Optimiser ses recherches de livres anciens. 1. Où chercher ?

Le temps est loin (et pourtant proche à l’échelle de l’histoire des bibliothèques) où il fallait se déplacer dans chaque bibliothèque pour savoir si elle possédait un document, en consultant les catalogues sur fiches.

Le vieux rêve d’un catalogue unique où l’on trouverait tous les livres imprimés ou manuscrits d’un pays ou même du monde s’est beaucoup rapproché avec l’informatique et Internet, mais pour des raisons historiques, administratives, informatiques, il est loin d’être réalisé ! Il existe des catalogues en ligne à l’échelle d’une bibliothèque ou d’un réseau de bibliothèques qu’il soit thématique, géographique ou institutionnel.

Cette série de billets tentera d’éclaircir un peu le terrain qui, sans être une jungle, n’est pas toujours une vaste clairière. Après une présentation des catalogues où l’on retrouve les notices des livres de BU toulousaines, différents types de recherches seront détaillés, avec quelques trucs et astuces, permettant d’exploiter au mieux les catalogues, de découvrir peut-être des pistes insoupçonnées, et de mieux comprendre pourquoi, malheureusement, tout n’est pas possible !

Petit catalogue de catalogues

Les collections patrimoniales des BU toulousaines sont désormais en grande partie décrites dans différents catalogues en ligne, du plus local (Archipel) au plus vaste (Worldcat), en passant par le SUDOC et le CCFr. Il est très gratifiant pour le service du patrimoine écrit du SICD de savoir qu’une notice rédigée dans le SUDOC sera le lendemain visible sur Archipel, et quelque temps après à l’échelle nationale et mondiale.

Pour les documents imprimés

Archipel, ouvert en 1997 et accessible en ligne depuis 2002, est le catalogue commun des bibliothèques universitaires de l’Académie de Toulouse (une cinquantaine). Les documents patrimoniaux, appartenant principalement aux bibliothèques des Universités Toulouse Capitole, Jean Jaurès, Paul Sabatier et de l’INP (ENVT), représentent environ 30 000 exemplaires sur un total de près de 3 millions d’exemplaires “papier” (auxquels il faut ajouter la documentation électronique). Plus de 80 % des collections patrimoniales imprimées sont décrites dans Archipel.

Le catalogue est décliné en différentes versions propres à chaque université ou établissements, mais quelle que soit celle sur laquelle on se trouve, les notices des collections physiques de tous les établissements sont visibles. La différence se joue au niveau de la documentation électronique et de certains services. A noter : les recherches selon certains critères spécifiques aux livres anciens ne seront possibles que sur les versions du catalogue des établissements qui possèdent des livres anciens ; elles sont donc à privilégier.

Le catalogue donne accès sur une même page à la notice abrégée des documents, aux lieux où on peut consulter le ou les exemplaires conservés, et à leur cote, ainsi qu’à la notice détaillée. Les mises à jour sont quotidiennes. En principe, il n’y a qu’une notice pour un titre dans une édition donnée (pas de “doublons”).

Quand le document est numérisé, un lien permet l’accès à la version en ligne (ou, dans le cas contraire, de commander une numérisation).

Le SUDOC, ouvert au public il y a tout juste 20 ans, est le catalogue commun des bibliothèques françaises de l’Enseignement supérieur et de la recherche (1 536 bibliothèques).

On y trouve plus de 13 millions de références bibliographiques : notices de livres, de quelques manuscrits, de périodiques, de thèses, de ressources électroniques, notices d’autorités. Les documents anciens ne représentent qu’une petite partie de cet ensemble. Les mises à jour sont instantanées.

Le catalogue donne accès à la notice du document, et, dans un 2e temps, aux lieux où on peut consulter les différents exemplaires, puis à la description de ceux-ci et à leur cote. En principe, il n’y a qu’une notice pour un titre dans une édition donnée, mais pour des raisons diverses, des “doublons” peuvent exister.

Quand le document est numérisé dans une bibliothèque numérique du réseau de l’Enseignement supérieur (et ponctuellement dans d’autres bases) un lien dans la notice permet l’accès à la version en ligne.


Créé à la fin des années 1990, le CCFr, catalogue collectif de France, est l’outil de recherche bibliographique et documentaire le plus riche du domaine français, notamment pour les livres anciens. C’est presque la concrétisation du projet de catalogue unique conçu et vite avorté pendant la Révolution française sous le nom de Bibliographie nationale. Mais nous verrons plus tard cette richesse peut faire aussi sa faiblesse.

Le nombre de catalogues de bibliothèques que l’on peut interroger en une seule recherche est impressionnant : on y retrouve les catalogues de la BnF, du SUDOC et des bibliothèques de la ville de Paris dans leur intégralité et les notices des fonds anciens et spécialisés de plus de 200 bibliothèques municipales ou de statuts divers, mais aussi les catalogues des réseaux RACHEL (Réseau européen des bibliothèques judaica et hebraica) et Valdo (réseau européen de bibliothèques d’institutions protestantes ou associées).

On y trouve plus de 30 millions de notices, dont plusieurs millions concernent des livres antérieurs à 1811. Les mises à jours sont variables : de quelques jours après leur création pour le SUDOC à plusieurs mois ou années pour les catalogues des bibliothèques municipales.

A noter : la “recherche de base” permet d’interroger l’ensemble des catalogues cités, mais aussi les catalogues de manuscrits et de sources musicales. Pour mieux cibler ses recherches, on peut aussi choisir de ne les faire que sur une seule base, ou en sélectionner plusieurs, à partir de la “Recherche globale avancée.”

Attention, la base “Patrimoine”, que l’on est tenté de choisir quand on fait des recherches sur les livres anciens, ne concerne que les bibliothèques municipales. Mais elle offre plus de critères de recherche.

Le catalogue donne accès dans un premier temps aux notices abrégées , dans chacune des grandes bases interrogées. Il peut donc y avoir autant de notices différentes (“doublons”) que de bases sélectionnées (et même souvent beaucoup plus, pour des raisons diverses).

Dans un deuxième temps, on peut afficher la notice plus complète avec sur une même page à la localisation et la description éventuelle des exemplaires.


Et pour finir, Worldcat, qui se revendique comme “The world largest library catalogue“. En un mot, le rêve de tous les chercheurs, surtout les chercheurs d’oiseaux rares !

Mais il faut un peu tempérer notre enthousiasme : si WorldCat rassemble les catalogues de 10 000 bibliothèques, il ne s’agit “que” des plus grandes ou de celles appartenant à des réseaux importants, et qui ont payé un abonnement pour que leurs notices soient recensées. Pour la France, il s’agit des bibliothèques présentes dans le SUDOC, la BnF, et la BM de Lyon.

WorldCat donne ainsi accès aux notices très abrégées de 2 milliards d’ouvrages, ainsi qu’à la localisation de leurs exemplaires. On peut indiquer sa région ou son pays pour que les lieux de conservation les plus proches soient indiqués en priorité. Les notices provenant de différents catalogues pour un même titre dans une même édition sont fusionnées de façon automatique. Ce qui donne parfois de bon résultats comme dans l’exemple suivant :

Mais, comme pour le CCFr, “bigger isn’t always better“, et on trouve souvent de très nombreux doublons. Une recherche auteur/titre/date sur Les Varia opera mathematica de Pierre de Fermat donne par exemple une première liste de 18 notices auxquels sont rattachés plusieurs exemplaires. Il n’est donc pas conseillé d’utiliser WorldCat pour des ouvrages relativement courants.

Et pour les documents manuscrits ?

Les documents manuscrits ont fait l’objet de catalogues spécifiques depuis le 19e siècle, la grande période des catalogues imprimés. Le plus emblématique est le Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France, rebaptisé CGM. Cette vaste entreprise s’est étalée sur près d’un siècle et demi (de 1849 à 1993) et a donné lieu à la publication de plus de 100 volumes.  

Après une brève période d’intégration des notices de manuscrits dans les catalogues d’imprimés en ligne, on est revenu, sauf exception, au système des catalogues séparés.1

Les documents manuscrits des BU toulousaines, du moins ceux qui sont catalogués, ne se retrouvent donc pas en principe dans les catalogues cités précédemment, mais dans Calames et dans une base spécifique du CCFr.2

Calames, accessible au public depuis 2007, est le catalogue en ligne des archives et manuscrits de l’Enseignement supérieur (bibliothèques universitaires, de grands établissements nationaux ou établissements de recherche). Il a été constitué à l’origine par la conversion informatique des volumes du CGM consacrés aux collections universitaires (la BU de Toulouse figure dans le volume 12, paru en 1918) . Il est complété régulièrement par de nouvelles notices. Mais pour les bibliothèques toulousaines, ce n’est malheureusement pas encore le cas.

La particularité de ce catalogue est que les recherches peuvent se faire par mots clés ou par différents critères, mais aussi en consultant le catalogue comme on le ferait pour un catalogue imprimé, en choisissant sa bibliothèque dans la liste et en cliquant sur “Accès direct”. Pour la bibliothèque universitaire deToulouse.

Les notices de Calames sont aussi incluses dans un ensemble plus large, la base Manuscrits et Archives du CCFr, Catalogue collectif de France.

Les bibliothèques numériques

Une partie des collections anciennes des BU toulousaines sont numérisées et consultables en ligne gratuitement. A noter : tous les documents n’ont pas vocation à l’être, comme ceux qui sont déjà accessibles en ligne ou ceux qui sont incomplets ou en mauvais état.


Tolosana offre un accès à une sélection de documents imprimés et manuscrits anciens, rares et précieux conservés dans les bibliothèques du réseau universitaire toulousain, parfois complétés par ceux d’autres établissements patrimoniaux. Elle contient à ce jour 10 000 documents.


Les documents présents dans Tolosana sont aussi signalés et accessibles par Gallica, la bibliothèque numérique de la BnF et de ses partenaires (ou pour parler en jargon biblio-informatique, Tolosana est moissonnée par Gallica). Les notices simplifiées renvoient à la notice complète puis au document sur Tolosana.

Mais ceci ne peut être systématique que dans les catalogues, même collectifs, qui ont une gestion unique et ne sont constitués que d’une seule base, au moins pour la documentation écrite. Et encore : l’application des anciennes règles, la conversion sans vérification des livres des anciennes fiches papier souvent succinctes a conduit à la création de nombreux doublons qu’il est fastidieux d’éliminer a posteriori ! Lorsque les catalogues fédèrent plusieurs bases, l’exercice est plus aléatoire voire impossible, comme pour le CCFr ou Worldcat.

En conclusion : quel catalogue privilégier ?

En dehors des préférences personnelles pour l’ergonomie de tel ou tel catalogue, le type de recherche que l’on mène peut influer sur le choix. Plus de détails seront donnés dans les prochains billets de la rubrique.

Pour toute question, n’hésitez pas à nous contacter à cette adresse : livre.ancien@univ-toulouse.fr ou par le service Une question (sur Archipel) ou le formulaire de contact du site du SICD de Toulouse.

N’hésitez pas non plus à contribuer à améliorer la qualité des notices : si vous décelez des erreurs qui ont pu (malgré tous nos efforts !) s’y glisser, ou si vous pensez que des compléments doivent y être apportées.

1 – Pour entrer dans la technique, des formats informatiques différents sont utilisés, la nature des documents étant différente : UNIMARC pour les imprimés, EAD pour les manuscrits.

2 – Quelques notices sont présentes dans Archipel et le SUDOC.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search