Femmes dans l’imprimerie : les filles et les épouses de maîtres imprimeurs 1/2

 

Depuis les débuts du XVIe siècle, en France, comme dans bien d’autres pays, des femmes ont produit, imprimé et diffusé des livres ; un bon nombre d’entre elles ont même dirigé pendant des années une entreprise dans ce secteur réservé aux hommes. Qui étaient-elles ? Quel était leur statut ? Et quelles étaient leurs activités ? En mars 2020, l’expo flash « Femmes dans l’imprimerie » installée dans le hall de la bibliothèque universitaire Toulouse I Capitole, a abordé la place des femmes dans les métiers du livre en évoquant brièvement six parcours d’imprimeuses parisiennes et toulousaines de la Renaissance à la Révolution française.  Un an plus tard, nous vous proposons de revenir plus longuement sur ces destins de femmes.

La place des femmes dans la société française (XVIe-XVIIIe siècle)

Dans la France d’Ancien Régime, il n’existe pas de droit unique mais de multiples règles qui fixent, différemment selon les lieux ou l’appartenance sociale, le statut et les droits des personnes.  Dans le Midi, au sud d’une ligne La Rochelle-Genève, règne le droit écrit ; au nord de cette ligne on ne dénombre pas moins de soixante-cinq coutumes provinciales et deux à trois cents coutumes locales. Orales au Moyen-Âge, ces coutumes sont rédigées à partir de la fin du XVe siècle, formant ainsi un ensemble de règles écrites reconnues par le roi.   

En pays de droit écrit ou coutumier, la majorité des femmes sont sous contrôle légal d’un homme, père puis mari, qui possède une puissance juridique sur elle : un pouvoir sur sa personne et ses biens.

Jeune fille, elle est soumise à la puissance paternelle et ne peut disposer de ses biens, passer des contrats et se marier sans l’accord du père.  Une fois mariée, la femme « est en puissance de mari », c’est-à-dire sous le pouvoir légal de son époux. Il lui faut donc l’autorisation de celui-ci pour tout acte de la vie civile.

Si l’on s’en tient aux textes juridiques, pour jouir d’une relative liberté, la femme doit attendre d’être veuve. Elle possède alors pleine capacité juridique, peut contracter, ester en justice et administrer ses biens.

Et pourtant, rarement visibles dans les sources, ces femmes sont présentes dans les ateliers dès leur plus jeune âge.

Portrait de Christophe Plantin
(Musée Plantin Moretus)

Des jeunes filles dans les ateliers

Les quelques informations que nous avons sur les filles d’imprimeurs proviennent principalement de la correspondance de leurs parents. Ainsi, la formation des enfants de l’imprimeur anversois Christophe Plantin (1520-1589) est particulièrement documentée.

Portrait de Madeleine Plantin
(Musée Plantin Moretus)

Les filles ont été formées par leur père. En novembre 1570, Plantin écrit qu’il a appris à ses filles à lire et à écrire jusqu’à leurs douze ans et à relire des épreuves d’impression afin qu’elles puissent prêter main forte dans l’imprimerie. Dans une lettre adressée à la fin de l’année 1570 à Gabriel de Cayas, il parle ainsi de Madeleine, sa quatrième fille, alors âgée de 13 ans :

« Elle tient encores la règle qu’ont tenu les autres jusques a pareil age : a sçavoir d’aider à sa mère aux affaires du mesnage ; et principalement a péculière charge de  […] lire des originaux Hébraicques, Chaldéens, Syriacques Grecs et Latins, le contenu desdictes espreuves […] Le tout selon que le temps et la capacité de son esprit le pourra porter et comprendre pour sçavoir un jour , s’il plaira à Dieu, aider à gouverner l’imprimerie ».

L’itinéraire de Madeleine Plantin (1557-1599) est cependant hors du commun pour cette époque.  La plupart du temps, ces jeunes filles participaient à l’entreprise familiale en s’adonnant à des travaux qui n’exigeaient pas une préparation technique poussée, comme l’assemblage, le pliage, peut-être la correspondance selon leur degré d’instruction.

Page de titre des anecdotes typographiques
de Nicolas Contat

Quelques anecdotes de l’apprenti Jérôme – dont le véritable nom est Nicolas Contat – donnent une idée des tâches techniques confiées à celles-ci.

«Les filles de la maison… doivent montrer à Jérôme l’art du magasin, c’est-à-dire assembler, collationner, mettre en dizaine puis en pile et en paquet. L’opération commence par ranger sur une longue table les feuilles de papier… Une des demoiselle Manon la cadette, va donner à Jérôme les premières instructions et, d’une main légère, elle lève les feuilles proprement et adroitement en prenant avec le pouce une feuille sur le premier tas qu’elle porte sur le troisième et ainsi de suite jusqu’à la fin.»

L’implantation de ces jeunes femmes au sein des corporations masculines est souvent mal acceptée. Il est pourtant de tradition, dans certaines régions, d’employer des filles de maîtres imprimeurs à condition qu’elles soient encore célibataires. Mais le travail de ces jeunes filles divise. Bien que la majorité accepte l’embauche des femmes, et que l’imprimeur rouennais Jean Viret (1610 ?-1672) rappelle que les « filles de maistres n’estant mariées, qu’elles ont de tous temps travaillé, tant de la branche d’imprimerie que librairie » doivent continuer à le faire pour leur «entretien et subsistance», d’autres, au contraire, affirment qu’«il est juste que les pauvres maîtres leur soient préférés, n’étant pas de justice qu’un homme qui a six enfants les quitte, et qu’une fille tienne sa place qui pourroit faire autre chose».1

L’embauche de ces jeunes filles, encore acceptable pour les compagnons en période de croissance éditoriale, devient en effet périlleuse durant la seconde moitié du XVIIe siècle, du fait du resserrement des effectifs dû à de nouveaux règlements corporatifs limitant l’accès à la maîtrise.

Les compagnons et les apprentis s’opposent donc régulièrement à l’embauche de ces jeunes femmes. A Rouen en 1659, une délibération de la communauté signale que de « pauvres maistres à gages » ont porté requête au lieutenant général au bailliage afin que les «filles de maistres ne peussent travailler qu’en la maison de leur père et non ailleurs ». Mais la sentence du bailliage du 13 mars 1659 confirme qu’il est « permis aux maîtres de l’art de la librairie imprimeur d’employer les femmes et filles de maistres ».

Omniprésentes et invisibles : les épouses des imprimeurs

La place des femmes dans le monde du livre est également à évaluer à l’aune de leur rôle dans le cadre des alliances matrimoniales et des transferts de fortune qui en découlent. Les mariages, et les dots qui l’accompagnent, permettent la circulation de la richesse, du patrimoine et du capital, au sein de différentes familles. Par ceux-ci, on vise à consolider une entreprise ou à en assurer la survie. Henri Jean Martin dans son ouvrage Livre, pouvoirs et société à Paris au XVIIe siècle étudie 90 contrats de mariage d’enfants d’imprimeurs. Pour 48 cas, l’union s’est faite entre gens du livre, tandis que 20 filles d’imprimeurs, de relieurs ou de libraires se sont mariées hors de la profession. En province, eu égard au nombre beaucoup plus restreint d’imprimeurs dans une même ville, le pourcentage est certes moins élevé mais le phénomène y est également présent. Les mariages sont l’objet de stratégies d’ascension sociale mais également d’alliances et de création de dynasties d’imprimeurs.

Josse Bade (1462-1535) est l’un des plus importants et des plus prolifiques imprimeur de la première moitié du XVIe siècle. Lui-même marié à la fille de l’imprimeur Jean Trechsel, il est père de neuf enfants, dont six filles. Quatre d’entre elles ont eu pour époux de grands imprimeurs parisiens : Madeleine épousa Jacques du Puys, Catherine Michel de Vascosan, Jeanne Jean de Roigny et Perrette Robert Estienne. Cette dernière union se trouve être particulièrement documenté.

Toulouse, BU de l’Arsenal, Resp Mn 546

Toulouse, BU de l’Arsenal, Res Mn 487

Libourne, BM, 2149.III, 1

Dans la dynastie d’imprimeurs des Estienne, Robert Estienne représente la deuxième génération. Après avoir travaillé avec son beau-père Simon de Colines, il se retrouve à la tête de l’imprimerie familiale en 1526. Cette même année, Robert Estienne s’associe à Josse Bade en épousant, sa fille Perrette qui lui apporte alors une dot substantielle. Le contrat de mariage figurant au Minutier central des notaires de Paris précise que Josse Bade donne : 

«1,000 l. t., savoir 600 l. en deniers comptants, le jour des épousailles, 200 en volumes de livres, des sortes et impression dud. Badius, telz que led. Estienne vouldra eslire et choisir et au pris des marchans, et 200 en habillements de la mariée ; reçu des 1,000 l. t. »

BnF, Rés. 8o T. 2547 / Toulouse, BU de l’Arsenal, Resp 4919 / Marque de l’imprimeur Josse Bade

Les époux recevront également cet exemplaire des Heures de Geoffroy Tory en cadeau de mariage. La page de titre enluminée, attribuée à Étienne Colaud, représente un atelier d’imprimerie. Les initiales R et P dans un cœur suspendu entre les montants de la presse pourraient être celles des héritiers de deux célèbres familles d’imprimeurs parisiens. Simon de Colines, à l’origine de ce cadeau, rend ainsi hommage au père de la mariée en utilisant comme modèle pour l’enluminure la marque d’imprimeur de Josse Bade.


Toulouse, BU de l’Arsenal, Resp Pf XVIII 255

«Mais qui est la femme de libraire, d’imprimeur, de graveur de caractères ou de relieur parisien ? Tout d’abord, au sein familial, comme toutes les femmes, elle est l’obscure mère nourricière et ménagère : lui reviennent les grossesses, la tenue de la maison et la tutelle des enfants mineurs. Professionnellement elle est une aide quotidienne pour son mari dans la marche de la boutique ou de l’atelier»2

L’organisation hiérarchisée des ateliers d’imprimerie, la division des tâches qui exclut souvent les femmes des processus de fabrication paraissent peu susceptibles de ménager une place aux femmes derrière les presses. Mais, la femme de maître est souvent un acteur essentiel de l’atelier. Secondant son mari elle est capable de surveiller les ouvriers, de s’occuper de la gestion et de la comptabilité et de le remplacer en cas d’absence.

Très exceptionnellement, des femmes ont exercé, avec ou sans l’aval de la communauté, le métier d’imprimeur à la place de leur mari. En 1741, Honorée Visquet, épouse de l’imprimeur toulousain Claude-Gilles Lecamus, obtient la charge d’imprimeur ordinaire du Roi en survivance de son mari, alors incapable d’exercer cette charge pour cause d’infirmité. Mais jusqu’en 1751, date de la mort de Claude-Gilles Lecamus, le nom d’Honorée Visquet n’apparaît sur aucun livre. Durant toutes ces années, elle ne dirige pas l’atelier mais reste l’auxiliaire privilégiée de son mari. Ces circonstances exceptionnelles ne lui ont conféré ni le statut de maître ni un statut équivalent à celui des veuves.

Notes :

1. Mellot, Jean-Dominique. L’édition rouennaise et ses marchés (vers 1600-vers 1730). Paris, Ecole des chartes, 1998 et Archives départementales de la Seine-Maritime Série E, Ep 486

2. Postel, Sylvie. Femmes et presses à Paris au XVIe siècle. Le livre dans l’Europe de la Renaissance, Paris, Promodis, Cercle de la Librairie, 1985

Pour en savoir plus  :

Arbour, Roméo. Les femmes et les métiers du livre (1600-1650). Chicago : Garamond Press, 1997

Dousset, Christine. Commerce et travail des femmes à l’époque moderne en France. Toulouse : Université Toulouse Jean Jaurès – Framespa [en ligne]

Fianu, Kouky. Les femmes dans les métiers du livre à Paris (XIIIe-XVe siècles). La collaboration dans la production de l’écrit médiéval : actes du XIIIe colloque du Comité international de paléographie latine. 2003

Juratic, Sabine ; Pellegrin, Nicole. Femmes, villes et travail en France dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle : quelques questions. Histoire, économie et société. Vol. 13, 1994

Martin, Henri-Jean. Livre, pouvoirs et société à Paris au XVIIe siècle (1598-1701). Genève : Droz, 1999
 
Parent-Charon, Annie. A propos des femmes et des métiers du livre dans le Paris de la Renaissance. Des femmes & des livres : France-Espagnes, XIVe-XVIIe siècle. 1999 [en ligne]
 
Tout ce qu’elle saura et pourra faire : femmes, droits, travail en Normandie du Moyen-Âge à la grande guerre. Mont Saint-Aignan : PURH, 2015 [en ligne]
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search