Renaître de ses cendres. 2/4 : La reconstruction de la bibliothèque médecine-sciences de Toulouse (1910-1919)

Par Régine Ha Minh Tu (BU Sciences, UPS) et Marielle Mouranche (SICD – UFTMiP)

« On peut espérer que tout sera terminé pour la rentrée de novembre 1913 »

Ces propos figurent dans le Rapport annuel du conseil de l’université de Toulouse de l’année 1911-1912. En fait, la réouverture de la bibliothèque Médecine-Sciences de Toulouse, ravagée par l’incendie du 27 octobre 1910, ne se fera que bien plus tard, au cours de l’année 1919-1920.

La longue gestation de cette reconstruction peut être suivie au fil des rapports annuels de l’université, complétés par quelques autres sources.

La Dépêche, 28 octobre 1910 (Source : Rosalis)

Un vaste chantier

Pour le bâtiment, le chantier est de taille : il faut « réparer les murs de l’aile centrale du bâtiment, refaire les toitures, les planchers, les cloisons », restaurer l’escalier, refaire le mobilier de la bibliothèque…1 Sans parler du chantier de reconstitution des collections, dont la destruction a été quasi-complète. 

Répondre à l’urgence 

Une somme de 5000 F permet de faire face aux premières dépenses : frais d’expertise, de clôture, de travaux divers exécutés d’urgence, dont on ne connaît pas bien le détail. 

Lettre du directeur de la manufacture d’extincteurs Fleury-Legrand à Jacques Crouzel,
au sujet d’une démonstration de l’extincteur « Le Rapide » à Toulouse
(BU Arsenal, UT1 Capitole, NC)

L’université entend rapidement tirer les leçons de la catastrophe pour la section Droit-Lettres de la bibliothèque universitaire, qui s’est installée quelques mois plus tôt rue du Taur. La Commission de la bibliothèque, réunie le 3 novembre 1910, émet plusieurs voeux en ce sens : demander à l’architecte de l’université d’étudier «les mesures les plus propres à assurer la conservation des collections»  (bouches d’incendie, accompagnées de lances, grenades ou extincteurs, enduits rendant les rayons difficilement inflammables), ne plus utiliser l’installation électrique actuelle « avant la visite d’une personne compétente qui ait déclaré que tout danger est écarté »,  substituer le gaz à l’électricité pour l’éclairage…2 Le directeur de la bibliothèque assiste d’ailleurs peu après à une démonstration d’extincteurs.

Des dispositions provisoires sont prises pour assurer un minimum de continuité de service. Dans les facultés de Médecine et de Sciences, on installe dès le mois de novembre des détachements provisoires de la bibliothèque destinés principalement aux étudiants. Ils comprennent une salle de lecture et un « dépôt » contenant les derniers numéros des périodiques et les livres les plus utiles pour la préparation des examens. Un seul « garçon » (agent), est affecté à chaque détachement, M. Saissinet pour la médecine, M. Milhau pour les sciences. La guerre contraint le directeur de la bibliothèque à réunir ces deux annexes, à la faculté de Médecine. Des places de lecture sont également ajoutées dans la bibliothèque Droit-Lettres de la rue du Taur, dotée désormais de 36 places. Sous la pression des professeurs, il est décidé de placer des livres « niveau recherche »  dans les détachements et de mettre en place un service de navette pour faire venir les livres de la rue du Taur.3

La question du lieu où réinstaller la bibliothèque est rapidement tranchée : « Le vœu unanime des deux facultés intéressées est qu’elle soit reconstituée sur le même emplacement, c’est-à-dire au premier étage du bâtiment principal de la Faculté de médecine. C’est là que les bibliothèques répondraient aux besoins des professeurs et des étudiants ».4

Le projet

L’élaboration du  projet de reconstruction prend un peu plus de temps. Il est confié à l’architecte Joseph Thillet, qui connaît bien les bâtiments puisqu’il a eu la responsabilité de la construction de la faculté de Médecine et de Pharmacie de 1887 à 1891. Son programme est envoyé le 20 juillet 1911 par le recteur de l’académie à la mairie, propriétaire des bâtiments.

Il prévoit une reconstruction des bâtiments  à l’identique avec deux améliorations principales :

  • remplacement des poutres en bois et des planchers par des poutres en fer et des voûtelettes en briques, pour éliminer les matériaux inflammables5
  • réorganisation plus rationnelle des locaux, la bibliothèque étant destinée à occuper l’intégralité du premier étage et des combles de l’aile donnant sur les allées Saint-Michel (actuelles allées Jules Guesde),  grâce au transfert de l’amphithéâtre de physiologie qui occupait toute la partie droite ; celui-ci serait reconstruit  dans l’aile abritant déjà le laboratoire, surélevée d’un étage, ce qui permettrait de réunir le service de physiologie dans un seul bâtiment
Aile de la faculté de médecine sur les allées Saint-Michel, actuelles allées Jules Guesde (photo : C. Neupont)

Le coût total des travaux est estimé à 199 500 F, dont 40 000 pour le service de physiologie, 9 500 pour l’architecte et 5 000 déjà dépensés en urgence. Le recteur prend bien soin de préciser qu’aucune participation de la Ville ne sera demandée si les 210 091 F qu’elle a reçus des assurances pour la reconstruction des locaux s’avérait insuffisante.

Le projet n’est soumis au Conseil municipal que le 9 novembre 1911 et est adopté sans difficulté. (Bulletin municipal de la Ville de Toulouse du 15 décembre 1911,  p. 399, Séance du 9 novembre 1911).

Mais certains s’impatientent. On peut notamment lire dans l’Auta de novembre-décembre 1911 :

« Qu’attend l’autorité universitaire pour faire commencer les travaux de reconstruction de la Faculté de Médecine ? Voilà plus d’un an que l’incendie a détruit une partie des locaux ainsi que la bibliothèque. Les étudiants se plaignent. Leurs études sont interrompues. Cette situation, en se prolongeant, ne peut manquer de nuire à la Faculté de Toulouse et d’augmenter la clientèle des Facultés de Bordeaux et de Montpellier ».

L’attente ne sera plus très longue : moins de trois mois plus tard, les travaux commencent enfin.

Du projet à la réouverture

Mars 1912 : le début des travaux

« Les Compagnies d’assurance ayant, sans la moindre difficulté, soldé les indemnités fixées par les experts, la reconstruction du bâtiment incendié le 27 octobre 1910 a été votée par le Conseil municipal le 9 novembre 1911 et commencée dans les premiers jours du mois de mars 1912. Les travaux se sont continués sans rapidité, mais sans trop d’interruption, si bien que l’on peut aujourd’hui prévoir que dans six mois le bâtiment principal sera pourvu de toutes ses charpentes en fer et même couvert. Bien mieux, on peut espérer que tout sera terminé pour la rentrée de novembre 1913 ».6

L’année précédente, le Conseil de l’université se félicitait déjà dans son rapport annuel des « Quinze mille six cents treize francs […] alloués à la Faculté pour le mobilier détruit ». 

Les compagnies d’assurances seront finalement remboursées de ces sommes par la Société toulousaine d’électricité du Bazacle, jugée responsable de l’incendie, à la suite d’une longue procédure judiciaire débutée en 1911 et qui ne se terminera, après deux appels, qu’après la Guerre.7

Le financement étant assuré, la date de novembre 1913 avancée par l’université peut alors sembler légèrement optimiste, comme il est d’usage, mais pas irréaliste.

Un “cas de force majeure” : la Première Guerre mondiale

Le déclenchement de la guerre vient bouleverser le calendrier de la reconstruction , qui avait déjà pris un an de retard par rapport aux prévisions : la réouverture de la bibliothèque, espérée d’abord pour la rentrée 1913, était attendue à celle de 1914. On peut lire dans le rapport du conseil de l’université pour l’année 1913-1914 :

« Cette année les travaux ont été poussés avec plus d’activité et tout faisait espérer que la bibliothèque serait enfin réinstallée à la rentrée de novembre 1914. Malheureusement un cas de force majeure, la mobilisation des ouvriers, est venu décevoir cette espérance et retarder encore cet événement si impatiemment attendu ».

Les effets de la mobilisation sont immédiats, tant sur le chantier de construction que sur l’activité de la bibliothèque dans son ensemble. (Sur ce dernier point, voir Magali Perbost,« La Bibliothèque universitaire de Toulouse et sa section droit-lettres dans la Grande guerre », Des facultés sur le front du droit. Exposition virtuelle, 2018).  

L’inflation vient ajouter des difficultés supplémentaires :  « on ne peut passer sous silence la hausse énorme qu’il s’est produite sur le prix des diverses fournitures, et qui va rendre inévitable une augmentation correspondante des crédits à affecter à l’achèvement des travaux », déplore le conseil de l’université en 1918.8

En février 1918, Jacques Crouzel écrit au recteur pour lui exprimer son inquiétude car « les travaux n’avancent pas » et, de plus, il manquera 400 m de rayonnages pour « tout caser ». Il en a fait part à l’architecte Thillet, qu’il a trouvé « fort déprimé » en raison du manque de main d’oeuvre, mais aussi de la difficulté d’exiger des entreprises l’emploi de matériaux « dont le prix a quintuplé ».9

1919-1920 : enfin la réouverture

L’achèvement des travaux permet enfin d’envisager une réouverture pour la rentrée 1919, qui avait lieu à l’époque en novembre.

Si l’incendie de la bibliothèque a eu un très large écho dans la presse, ce n’est pas le cas de sa réouverture, pourtant tant attendue. Celle-ci s’est faite dans la plus grande discrétion, même au sein de la communauté universitaire, et peut-être par étapes. Les sources, peu nombreuses, ne sont pas très précises, et il ne semble pas exister de photographies des bâtiments dans leur état d’origine après la reconstruction (il faut donc se contenter de photographies récentes).

Les nouveaux locaux

« Ce local ressemble beaucoup à l’ancien », indique Jacques Crouzel dans sa « Notice sur la bibliothèque universitaire ».10 Il est cependant beaucoup plus vaste puisqu’il occupe désormais tout le premier étage de l’aile centrale donnant sur l’allée Saint-Michel.

L’accès se fait toujours le monumental escalier à double volée, qui a été restauré avant la fin de l’année 1915-1916 : « Quant à la bibliothèque, l’escalier qui y mène est prêt ; quelques travaux de menuiserie et de serrurerie y ont été exécutés, il semble même qu’il suffise de peu pour qu’elle soit enfin habitable ; mais ce peu ne se fait ; c’est lamentable ! » (Rapport annuel 1915-1916 présenté par M. Jeannel, doyen de la faculté mixte de Médecine et de Pharmacie). La rampe est identique, mais on peut observer quelques modifications, dont la plus frappante est la disparition de la statue et l’installation d’une stèle à la mémoire des étudiants de la faculté morts pour la France.

(Photo: R. Ha Minh Tu)
(Photo : S. Tomezak)

L’implantation des espaces internes a été inversée : désormais placés dans la partie Sud, ils comprennent « un cabinet pour le bibliothécaire en chef, un autre pour le bibliothécaire et une troisième salle, qui sera tout à la fois la salle du catalogue méthodique et la salle des manipulations11 ». Du même côté on trouve également la salle des professeurs, celle des périodiques, et une nouveauté, la salle des lectrices.12

Les magasins de stockage des livres sont désormais installés côté Nord, à droite de l’entrée. Ils sont organisés sur 3 niveaux superposés sous forme de galeries, soutenus par des poteaux métalliques, avec des plancher à caillebotis en bois.13 Dès la réouverture, ils s’avèrent insuffisants. Mais il faudra attendre l’année 1921 pour que le vaste espace des combles soit aménagé en magasin supplémentaire.  

Dans la salle de lecture, les deux niveaux de galeries et les rayonnages muraux ont été refaits quasiment à l’identique. Pour le mobilier, on peut supposer qu’il en a été de même, mais on ne semble pas disposer de photographies montrant l’aménagement intérieur de l’époque. Avec l’inflation, on ne sait quelle somme a pu être consacrée au mobilier au moment où il a pu être refait, au cours de l’année 1919. En effet, sur les 15 613 F versés par les assurances pour le mobilier, 5 000 avaient déjà été utilisés pour les dépenses urgentes, et le reste avait été placé, « le capital ainsi acquis ne devant être utilisé que le jour où le bâtiment incendié sera restauré »14.

La reprise de l’activité

En juillet 1919, l’avancement des travaux permet d’organiser le déménagement des 190 171 volumes qui avaient été stockés au fur et à mesure des acquisitions dans les magasins de la section Droit-Lettres rue du Taur. Dans le rapport d’activité de la bibliothèque15, le directeur peut annoncer que malgré le manque de main d’oeuvre et la pénurie de moyens de transport, tout s’est déroulé « sans accident, sans perte ou détérioration ».

Dans ce même rapport, il est précisé qu’il reste encore quelques travaux  (vitrerie, peinture, monte-charge, « aménagement de mobilier »), qui « seront sans doute terminés dans le courant du trimestre ».

La réouverture de la bibliothèque, qui s’est fait attendre si longtemps, ne semble avoir donné lieu à aucune cérémonie particulière, et aucune mention de la date exacte de sa réouverture n’a pu été retrouvée.

« Pendant le courant de l’année scolaire 1919-1920, la Bibliothèque universitaire a repris sa marche normale. Pendant les premiers mois de l’année les travaux d’installation de l’éclairage électrique à la section Médecine-sciences, plusieurs fois retardés sous des prétextes divers, malgré d’incessantes réclamations, ont été enfin terminés ».16

D’après les archives de la bibliothèque, l’ouverture semble s’être faite en novembre, sans doute dès la rentrée. Mais sans éclairage, au moins jusqu’au vacances de Noël, en raison d’un long conflit avec la Société du Bazacle sur la pose du compteur et le raccordement.17 Vu la saison, l’absence d’éclairage a sans doute nécessité la mise en place d’horaires restreints.

Cette réouverture s’est faite également avec un personnel réduit. En effet, le poste de bibliothécaire de la section Médecine-Sciences, occupé par Gustave Ducos, est resté vacant depuis que celui-ci a remplacé le 1er juin 1919 Jacques Crouzel à la direction de la bibliothèque universitaire de Toulouse. Après un combat acharné, il obtient enfin, le 12 février 1920, la nomination de Louis Gieules, ancien bibliothécaire de la section Médecine-Sciences de Bordeaux.18.

Malgré tout, l’activité reprend son cours. Le nombre de volumes communiqués ou prêtés durant l’année universitaire 1919-1920 reste inférieur à celui de 1919-1910 (24 298 contre 39 209) mais la fréquentation est en hausse (15 231 entrées contre 13 711). ((Rapports d’activité, Archives de la bibliothèque universitaire, BU de l’Arsenal, NC). Peu de temps après, l’activité devient même plus intense qu’avant l’incendie. Locaux plus vastes, magasins sur trois étages, augmentation de la fréquentation et des communications, le responsable de la BU réclame donc en vain des moyens supplémentaires… Un retour à la normale, en quelque sorte.

Les collections sont également plus riches qu’avant l’incendie, grâce à l’énorme travail de reconstitution mené à bien durant plusieurs années, qui sera décrit dans les deux prochains billets.

  1. J. Crouzel, « Notice sur la bibliothèque de Toulouse », 1919 ?,  BU Arsenal, UT1 Capitole, Ms260 []
  2. Cette dernière proposition n’a sans doute pas été retenue : lors de la réquisition de certains locaux de la rue du Taur pour abriter des collections de la Bibliothèque nationale et de la ville de Paris pendant la guerre, la bibliothèque n’a pas été autorisée à faire fonctionner son système d’éclairage, par mesure de sécurité. Parmi les autres propositions : ne plus fixer les câbles électriques à des pylônes sur la toiture ; placer le compteur électrique à l’extérieur dans une caisse, placer un coupe-circuit avant le compteur. Registre de la Commission de la bibliothèque universitaire. BU Arsenal, UT1 Capitole, NC. []
  3. Registre de la Commission de la bibliothèque universitaire, séance du 10 février 1911 []
  4. Université de Toulouse, Rapport annuel du conseil de l’université. Année 1910-1911, Toulouse, 1911, p. 7 []
  5. Le danger de ce type de structure en cas d’incendie a été démontré depuis, le fer perdant rapidement sa résistance à une température élevée, ce qui risque de provoquer leur déformation et leur effondrement []
  6. Université de Toulouse, Rapport annuel du conseil de l’université. Année 1912-1913; Toulouse, 1913 []
  7. L’université se voit également attribuer une indemnité de plus de 250 000 F, pour la reconstitution des collections de la bibliothèque. L’Argus. Journal international des assurances , 11 août 1912 et 10 août 1913 []
  8. Université de Toulouse, Rapport du conseil de l’université. Année 1917-1918, Toulouse, 1918 []
  9. Lettre du 15 février au recteur de l’académie de Toulouse, Archives de l’université, BU Arsenal, NC []
  10. J. Crouzel, « Notice sur la bibliothèque de Toulouse », Manuscrit, 1919 ? BU Arsenal, UT1 Capitole, Ms 260 []
  11. salle de réception et de traitement des documents []
  12. J. Crouzel, « Notice sur la bibliothèque de Toulouse », Manuscrit, 1919 ? BU Arsenal, UT1 Capitole, Ms 260 []
  13. Ce système de magasins autoporteurs, longtemps utilisé dans les bibliothèques, est désormais reconnu comme présentant un danger important lors d’un incendie []
  14. Université de Toulouse, Rapport du conseil de l’université. Année 1910-1911, p. 79 []
  15. Année 1918-1919, Archives de la bibliothèque universitaire de Toulouse, BU Arsenal, UT1 Capitole NC []
  16. Université de Toulouse, Rapport du conseil de l’université. Année 1919-1920, 1920 []
  17. Le conflit porte sur les sommes de 10 F pour la pose du compteur et 232 F pour le raccordement, que le directeur de la bibliothèque Gustave Ducos juge exorbitantes et refuse de payer pendant plusieurs mois, avant qu’une solution soit trouvée ; on peut considérer que le ressentiment envers la société responsable de la destruction de la bibliothèque a pu jouer un certain rôle dans ce conflit []
  18. Université de Toulouse. Rapport annuel du conseil de l’Université. Année 1919-1920, pp. 167-172 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search