Renaître de ses cendres : 1/4. La BU médecine-sciences de Toulouse de sa création à l’incendie (1891-1910)

Par Régine Ha Minh Tu (BU Sciences, UPS), avec la collaboration de Marielle Mouranche (SICD – UFTMiP)

Les manifestions prévues pour célébrer le centenaire de la réouverture de la bibliothèque de médecine et de sciences de Toulouse 9 ans après l’incendie qui la ravagea en 1910, d’abord retardées pour des raisons matérielles, ont ensuite été emportées dans le tourbillon de la crise sanitaire. Renouant les fils d’un travail interrompu quelque temps, nous vous proposons un feuilleton qui nous replonge dans cet événement dramatique et ses suites, à travers plusieurs billets qui feront découvrir l’histoire de cette bibliothèque jusqu’à l’incendie, les méandres de sa reconstruction – qui demanda dix ans – et de la reconstitution de ses collections.

Il y a eu la bibliothèque des allées Saint-Michel d’avant l’incendie du 27 octobre 1910, puis celle d’après, jusqu’au début des années 1960, moment de la création des nouveaux campus.

La création de la bibliothèque

Estampille de la section médecine-sciences de la bibliothèque universitaire de Toulouse

Rappelons que la Bibliothèque universitaire de Toulouse fut précédée par les bibliothèques des facultés, présentées dans le billet Le temps des bibliothèques de facultés. Après la défaite de la France face à la Prusse, en 1871, la réforme de l’enseignement supérieur s’est imposée comme un mode de relèvement national, dans un esprit de revanche. Détestée mais admirée, l’Allemagne devient le modèle pour procéder à la modernisation des bibliothèques universitaires françaises.

La bibliothèque universitaire est créée en 1879 par la réunion des bibliothèques des facultés de Droit, des Sciences et des Lettres. Elle est placée sous l’autorité du recteur de l’académie de Toulouse. L’école de Médecine de Toulouse n’a pas encore rang de faculté mais possède sa propre bibliothèque, financée par la ville de Toulouse.

Formulaire de lettre au recteur pour envoi de relances aux lecteurs

A la fin du XIXe siècle, la situation change : construction sur les allées Saint Michel (actuelles allées Jules Guesde) de la nouvelle faculté des Sciences (1885-1889) puis de celle de la faculté de Médecine ouverte en 1891, inaugurées le 20 mai de la même année par le président Sadi Carnot. Le premier étage du bâtiment de médecine abrite la nouvelle bibliothèque commune aux deux facultés, dont l’installation est achevée en 1895.  

Les facultés de sciences et de médecine, la façade de la faculté de médecine et de pharmacie (Source : AMT 9Fi923 et 9Fi232)

Désormais, loin des locaux médiocres qui étaient leur lot, les deux sections de la bibliothèque ont leur place dans les « palais universitaires » construits à Toulouse : la faculté de droit pour la section droit-lettres1 et la faculté de médecine pour la section médecine-sciences. Le conseil général des facultés de Toulouse peut écrire dans son Rapport annuel de 1895-1896 : « Nous avons aujourd’hui deux installations bien groupées […] bien aménagées, vastes et commodes, vraiment dignes de notre Université ».

Jacques Crouzel (1852-1940), responsable de la bibliothèque universitaire, décrit non sans fierté la section médecine-sciences dans sa « Notice sur la bibliothèque de Toulouse »2 :

 « Une vaste salle de lecture centrale de 19 m 85 de longueur sur 11 m 20 de largeur, éclairée par sept larges croisées, et desservie, dans la partie supérieure, par une galerie ; […] un magasin de livres, aussi avec galerie et deux rayonnages intérieurs à double face […] une salle de lecture pour les professeurs et deux cabinets pour le personnel. Toutes ces salles avaient la même élévation de sept mètres ».

Plan et élévation de la section médecine-sciences de la BU. Projet de l’architecte. 31 mars 1892 (Source : AMT-64Fi7872)

dans : J. Barbot, Chroniques de la faculté de médecine, 1905
La section médecine-sciences de la BU de Toulouse, vers 1905, (allées Saint-Michel, ancien nom des allées Jules Guesde)

Salle de lecture de la bibliothèque, vers 1900 (Source, AMT, 25Fi124)
La salle de lecture de la bibliothèque, vers 1900 (Source : AMT 25Fi126)

Mais, comme souvent, ces locaux qui semblaient vastes au départ ne tardent pas à devenir insuffisants et, après une première extension dans les « mansardes », un nouveau magasin est affecté à la bibliothèque en 1907, dans le pavillon nord du bâtiment.

En 1909, quelques mois avant l’incendie, le conseil de l’université3 fait le constat suivant dans son Rapport annuel  : « Le flot toujours montant des publications scientifiques remplit nos bâtiments […]. La section Médecine-Sciences réclame de nouveaux rayonnages pour loger les 1.600 volumes, accroissement des 6 dernières années. […]. Mais que ne ferait pas notre Université pour perfectionner cet indispensable instrument de travail qu’est la bibliothèque ? La bibliothèque est pour l’Université ce que les armes sont pour les combattants. Perfectionner l’arme, c’est assurer le progrès et préparer la victoire ».

Hélas, tout disparaît dans l’incendie du 27 octobre 1910.

L’incendie

La Dépêche, 28 octobre 1910 (Source : Bibliothèque nationale de France)

Le 27 octobre 1910, vers 6 heures du matin, les pompiers sont alertés d’un départ de feu sur le toit de l’aile de la faculté de médecine donnant sur les allées Saint-Michel. Mais, suite à un vent violent, l’incendie ne peut être maîtrisé et il atteint l’ensemble du bâtiment dès la fin de la matinée, détruisant notamment la bibliothèque. Il a causé un véritable choc dans la communauté universitaire toulousaine et même au-delà. Le lendemain, la nouvelle est reprise par de nombreux journaux : dans la presse locale – trois colonnes dans La Dépêche ou dans le Midi socialiste – mais aussi à la une du Petit Troyen ou le Progrès de la Côte d’Or et même du Petit Journal sous le titre “Un million de dégâts”.

Le petit journal, 28 octobre 1910 (Source : BnF)
Le Midi socialiste, 28 octobre 1910 (Source : BM Toulouse)

*

*

Les causes de l’incendie.

 « D’après les renseignements que nous avons recueillis, le feu aurait pris aux combles, vers les 5 heures et demie, et serait dû à un court-circuit. Par suite de la violence du vent qui a soufflé toute la nuit, un des fils du réseau électrique se serait rompu et en tombant sur la toiture en zinc aurait provoqué de nombreuses étincelles qui auraient mis le feu à la charpente » (Midi-Socialiste – 28 octobre 1910).

La Société toulousaine d’éclairage électrique du Bazacle est mise en cause. Mais elle rejette la faute sur la faculté de médecine, refusant d’admettre que le départ de l’incendie était dû à l’entrée en contact d’un câble d’alimentation électrique extérieur avec la toiture en zinc de l’amphithéâtre de physiologie, suite au vent violent. Elle sera finalement condamnée en appel le 11 juin 1913, suite à une bataille d’experts.4

Société toulousaine d’électricité. Usine des moulins du Bazacle. Vers 1910. Plan d’ensemble en plongée. (Source : AMT, 9Fi6703)

Une bibliothèque anéantie

« M. Crouzel a vu non sans tristesse s’anéantir le travail accompli par lui et ses collaborateurs depuis vingt-cinq ans pour classer méthodiquement et rendre facilement utilisable cette riche partie de nos collections bibliographiques » (Rapport annuel du Conseil de l’Université 1909-1910).

M. Prunet, Professeur de botanique à la Faculté des Sciences, dans le même rapport : « la marche du fléau devint si rapide, qu’il devint bientôt impossible de sauver quoi que ce soit de la bibliothèque. Un très petit nombre d’ouvrages empruntés par divers professeurs ont seuls échappé au désastre ».

La perte de la bibliothèque est aussi largement commentée dans la presse.

La Dépêche du 28 octobre 1910, extrait. (Source : BM Toulouse)

Dans le Midi socialiste : « Maintenant que le feu se consume peu à peu sous les décombres, que le brouillard s’évanouit, nous pouvons mesurer toute l’étendue de la catastrophe. Nous nous approchons : à la vue du sinistre, devant la perte irrémédiable de tant de richesses que nous avons connues, une profonde tristesse nous saisit. Hélas ! le désastre est immense, les combles ne sont plus, au premier étage, la bibliothèque, la riche bibliothèque dont s’enorgueillissaient savants et élèves est détruite. 50 000 volumes, de précieux manuscrits qui ont coûté tant de labeur, tant de sciences ont été la proie des flammes […] Nous avons causé avec le doyen de la faculté qui nous dit, la voix brisée par l’émotion : “C’est une perte irréparable que vient de faire la ville de Toulouse : que de richesses, que de documents entassés dans notre chère bibliothèque et qui sont à jamais perdus. Il y avait surtout d’importants manuscrits qui avaient coûté à leurs auteurs  combien d’opiniâtre labeur et de patience, et dont le travail de nombreuses années est perdue par la destinée stupide”. […] Emu, nous quittons le doyen de la Faculté, cependant qu’un professeur nous dit : “Hélas ! cet incendie aura de plus une grande répercussion : certes, on a pu sauver les dossiers des étudiants, mais maintenant que notre bibliothèque est détruite, il est à craindre que les jeunes aspirants docteurs ne trouvent pas les documents nécessaires à leurs thèses ; nous-mêmes ne manquerons-nous pas parfois de renseignements ? Et les élèves, peut-être, s’envoleront vers d’autres Facultés. Il faut espérer cependant que d’ici peu notre Faculté redeviendra prospérissante. Mais c’est triste, bien triste”. » (28 octobre 1910)

Les pertes sont en effet immenses et on peut imaginer le traumatisme subi par Jacques Crouzel, responsable de la bibliothèque universitaire et Gustave Ducos, bibliothécaire de la section. J. Crouzel, appelé sur les lieux, assiste impuissant au désastre et indique, dans une lettre à Emile Cartailhac : “J’avoue d’ailleurs que le spectacle me faisait perdre la tête”. Ils font le scrupuleux décompte de la documentation détruite : 50 050 volumes de livres, 7 700 brochures et 96 470 thèses évaluées à plus de 500 000 F ; le mobilier, évalué à plus de 10 000 F.  Autre perte importante, quoique sans valeur financière : tous les registres d’inventaire et tous les fichiers. Il reste néanmoins un témoignage des collections de la bibliothèque, au moins jusqu’en 1899 : le catalogue autographié de la BU de 1888 (pour les collections de sciences) et son supplément, daté de 1899 (pour les collections de médecine et le complément des collections de sciences).

Parmi les pertes, un nombre non négligeable de livres anciens, qui reste à établir. Les plus précieux sont les cinq incunables qui figuraient dans les collections, dont la plupart ne sont recensés actuellement dans aucune bibliothèque française : 4 volumes en diverses éditions de l’encyclopédie médicale Sermones medicinales septem de Niccolo Falcucci et les Opera medica, sive Practica cum textu noni ad Almansorem de G. M. Ferrari e Gradi (Pavie, 1497)5

.

Un des incunables disparus : G. M. Ferrari de Gradi‎. Opera medica, sive Practica cum textu noni ad Almansorem… Pavie, B. Trotti, 1497 (Exemplaire de la bibliothèque de l’université de Yale)

Seuls quelques ouvrages, dont certains très précieux, échappèrent à l’incendie, car placés dans le bureau du bibliothécaire – qui fut épargné – ou prêtés ou en dépôt à l’extérieur. Ils seront évoqués dans un prochain billet sur la reconstitution des collections.

Des dépôts provisoires et des places de lecture sont installés dans les facultés de Médecine et de Sciences et à la bibliothèque de Droit-Lettres en attendant la réouverture. Ils vont durer près de dix ans.

  1. Cette section déménage en 1910 au 56 rue du Taur []
  2. J. Crouzel, « Notice sur la bibliothèque de Toulouse », 1919 ?,  BU Arsenal, UT1 Capitole, Ms260 []
  3. qui remplace le Conseil général des facultés après la création de l’université de Toulouse en 1896 []
  4. Jugement publié dans : L’Argus. Journal international des assurances, 10 août 1913 []
  5. Ferrari de Gradi‎, Giovanni Matteo‎ (14..?-1472). Opera medica, sive Practica cum textu noni ad Almansorem… Pavie, Bartolomeo Trotti, 1497 – Falcucci, Niccolò (13..-1412). Sermones medicales septem… Pavie, Damiano Confalonieri, 1481-1484 (tomes 3 et 7) – De membris generationis (Sermo VI), Venise, Bernardino Rizzo, vers 1491 – De membris naturalibus, Pavie, Johannes Antonius Birreta et Franciscus Girardengus, 1491 []

4 réponses

  1. Nath' B dit :

    Merci pour ce super boulot ! Hâte de lire la suite. 😉

  1. 26/10/2020

    […] La faculté des sciences, très à l’étroit dans les quelques salles du Lycée qu’elle occupe rue Lakanal, ne dispose en 1822 d’aucun local convenable pour installer une bibliothèque. Elle est donc contrainte de demander à l’Etat de reporter le crédit spécial de 2000 F obtenu en 1823 pour l’achat de livres et de collections de sciences naturelles. Cette difficulté semble avoir été levée ou contournée puisque la dépense est effectuée en 1825. Dans les années 1830, le budget de la bibliothèque et des collections de sciences naturelles s’élève à 1500 F, puis à 3000 F dans les années 1840, sans que l’on connaisse la part, sans doute réduite, consacrée à la bibliothèque. En 1879, au moment de son intégration dans la bibliothèque universitaire, les locaux se réduisent à une pièce qui ne comprend qu’une fenêtre, qui sert de salle de lecture pour les professeurs et de magasin, ainsi que d’un réduit où s’entassent les livres et de vitrines placées sur les marches de l’escalier ; la bibliothèque compte 5600 volumes (Ces collections ont quasi entièrement disparu dans l’incendie de la section médecine-sciences de la bibliothèque universitaire en 1910). […]

  2. 09/12/2020

    […] En fait, la réouverture de la bibliothèque Médecine-Sciences de Toulouse, ravagée par l’incendie du 27 octobre 1910, ne se fera que bien plus tard, au cours de l’année […]

  3. 24/08/2021

    […] Renaître de ses cendres : 1/4. La BU médecine-sciences de Toulouse de sa création à l’incendie… […]

Répondre à Nath' B Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search