Renaître de ses cendres. 3/4 : la reconstitution des collections de la BU Médecine-Sciences de Toulouse (1911-1920)

Par Marielle Mouranche (SICD – UFTMiP) avec la collaboration de Régine Ha Minh Tu (BU Sciences, UPS)

“Reconstituer une bibliothèque scolaire est facile… mais pour l’enseignement supérieur et ses travaux…, il faudrait plus que tout ce que vous recevrez de l’assurance” (lettre d’Emile Cartailhac à Jacques Crouzel, octobre 1910).

Il s’agit de “refaire en quelques années un travail représentant un quart de siècle d’efforts” (Séance du 19 novembre 1910 de la Commission de la bibliothèque universitaire de Toulouse).

Le bilan des pertes

Les “rescapés”

Seuls 955 volumes ont échappé à la destruction suite à l’incendie de la BU Médecine-Sciences du 27 octobre 1910. Ceux qui se trouvaient hors de la bibliothèque – chez les lecteurs, les relieurs, ou en dépôt dans d’autres services, notamment le service de botanique, qui conservait de très belles flores illustrées ; mais aussi ceux qui étaient conservés dans le bureau du bibliothécaire, épargné par l’incendie. Il s’agit des documents les plus précieux par leur rareté : les manuscrits, qu’on avait dans un premier temps cru perdus, et le petit fonds local de livres. Sur les 300 manuscrits de sciences et de médecine conservés avant 1910 “seules” 18 cotes ont disparu1. Les manuscrits sont restés dans les magasins de la section Droit-lettres et n’ont pas réintégré la section Médecine-Sciences : ils sont donc actuellement conservés à la BU de l’Arsenal.

Ouvrages rendus après l’incendie

Prêt : J. Nanot, Botanique agricole, 1906 (BU Sciences UT3PS)

Prêt entre bibliothèques rendu par la BIUM de Clermont-Ferrand : J. Thurmann, Essai de phytostatique, 1849 (BU Sciences UT3PS)

Prêt : E. Vigneron, Magnétisme…, 1909 (BU Sciences, UT3PS)

Extrait du registre d’entrées
Ouvrage en dépôt au service de botanique au moment de l’incendie. N. J. Jacquin, Plantarum rariorum horti Caesarei Schoenbrunnensis, 1797-1804
Manuscrits

Livre des… écoliers en chirurgie (1542-1711), BU Arsenal, UT1C

Registre des délibérations de la faculté de médecine de Toulouse (1773-1793), BU Arsenal, UT1C

E. Lartet, Dessins de machoires de rongeurs fossiles, 1869, BU Arsenal, UT1C

Ouvrages du fonds local

J. de Queyrats, Bref recueil des remèdes…, Toulouse, 1652 (BU Santé AJG, UT3PS)

 

Purpan, Pons, Pharmacopoea Tolosana...,Toulouse, 1648 (BU Santé AJG, UT3PS)

Lamarque, Opération latérale…, Toulouse, 1769 (BU santé AJG, UT3PS

Le long travail d’expertise des assurances

L’évaluation des pertes est confiée par les sociétés d’assurance à Edouard Privat, qui rend un premier rapport le 16 juin 1911. Celle-ci se fait, pour chaque catégorie de document, avec une précision scrupuleuse qui ne manque pas d’étonner, sur les “bases sérieuses” fournies par le directeur de la bibliothèque Jacques Crouzel, dont E. Privat salue la conscience et les scrupules.

Pour les ouvrages, la liste exacte des volumes disparus a été reconstituée “à une unité près”, malgré la destruction des fichiers2 . L’estimation de la valeur se fait ensuite titre à titre, pour aboutir à un total de 162 000 F (tous les chiffres, donnés au centime près dans le rapport, sont ici arrondis), dont près de 75 % pour les acquisitions postérieures à 18933.

Les collections de périodiques sont estimées à 360 000 F, ce qui est révélateur du poids important de ce type de documentation pour les bibliothèque universitaires4.

Le nombre important de thèses – 96 888 – s’explique par le système des échanges universitaires. L’ensemble est estimé à 48 300 F, en comptant un prix moyen de 0,40 F par unité.

Si l’on ajoute les 7 688 plaquettes (brochures), estimées à 0,50 F l’unité et la catégorie des ouvrages publiés sous les auspices du ministère de l’Instruction publique, on arrive à un total de 593 000 F. Mais le scrupule est poussé jusqu’à déduire la valeur des livres non détruits (17 000 F), celle des livres qui “peuvent encore servir bien que gravement endommagés” (658,50 F) – dont le hasard ou de patientes recherches permettrait peut-être de découvrir des spécimens – et même le produit de la vente du papier brûlé (150 F). Le total final est donc de 575 600 F, somme assez colossale. Pas si loin, si l’on ajoute l’estimation du mobilier (11 000 F), le coût des travaux (plus de 200 000 F) et les dépenses diverses, du million de pertes évoqué par certains articles de journaux écrits juste après l’incendie.

Après contestation de la Société toulousaine du Bazacle, l’estimation des collections est ramenée à 487 200 F dans le rapport final daté du 1er février 1912 (la valeur de la catégorie ouvrages est diminuée de plus d’un tiers). Mais l’indemnité ne s’élève qu’à 257 200 F (dont environ 9 000 F pour le mobilier) en raison de l’insuffisance d’assurance.

Mesures d’urgence et premiers élans de solidarité

Sans perdre de temps, la bibliothèque et l’université prennent des mesures pour préparer la reconstitution des collections.

Dès le 27 octobre, le doyen Jeannel demande aux professeurs de médecine d’établir une liste de leurs desiderata pour reconstituer une “bibliothèque provisoire”, et les convoque à une réunion le 29, en présence du bibliothécaire.

Diverses circulaires sont envoyées dès les premiers jours de novembre : appel aux éditeurs à fournir gratuitement les abonnements aux périodiques de l’année en cours, appel aux dons envoyé aux bibliothèques, universités et sociétés savantes, demande adressée aux docteurs en médecine, pharmacie ou sciences d’envoyer un exemplaire de leur thèse et de leurs publications.

Quelques jours après l’incendie, le Conseil de l’université de Toulouse accorde un crédit exceptionnel de 24 000 F pour les dépenses les plus urgentes.

Le ministère de l’Instruction publique annonce également le 10 novembre 1910 la mise à disposition d’un crédit de 20 000 F pour les premiers achats, qui seront centralisés par l’Etat. La priorité est donnée à l’enseignement : livres indispensables aux étudiants pour la préparation des examens et aux professeurs pour les cours. Il est décidé de partager cette somme équitablement entre les sciences et la médecine.

Lettre du libraire toulousain C. Dirion à J. Crouzel, 27 octobre 1910

En parallèle, l’université reçoit des propositions spontanées de libraires. La première émane du libraire toulousain Charles Dirion, le soir même de l’incendie. Quelques jours plus tard, M. Staat, libraire de Strasbourg, ville dont la bibliothèque a été détruite en 1870, offre de se charger d’envoyer une circulaire aux libraires et éditeurs français, ainsi qu’aux bouquinistes allemands. Paul Vigot, fondateur de la librairie médicale qui porte son nom, propose de lancer un appel dans la Bibliographie de la France5.

Lettre du libraire de Strasbourg F. Staat à L. Braemer,
professeur de médecine de l’université de Toulouse, 12 nov. 1910

Les commandes

Liste de livres établie par Henri Bouasse, professeur de physique, nov. 1910

Pour les achats, les professeurs sont invités à envoyer leurs listes de demandes, compilées et complétées ensuite par Jacques Crouzel6. Les premières concernent les commandes centralisées par le ministère. Le dossier le plus fourni est établi par Henri Bouasse, professeur de physique, principalement à partir des catalogues de Gauthier-Villars7. Mi-novembre 1910, la bibliothèque a déjà envoyé pour 12 000 F de commandes au ministère et en avril les crédits sont épuisés.

Liste des “grandes collections” à acheter pour le service de l’anatomie établie par Adrien Charpy,

Dans un deuxième temps, on procède aux commandes des “collections” (ce terme désigne ici la plupart des livres de niveau recherche). La majorité des professeurs de sciences avaient envoyé leurs desiderata dès la fin 1910, comme par exemple Victor Pasquier pour la géologie, la minéralogie et le paléontologie (chiffrée à 1917 F par Jacques Crouzel). En médecine, les envois sont centralisés par le doyen et transmis en mai 1911. En février 1912, le total des dépenses soldées ou prévues est de 218 000 F, ce qui laisse un petit reliquat de crédits sur les indemnités versées par les compagnies d’assurance et permet de s’autoriser quelques dépenses somptuaires comme l’achat des 25 volumes de la Flora Brasiliensis pour 7 500 F.

Vol IV partie 1 (1852) de la Flora Brasiliensis. de C. F. von Martius (1840-1906 ), BU Sciences, UT3PS

On procède ensuite aux abonnements aux suites (ouvrages en plusieurs tomes dont la parution est en cours). L’enjeu est un peu différent : comme ils induisent des dépenses récurrentes, toute nouvelle demande doit être compensée par une suppression. Une sous-commission spéciale est alors constituée pour régler cette question délicate.

La question des abonnements aux périodiques l’est encore plus, car les besoins sont immenses et Jacques Crouzel estime fin 1911 que le budget courant ne permet d’en couvrir qu’un tiers. Les périodiques reçus en don ne sont pas toujours exploitables car ils sont souvent incomplets. Malgré des petites rallonges budgétaires accordées par la suite, ce problème est toujours crucial à la réouverture, étant donné l’augmentation des prix et le nombre croissant des demandes nouvelles.

Pour accélérer les procédures, le directeur de la bibliothèque est autorisé à titre tout à fait exceptionnel à procéder aux acquisitions sans l’autorisation préalable de la Commission de la bibliothèque, privilège dont il n’use, qu’en “s’entourant de tous les conseils recommandés par la prudence”8. Les commandes sont pour la plupart envoyées directement aux éditeurs français ou étrangers, à qui la bibliothèque demande une remise exceptionnelle – les réductions accordées vont de 25 à 50 % – ou chez les bouquinistes, pour qui la remise demandée est de 10 %.

Les dons et échanges

« Un appel a été fait à toutes les Universités du monde, aux sociétés savantes françaises et à toutes les générosités. Il y a été répondu par l’envoi gratuit d’un nombre considérable d’ouvrages » (Rapport annuel du Conseil de l’université, 1910-1911).

Au 10 mars 1911, la bibliothèque a déjà reçu 15 000 volumes de livres et un nombre très élevés de thèses. Puis les dons commencent à s’espacer et deviennent exceptionnels après 1913. Ils reprennent dans les années 1918-1920, avec l’arrivée de fonds importants. Cette question sera présentée plus en détail dans le dernier billet.

Les dépôts de l’Etat

Juste avant l’incendie, la BU de Toulouse venait de recevoir en dépôt le “fonds ecclésiastique” : 11 000 volumes formant une partie des ouvrages récupérés par l’Etat suite à la loi de Séparation des Eglises et de l’Etat de 1905, provenant de l’archevêché et des petits et grands séminaires de Toulouse. Les ouvrages scientifiques sont affectés à la reconstitution des collections détruites. Leur nombre total n’est connu que pour les livres anciens : plus de 200 volumes, dont une vingtaine pour la médecine, plus de 150 pour les sciences (sciences naturelles – dont 69 volumes de Buffon en 3 éditions différentes – mathématiques et astronomie) et une cinquantaine de dictionnaires et encyclopédies (dont les 39 volumes de l’édition de Genève de l’Enclyclopédie de Diderot et d’Alembert)

Une demande est envoyée en juillet 1911 au ministère pour bénéficier d’un exemplaire du Dépôt légal en sciences et médecine, mais elle n’est pas acceptée.

En revanche, à partir de l’année 1921-1922, la Commission des réparations attribue à la bibliothèque des périodiques et ouvrages en cours allemands, reçus au titre des réparations de guerre versées par l’Allemagne suite au traité de Versailles9. Les envois se poursuivent jusqu’en 1930.

Ancienne fiche de bulletinage de périodique (BU Sciences, UT3PS)

Le traitement intellectuel et la logistique

On peut imaginer sans peine le travail colossal qu’a représenté la reconstitution des collections pour le personnel de la bibliothèque.

Dès la mi novembre 1910, le directeur indique que celui-ci est “absolument débordé de travail”, ce qui sera un leitmotiv durant plusieurs années. Il demande donc deux emplois supplémentaires pour faire face à l’ampleur de la tâche : “livres à cataloguer, à faire relier, beaucoup de comptes à régler, de factures à payer, sans compter les correspondances”10, mais il s’agit aussi de “collationner, étiqueter11 estampiller… mettre enfin en service une immense quantité de volumes”. On pourrait ajouter à cette liste : réceptionner, déplacer, ouvrir les caisses, inscrire les documents sur le registre d’entrées…

Fiche du catalogue alphabétique (BU sciences, UT3PS)
Notice bio-bibliographique d’Henri Crouzel rédigée par son père Jacques (Notice sur la BU de Toulouse)

Le travail repose d’abord essentiellement sur les épaules de Gustave Ducos, responsable de la section et de M. Malet, magasinier, avec le renfort ponctuel du personnel de la section droit-lettres12. La demande de renfort envoyée dès novembre 1910 au ministère restant sans réponse, l’université décide de recruter sur moyens propres un bibliothécaire et un magasinier. En février 1911, Henri Crouzel, fils du directeur de la BU, qui se trouve être le “surnuméraire” (vacataire) le plus ancien et titulaire du CAFB13, est nommé en février 1911 sur le premier poste. C’est lui qui effectue “la presque totalité du travail de cataloguement des livres de la Bibliothèque universitaire de Toulouse”,14. Le chantier avance rapidement : dès mars 1911, 4 600 fiches auteurs ont été établies, et à peu près autant de fiches par sujet. En attendant la réouverture, le fichier placé à la section Droit-Lettres, qui accueille une partie des lecteurs, doit en plus être dupliqué (à la main !) pour les salles provisoires installées à la faculté de médecine. Mais la tâche étant immense, le directeur de la bibliothèque doit réfréner l’impatience de certains professeurs et faire accepter le principe de traiter en priorité les livres demandés : les thèses ne sont déballées et classées (avec élimination des doublons) qu’en mars 1912, mais leur traitement est repoussé (leur inscription sur les registres sera toujours en cours en 1921) ; le catalogage des dons, qui en 1912 n’est “pas tout à fait à jour”, selon le doux euphémisme du directeur, ne le sera qu’en 1916.

Comme pour la reconstruction des locaux, la guerre vient interrompre le chantier de traitement des collections. Henri Crouzel est mobilisé en décembre 1914, et décède en septembre 1918 d’une maladie contractée sur le front, seul mort que la bibliothèque aura à déplorer pendant le conflit.

Fiche signalétique d’Henri Crouzel (Mémoire des hommes. Ministère des armées)
Fiche du catalogue matières (BU Santé AJG, UT3PS)

Le travail n’est repris qu’en 1920, après la nomination de Louis Gieules à la tête de la section Médecine-Sciences. A cette date, la fin du catalogage des brochures n’est encore envisagée qu’à “une date assez lointaine”. Un catalogue matières (appelé alors analytique) vient s’ajouter au catalogue auteurs et au catalogue sujets (qui comporte 14 500 fiches en 1922).

Des collections “notablement plus riches qu’avant”

Un budget très important a été consacré à la reconstitution des collections : aux crédits exceptionnels accordés par l’université (24 000 F en tout) et aux 20 000 F de commandes directes effectuées par le ministère se sont ajoutés en 2 versements les 257 000 F versés par les assurances, soit un total de plus de 300 000 F, dépensés en 4 ans15. Les crédits étaient presque épuisés en mai 1914. A titre de comparaison, les dépenses documentaires des deux sections pour l’année universitaire 1909-1910 se sont élevées à 32 000 F, dont 17 000 pour les abonnements. Le versement des 80 000 F à titre de dédommagement auquel la Société toulousaine d’Electricité a été condamnée par le jugement de 1913 n’était toujours pas versé en 1919 suite à l’appel porté devant la Cour de cassation (ni semble-t-il en 1922).

La majorité de ces crédits est utilisée pour les commandes, mais aussi pour les frais annexes, qui avaient été sous-estimés au départ : fournitures diverses, reliure, frais de port (les dons sont envoyés en port dû).

A ces acquisitions onéreuses viennent s’ajouter les dons et échanges, de telle sorte que début 1919 le décompte des collections est parlant : elles sont “notablement plus riches qu’avant”, pour tous les types de documents, comme l’écrit Jacques Crouzel dans sa notice sur la BU :

61 294 volumes de livres contre 50 026

117 397 thèses contre 96 400

11 107 plaquettes (brochures) contre 7 663

Mais ces chiffres doivent être nuancés : les brochures, par exemple n’ont pas la même valeur, avec la perte de celles des bibliothèques de Thomas-Joannes Stieltjes (mathématiques) et d’Edouard et Louis Lartet (géologie, préhistoire).

Le déménagement des 190 171 volumes qui avaient été stockés au fur et à mesure des acquisitions dans les magasins de la section Droit-Lettres rue du Taur est organisé en juillet 1919, avec l’aide de quelques “garçons de laboratoire” mis à disposition par les facultés de médecine et de sciences et du “camion automobile” de la mairie. La réouverture se fait quelques mois après.

En 1920, la reconstitution de la bibliothèque Médecine-Sciences achevée, l’université de Toulouse décide d’apporter sa contribution à celle de la bibliothèque de Louvain détruite au début de la Grande Guerre. Elle peut envoyer en 1921 plus de 600 volumes et 13 000 thèses allemandes, dont une bonne partie provient des 5 ou 6 tonnes de doubles qu’elle reçus. L’année suivante, c’est à la reconstitution des bibliothèques des pays dévastés (principalement celle de Reims) que la bibliothèque universitaire participe.

Sources consultées

Imprimés :

Université de Toulouse, Rapport annuel du Conseil de l’université. (Toulouse, Privat, 1896 – )

Archives et manuscrits :

Archives de la BU de Toulouse (BU Arsenal, Université Toulouse 1 Capitole, NC) : registre de la Commission de la bibliothèque ; Correspondances ; Rapports d’activité ; copie du rapport et du procès-verbal d’expertise des assurances

Registres d’entrée de la section Médecine-Sciences de la BU de Toulouse (BU Santé des Allées Jules Guesde, Université Toulouse 3 Paul Sabatier))

CROUZEL, Jacques, “Notice sur la bibliothèque universitaire de Toulouse” , fin 1918/début 1919.  Manuscrit de 47 pages resté inédit (BU Arsenal, Ms 260)

  1. les cotes 199025 et 199096 du fonds Lartet, et les manuscrits 199096 à 199112 dont on ignore tout ; cf J. Canal, “Les manuscrits d’histoire naturelle de la bibliothèque universitaire de Toulouse”, Bulletin de la Société d’histoire naturelle de Toulouse, 1912, p. 68-86 []
  2. grâce au catalogue méthodique 1887-1888 et à son supplément de 1899, ainsi que la Liste des acquisitions nouvelles de certaines BU publiée depuis 1893 par le bibliothécaire de Montpellier, y compris la dernière encore sur fiches ! []
  3. A noter que le prix des livres récents est diminué de la “remise d’usage” de 10 % et majoré du prix de la reliure, estimé à 1,50 F []
  4. un double du catalogue manuscrit des titres était conservé à la section Droit-Lettres []
  5. Archives de la BU de Toulouse, dossier Correspondances 1910-1911 []
  6. ces listes sont conservées dans les archives de la bibliothèque universitaire de Toulouse []
  7. à noter, dans la rubrique “livres utiles”, La bicyclette, sa construction, sa forme, par C. Bourlet []
  8. ms Crouzel []
  9. la bibliothèque reçoit 9 grandes caisses la première année []
  10. chaque donateur reçoit par exemple une lettre circulaire de remerciements personnalisée []
  11. coter []
  12. le directeur se voit reprocher à la fois de ne pas assez faire appel à la solidarité entre les deux sections et de trop le faire au détriment de la section droit-lettres []
  13. Certificat aux fonctions de bibliothécaire []
  14. Rapport… de l’université de Toulouse… 1918-1919 []
  15. dont 211 000 F pour les achats proprement dits []

1 réponse

  1. 24/08/2021

    […] dons et les échanges représentent une part importante de la reconstitution des collections de la bibliothèque universitaire médecine-sciences de Toulouse, après l’incendie de […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search