534 (Don de la BU Montpellier)
Exemplaire d’une édition de 1543 de textes
d’Hippocrate et de Gallien entièrement annotée
(Don de l’Ecole supérieure de pharmacie de Paris)
Armes de la marquise de Pompadour sur la reliure
d’un exemplaire des Mémoires pour servir à l’histoire des insectes
par R.A.F. de Réaumur, 1734 (Don de la BU de Caen)
Reliure germanique du XVIe siècle sur :
Dioscoride. De medicinali materia libri sex
Joanne Ruellio interprete…, 1549
(Don de la BU de Leipzig)

Les dons des bibliothèques de Dominique Clos, Maurice Jeannel et Félix Garrigou  

En 1918 et 1920 les bibliothèques de trois scientifiques liés à Toulouse sont données après leur mort  par leurs familles, venant en quelque sorte conclure plusieurs années de dons exceptionnels. Le souvenir de l’incendie de 1910 n’est sûrement pas étranger à cette générosité.

La bibliothèque de Dominique Clos

Dominique Clos, né à Sorèze (Tarn), médecin et botaniste, occupe la chaire de botanique à la faculté des sciences de Toulouse de 1853 à 1889. Directeur du Jardin des Plantes, il est le véritable créateur du Jardin botanique de Toulouse (6 000 espèces) et de l’herbier de la faculté de sciences (32 000 exemplaires). Il devient président de la Société d’Histoire naturelle de Toulouse en 1871. En 1918, quelques années après sa mort, sa famille offre à l’université sa bibliothèque, essentiellement dédiée à la botanique, constituée de plus de 1 100 volumes datés du XVIe à la fin du XIXe siècle.

J. Burman, Thesaurus Zeylanicus, Amsterdam, 1737 (fonds ancien D. Clos BU Santé AJG)
La bibliothèque de Maurice Jeannel
Ex-libris de Maurice Jeannel

Maurice Jeannel, né en 1850 à Bordeaux et mort en 1918 à Paris, est reçu premier au concours d’entrée de l’École Impériale de Santé Militaire de Strasbourg en 1868. Il s’échappe de la ville après sa capitulation en 1871 et rejoint la France. Son engagement de 10 ans terminé, il démissionne de l’armée en 1880. Tout d’abord médecin à Vendôme (Loir-et-Cher), il devient en 1884 chirurgien et enseignant à École de Médecine de Toulouse. Il occupe par la suite la chaire de clinique dont il fait un centre chirurgical de grande renommée. Il devient doyen de la faculté de médecine en 1909 jusqu’à sa mort en 1918. Il subit l’incendie de 1910 et suit de près la reconstruction de la faculté et de sa bibliothèque, à qui il offre dès la fin de l’année 1910 une centaine de volumes. A sa mort, sa famille fait don de sa bibliothèque à l’université. Pour lui rendre hommage, la faculté de médecine inscrit son nom au dos des reliures qu’elle fait exécuter pour les ouvrages de sa collection, pratique assez exceptionnelle à la BU de Toulouse.

La bibliothèque de Félix Garrigou
Liste des leçons du premier cours d’hydrologie donné par F Garrigou pour l’année 1891-1892 (Ms Garrigou, BU Arsenal)

Joseph-Louis-Félix Garrigou est né le 17 septembre 1835 à Tarascon (Ariège). Il poursuit des études de médecine à Toulouse et à Paris, où il obtient son doctorat en 1860, puis choisit d’orienter sa carrière vers le thermalisme en exerçant dans les stations pyrénéennes d’Ax-les-Thermes et de Luchon. En 1891, il devient le premier chargé de cours d’hydrologie en France, à la faculté de Toulouse, et obtient plus de vingt ans plus tard la consécration de cette discipline avec la création à Toulouse en 1913 de l’Institut d’hydrologie dont il devient le directeur (il est alors nommé professeur).

A sa mort, en 1920, il lègue à l’université de Toulouse sa bibliothèque consacrée à l’hydrologie, riche de 260 volumes et de plus de 1 300 brochures (actuellement conservés à la BU Santé des Allées Jules Guesde, Université Toulouse 3 Paul Sabatier), ainsi que ses archives liées à son enseignement ou à ses recherches sur le thermalisme ou la préhistoire (conservées à la BU de l’Arsenal, Université Toulouse 1 Capitole).

Envoi manuscrit d’un médecin à F. Garrigou sur une brochure du fonds Garrigou (BU Santé AJG)

Les échanges

Les échanges internationaux : les thèses

En réponse à l’appel de l’Université de Toulouse, outre les ouvrages issus principalement de leurs fonds de doubles, les universités étrangères, principalement allemandes, envoient leurs thèses, ce qui permet à la section médecine-sciences de reconstituer en partie son fonds de thèses étrangères, disparu dans l’incendie. Celui-ci avait été constitué par le biais de l’union des échanges d’écrits académiques. Créée en 1817 par la bibliothèque universitaire de Marbourg sous le nom d’akademischer Tauschverein, celle-ci réunit soixante-huit universités en 1885. La France y adhère en 18827, ce qui a permis aux bibliothèques universitaires françaises, dont celle de Toulouse, de recevoir, jusque dans les années 1980, les thèses soutenues dans 35 universités allemandes, néerlandaises, scandinaves, britanniques et suisses.

Reçu dès 1911, ce fonds de thèses conservé à Toulouse permettra de compléter plusieurs dizaines d’années plus tard  les lacunes des bibliothèques allemandes dues aux destructions de la Seconde Guerre mondiale.

Les échanges internationaux : les Annales de la Faculté des sciences de Toulouse

Comme pour les autres publications de l’université, plusieurs exemplaires des Annales de la Faculté des sciences de Toulouse (publiées depuis 1887) étaient mis à la disposition de la bibliothèque, qui pouvait ainsi recevoir, à titre d’échange, les publications de nombreuses sociétés savantes, universités ou administrations du monde entier8. Après l’incendie, l’université envoie à la bibliothèque l’ensemble des volumes des Annales publiés de 1887 à 1909 pour qu’elle reconstitue sa collection de publications savantes : en 1914 environ 140 titres sont ainsi reçus, provenant d’une centaine d’académies et sociétés savantes de France et de l’étranger, dont 26 titres d’Allemagne et Autriche-Hongrie. Mais les échanges avec ces deux pays sont stoppés par la Première Guerre mondiale : le dernier envoi date du 25 juillet 1914, et les échanges ne reprennent régulièrement qu’au début des années 1920.

Note de G. Ducos, bibliothécaire de la section médecine-sciences

Le dépôt de la bibliothèque de la société d’Histoire naturelle

Le dépôt de la bibliothèque de la société d’Histoire naturelle à la BU médecine-sciences constitue en quelque sorte l’acte final de l’oeuvre de reconstitution des collections incendiées.

Fondée en 1866, la Société d’Histoire naturelle de Toulouse  publie le premier volume de son Bulletin en 1867. Elle développe ainsi un réseau d’échange de publications scientifiques, qui lui permet, outre les nombreux dons qu’elle reçoit, de constituer une bibliothèque importante. Au début du XXe siècle, elle n’est plus en mesure de l’abriter dans ses locaux de la rue de Rémusat, trop petits et humides. Elle décide donc de la placer en dépôt à la BU de médecine-sciences, qui rouvre fin 1919. Le déménagement commence pendant l’année universitaire 1919-1920 et se poursuit l’année suivante, par le transfert de plus de 7 000 volumes. Le dépôt est officialisé par une convention le 16 juillet 1921 (il sera transformé en don en 2005). Ce fonds, qui continue à se développer, constitue une des richesses des collections de la BU sciences de Toulouse.

 

Coléoptères et papillons peints par Hallé, vers 1770 (BU Santé AJG, fonds de la Société d’histoire naturelle de Toulouse)

Ainsi s’achève le feuilleton sur l’histoire de l’incendie et de la renaissance de la section médecine sciences de la BU de Toulouse.

Episodes précédents :

Renaître de ses cendres : 1/4. La BU médecine-sciences de Toulouse de sa création à l’incendie (1891-1910)

Renaître de ses cendres. 2/4 : La reconstruction de la bibliothèque médecine-sciences de Toulouse (1910-1919)

Renaître de ses cendres. 3/4 : la reconstitution des collections de la BU Médecine-Sciences de Toulouse (1911-1920)

  1. Université de Toulouse, Rapport du conseil de l’université. Année…, Toulouse, 191. []
  2. auxquels il faut ajouter environ 100 000 thèses. J. Crouzel, « Notice sur la bibliothèque de Toulouse », 1919 ?,  BU Arsenal, UT1 Capitole, Ms260 []
  3. à l’occasion de cet article, le travail d’identification et de mention des donateurs dans les notices a été repris pour les ouvrages du fonds ancien []
  4. et dont il a pris soin de faire un catalogage sommaire sur fiches.cf. Commission de la bibliothèque, séance du 28 juin 1918 , Archives de la BU de Toulouse, BU Arsenal, UT1, NC, ; J. Crouzel, « Notice sur la bibliothèque de Toulouse », 1919 ?,  BU Arsenal, UT1C, Ms260 []
  5. A l’heure actuelle, on accorde plus d’attention aux particularités d’exemplaires et notamment aux marques de possession, et la notion de double pour les livres anciens est beaucoup plus restrictive []
  6. la reliure a depuis été restaurée []
  7. grâce à l’engagement incessant d’Auguste Carrière, membre de la Commission centrale des bibliothèques universitaires instituée en 1879 []
  8. la section médecine-sciences disposait ainsi par exemple d’exemplaires des Annales de l’Observatoire astronomique ou des Archives médicales de Toulouse []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search