Deux bibliothèques méconnues à l’usage des étudiants toulousains aux XVIIe et XVIIIe siècles

Après le déclin des anciennes bibliothèques de collège au XVIe siècle , il faut attendre la fin du XVIIe siècle pour voir s’ouvrir à Toulouse la première bibliothèque destinée spécialement aux étudiants, au sein du couvent des Cordeliers, et la fin du XVIIIe siècle la première bibliothèque proprement universitaire, gérée par la faculté de médecine.

Copie du testament de Jean Georges Garaud Duranti de Donneville (1631-1684), à l’origine de la bibliothèque du couvent des Cordeliers destinée aux étudiants. (BM Toulouse)

La bibliothèque des Cordeliers

Comme souvent sous l’Ancien Régime lorsqu’il s’agit de création d’une « bibliothèque publique » (c’est-à-dire ouverte au public), c’est un legs d’un personnage éminent qui est à l’origine de l’ouverture de la bibliothèque destinée aux étudiants au sein du couvent des Cordeliers à Toulouse. ll s’agit en l’occurrence de Jean Georges Garaud Duranti de Donneville (1631-1684) , président au parlement, bibliophile et mécène, qui a notamment accueilli pendant quelques années l’académie des Lanternistes dans son hôtel de Masencal à Toulouse. Il lègue sa bibliothèque au couvent des Cordeliers à condition qu’elle soit distincte de la riche bibliothèque conventuelle et soit ouverte aux étudiants et constitue une rente pour son entretien. Son testament est daté du 17 août 1683 et le legs est effectif à sa mort, un an plus tard.

Les sources sont assez peu abondantes, mais on a la chance, pour ce qui est considéré comme la première bibliothèque publique de Toulouse, de pouvoir connaître le noyau de ses collections et les grandes lignes de son fonctionnement prévues par son fondateur. La bibliothèque de Jean Georges Garaud-Duranti a en effet fait l’objet, en 1685, d’un catalogue manuscrit dressé par le libraire Rollet Leduc, qui contient également une copie du testament. Il est conservé à la bibliothèque municipale de Toulouse (Ms 884) [1].

Catalogue de la bibliothèque de Jean Georges Garaud Duranti de Donneville. 1685 (BM Toulouse)

Constituée de 3 200 ouvrages des XVI et XVIIe siècles, cette bibliothèque est formée des livres collectionnés par Jean-Georges Duranti et de ceux hérités en 1653 de son beau-père Philippe de Caminade, également parlementaire et bibliophile. C’est une bibliothèque encyclopédique, ce qui est tout à fait classique au XVIIe siècle : si la théologie y tient encore une place importante (plus de 20 %) – mais relativement faible pour l’époque – elle se distingue par l’importance des Belles-Lettres (41 %), ce qui n’est pas habituel dans une bibliothèque de parlementaire ; le droit y occupe une place curieusement assez faible (10 %) et l’histoire une place assez moyenne (près de 19 %) ; 60 % des titres sont en latin, ce qui est  courant pour une bibliothèque de la fin du XVIIe siècle [2]. De nombreux livres sont décrits comme « bien reliés », en veau ou en maroquin, ce qui n’était pas vraiment adapté à un public d’étudiants.

Le testament est relativement précis sur le fonctionnement de la bibliothèque. Elle doit accueillir, le matin et l’après-midi, tous les étudiants munis d’une attestation d’Antoine de Martres, professeur de droit français à l’université de Toulouse, puis des professeurs qui seront nommés par les héritiers du testateur. Le prêt sera rigoureusement interdit, même pour les religieux du couvent. Des tables et des pupitres seront installés pour la lecture sur place. Une rente de 6 000 livres placées au denier 18 ou au denier 20 est constituée moitié pour la nourriture des religieux qui diront les nombreuses messes prévues pour le repos de l’âme de Garaud Duranti et moitié pour l’achat de livres pour la bibliothèque, dont les religieux « seront tenus de fournir un catalogue tous les ans à mes héritiers ». Un peu plus loin il est néanmoins indiqué que la rente devra être utilisée en priorité pour la réparation des reliures « avant que de l’employer en achat de livres ». Un panneau devra être placé sur la porte reprenant l’essentiel de ces dispositions, « pour que les écoliers veuillent prier Dieu pour celui qui leur donne moyen d’avancer leurs études ». Si la mention aux prières pour le donateur est tout à fait classique, celle qui souligne l’importance d’une bibliothèque pour la réussite des étudiants l’est sans doute moins. Le soutien aux étudiants tenait vraiment à cœur de Jean Georges Garaud puisqu’il a aussi par ailleurs constitué une rente de 200 livres pour les pauvres « écoliers de l’université », avec priorité pour les étudiants en droit et théologie.

Les cordeliers reconnaissants lui ont fait bâtir un mausolée dans la cour du couvent, qui a été détruit à la Révolution.

Cette bibliothèque est décrite au XVIIIe siècle dans la rubrique « Bibliothèques publiques » de l’Almanach historique de la province du Languedoc (puis du département de la Haute Garonne, jusqu’en 1792). Il semble bien que ce soit l’unique source sur le fonctionnement concret de cette bibliothèque, reprise par les historiens du XIXe siècle [3]. Le texte – bref – est pratiquement le même tout le long de la seconde moitié du XVIIIe siècle. Il est précisé que la bibliothèque accueille les étudiants de droit et de théologie munis d’une autorisation de leurs professeurs, ce qui laisse entendre que les conditions d’accès sont un peu différentes de celles prévues par le donateur qui parlait des étudiants de l’université de Toulouse autorisés par un professeur désigné par ses successeurs. La bibliothèque est ouverte deux, puis trois jours par semaine (mardi, jeudi, samedi). Elle est gérée par un père cordelier dont le nom est précisé à la fin du XVIIIe siècle, il s’agit du père Lagarde, qui reste à identifier.

Il est quasiment impossible de mesurer son accroissement. L’Almanach du Languedoc indique, au moins depuis 1750, que « cette bibliothèque s’accroît de jour en jour par la sage économie de ceux à qui elle est confiée ». Alexandre Dumège a voulu quantifier cet accroissement : dans ses « Additions et notes au tome 39 » de l’Histoire du Languedoc il n’hésite pas à affirmer que, grâce à la rente qui avait formé en 1790 un total de 16 112 F, plus de 5 000 volumes ont été achetés. Comme souvent, il est difficile de le suivre dans cette extrapolation. D’après les inventaires effectués lors des saisies révolutionnaires des biens du clergé, on sait que la bibliothèque du couvent des Cordeliers formait un total de 18 576 volumes en 1794. Mais dans ce décompte les deux bibliothèques ne sont pas distinguées.

Ex-libris manuscrit de Jean Georges Garaud de Duranti sur : A. Alciat Notitia ultraque…, 1552 (BM de Toulouse)

Les saisies révolutionnaires, après diverses péripéties, ont fini par être confiées à la ville de Toulouse au début du XIXe siècle et sont désormais conservées à la bibliothèque municipale. On devrait donc logiquement y retrouver les livres de cette bibliothèque.  Mais les premières recherches sont décevantes : un seul ouvrage portant l’ex-libris « Garaud de Duranti » est mentionné au catalogue. On peut y ajouter celui portant l’ex-libris de son beau-père Philippe de Caminade [4], sans doute les quatre ayant appartenu au père de celui-ci, Jean Gaubert de Caminade, et peut-être les deux portant l’ex-libris « de Donneville ». A noter qu’aucun ne comporte de mention de provenance ou de cote de la bibliothèque « universitaire » des Cordeliers. Quant aux ex-libris du couvent des Cordeliers, que l’on trouve soit sous la forme « Ex bibliotheca magni conventus Sancti Francisci Tolosae » soit sous celle « Pro parva bibliotheca majoris conventus S.P.N. Francisci de Obs.a Tolosae , ils correspondent sans doute à la bibliothèque conventuelle (c’est en tout cas avéré pour ceux portant une formule d’anathème envers ceux qui voleraient ou dégraderaient les livres).

A. Alciat. Notitia utraque cum Orientis tum Occidentis ultra Arcadii Honoriique Caesarum tempora…, 1552

C’est donc une bien maigre récolte pour une bibliothèque si importante, même en tenant compte du fait que les notices les plus anciennes du catalogue de la bibliothèque municipale ne mentionnent pas les provenances. Un long et fastidieux travail de repérage à partir des ouvrages eux-même, permettrait peut-être d’en trouver davantage, sans grand espoir s’ils ne portent pas de marque particulière. Mais de toute façon, il est certain, encore plus que pour d’autres bibliothèques saisies à la Révolution, qu’il y a eu une évaporation notable entre les livres saisis et les livres effectivement conservés par la bibliothèque, notamment au cours des deux ans où les livres sont restés dans le couvent, entre 1792 et 1794, et par la suite dans les dépôts littéraires, ou même au début du XIXe siècle..

La bibliothèque de la faculté de médecine

En dehors de quelques rares exceptions, ce n’est qu’au XVIIIe siècle que l’on voit apparaître en France des bibliothèques proprement universitaires. Il semble bien qu’à Toulouse, seule la faculté de médecine de Toulouse ait participé à ce mouvement, et de façon bien modeste, peu avant la Révolution.

La bibliothèque de la faculté de médecine est la moins connue des bibliothèques toulousaines de l’Ancien Régime. Son existence est rarement signalée ou, quand elle l’est, c’est parfois sous forme hypothétique, comme dans le mémoire de Julie Mauzé , pourtant assez complet par ailleurs, sur les bibliothèques à l’époque des Lumières [5] .  Les principales informations se trouvent dans les Chroniques de la faculté de médecine de Jules Barbot (1905).

L’origine de cette bibliothèque est le legs effectué en 1764 par Jean-François de Labroquère, médecin à Toulouse, conformément à son testament du 31 janvier de la même année. Il donne à la faculté sa bibliothèque (livres et meubles) ainsi qu’un droguier, quelques planches anatomiques et quelques globes. Faute de place et de temps, la faculté tarde à s’en occuper. Elle ne récupère les livres qu’en 1766, et il faut une demande expresse en 1771 du frère du donateur, François Raymond Labroquère, professeur à la faculté de droit, pour que la faculté lui donne enfin quittance du legs. Elle fait alors imprimer le catalogue de cette bibliothèque sous le titre Catalogue des livres légués à la faculté de médecine par feu M. Jean-François de Labroquère. Toulouse, Baour. Cette brochure, consultée par Jules Barbot mais non retrouvée à ce jour [6], recense 830 volumes reliés, 37 brochures, 457 cahiers ou thèses, concernant toutes les matières enseignées par la faculté, mais aussi le droit, l’histoire, la littérature et les sciences et arts.

Illustration introduisant la notice sur la faculté de médecine de Toulouse dans l’Almanach … du Languedoc, 1786.

Le fonctionnement de cette bibliothèque est très mal connu, en dehors de la mention très laconique qui en est faite dans l’Almanach de la province du Languedoc : elle est installée rue des Lois près du collège de l’Esquille dans un local « adjacent aux anciennes écoles » acheté par la ville qui abrite également un amphithéâtre pour les démonstrations d’anatomie et de chirurgie, et n’est ouverte que les jeudis. La brève description de la bibliothèque ne figure pas dans la rubrique « Bibliothèques publiques » mais dans celle consacrée à l’université, ce qui explique peut-être qu’elle ne soit quasiment jamais mentionnée dans la liste des bibliothèques toulousaines du XVIIIe siècle. Rien n’indique que la faculté a cherché à compléter la petite collection de livres de M. Labroquère. Il faut dire que l’obsolescence des ouvrages de médecine était à l’époque beaucoup moins rapide qu’aujourd’hui, puisqu’un rapport de l’école de médecine mentionnait en 1837 que les étudiants peuvent fréquenter la bibliothèque municipale qui est « assez complète en ouvrages de médecine » provenant de l’ancienne faculté de médecine.

Ex-libris de Jean François de Labroquère sur : J. Hovius, Tractatus de circulari humorum motu in oculis, 1716 (BM de Toulouse)

En 1793, les collections de cette bibliothèque sont confisquées par l’Etat comme les autres bien des universités, et finissent donc par intégrer la bibliothèque municipale de Toulouse. Mais là encore, on ne peut en reconstituer que des bribes d’après le catalogue.  Aucun volume ne porte de mention de provenance liée à la faculté de médecine. Cinq ouvrages seulement sont recensés comme  portant l’ex-libris « Labroquere de Toulouse » ou « Labroquere » : le plus ancien date de 1588 et le plus récent de 1718 [7]. Aucun ne porte de signe distinctif particulier autre que cet ex-libris. On peut cependant supposer que ces collections forment une composante importante du fonds de médecine ancienne de la bibliothèque municipale de Toulouse, estimé à 2 000 volumes.

La ville de Toulouse n’a disposé que tardivement d’une bibliothèque universitaire, et celle-ci est bien pauvre, en comparaison de celles qui se sont créées au XVIIIe siècle à Paris, Caen (13 000 volumes), Dijon, Perpignan ou Douai. Mais, à la fin du XVIIIe siècle, elle est assez richement dotée en bibliothèques ouvertes aux étudiants, soit exclusivement, comme la bibliothèque des Cordeliers, soit de manière plus large. Les deux principales sont la bibliothèque du Clergé, fondée par l’abbé d’Héliot, ouverte les lundis, mercredis et jeudis (14 000 volumes à la Révolution) et celle du collège royal, installée en 1782 par l’archevêque Loménie de Brienne ; ouverte le mardi et le jeudi, ses collections, constituées à l’origine des restes de la bibliothèque des jésuites et complétées par de nombreuses acquisitions s’élèvent en 1785 à 30 000 volumes. Les étudiants, du moins ceux de droit et de théologie, pouvaient ainsi trouver chaque jour de la semaine une bibliothèque ouverte (résultat d’une ouverture concertée ?). Les étudiants du “premier cycle”, préparant la maîtrise ès arts au collège de l’Esquille ou au collège des jésuites, puis du collège royal fréquentaient sans doute la bibliothèque de leur établissement [8]. Mais les sources, peu abondantes, sont quasi-muettes sur le fonctionnement et l’activité de ces bibliothèques, ce qui laisse beaucoup de questions en suspens.

Ce billet fait suite à la communication de Marielle Mouranche au séminaire “Histoire des bibliothèques” organisé le 28 janvier 2020 par l’équipe Studium de FRAMESPA (Université Toulouse Jean Jaurès/CNRS)


[1] Il a été sommairement étudié dans deux mémoires de maîtrise : Jean-Michel Martinez, La bibliothèque de Jean-Georges Garaud Duranti, président au Parlement de Toulouse au XVIIe siècle ; sous la dir. de Janine Garrisson, Mémoire maîtrise. Histoire moderne. Toulouse 2. 1983, et : Yannick Menez, Les bibliothèques toulousaines aux 17e et 18e siècles, sous la dir. de Michel Taillefer, Mém. de maîtrise. Histoire moderne. Toulouse 2. 1996

[2] Ces données sont à prendre avec beaucoup de précautions, car le catalogue ne donne souvent que des titres sommaires, qui ne permettent pas une répartition thématique rigoureuse des ouvrages.

[3] Alexandre Dumège, “Additions à l’Histoire générale du Languedoc”, p. 44 note 3 , Joseph Vaissette, Claude Vic, Alexandre Dumège, Histoire générale de Languedoc‎ avec des notes et les pièces justificatives, Toulouse, 1840- 1846 ,
et Alphonse Brémond, Notice historique sur l’église et le couvent des Cordeliers de Toulouse, 1871

[4] P Servita, Historia della sacra Inquisitione …, 1638

[5] Julie Mauzé, Des bibliothèques des Lumières au premier fonds de la bibliothèque municipale de Toulouse ; sou la dir. de Christine Dousset, Mém. de maîtrise. Histoire moderne. Toulouse 2. 2002

[6] Jules Barbot indique comme référence “Archives notariales carton université” ; les AD de la Haute-Garonne, consultées, n’ont pas trace de ce document.

[7] Outre celui reproduit, il s’agit de : Hippocrate , Oeconomia…, 1588 ; P. Zacchia, Quaestiones medico-legales…, 1655 ; A. C. Thesebius, Dissertatio medica de circulo sanguinis in corde, 1716 ; E. Mariotte, Traité du mouvement des eaux…, 1718

[8] Même si l’on a parfois considéré que ces bibliothèques étaient réservées aux professeurs.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search