Les trois voyages du capitaine Cook

Mort de James Cook (BnF)

Depuis le mois de janvier 2020, les livres anciens conservés à la bibliothèque de l’Arsenal sortent de leur réserve ! La mise en place d’expositions de courte durée dites «expos flashs» dans le hall de la bibliothèque universitaire Toulouse I Capitole nous donne l’occasion, tous les deux mois, de présenter une sélection de documents originaux sur des thèmes donnés.

Portrait de James Cook (BnF)

Pour la première «expo flash», consacrée aux livres de voyage illustrés, nous avons choisi de présenter les voyages de James Cook et de mettre en lumière trois titres conservés dans le fonds de la réserve.

Navigateur, explorateur et cartographe britannique, James Cook (1728 – 1779) est demeuré célèbre pour ses trois expéditions dans le Pacifique. Il est le premier Européen à avoir débarqué sur la côte est de l’Australie, en Nouvelle-Calédonie, aux îles Sandwich et à Hawaï et le premier à avoir cartographié Terre-Neuve et la Nouvelle-Zélande.

Le premier voyage de James Cook

Ouvrage présenté : Relation des voyages entrepris par ordre de Sa Majesté britannique, actuellement régnante ; pour faire des découvertes dans l’hémisphère méridional, et successivement exécutés par le commodore Byron, le capitaine Carteret, le capitaine Wallis & le capitaine Cook […] .- A Paris, chez Saillant et Nyon, rue Saint-Jean de Beauvais. Panckoucke, Hôtel de Thou, rue des Poitevins, 1774. (Cote : Resp Mn 2087)

Page de titre de l’édition de 1774 (BnF)

La BU de l’Arsenal conserve la première édition française du voyage de Cook parue en 1774, en format In-4°, chez Saillant et Nyon & Panckoucke. Composée de 4 tomes, elle contient 52 planches.

Compilation de quatre récits d’expéditions britanniques effectuées dans le Pacifique, le tome I contient les voyages de John Byron et Philip Carteret, la première partie du tome II celui de Samuel Wallis et la suite est dévolue au premier voyage de James Cook effectué sur le bateau HMB Endeavour de 1768 à 1771.

Cet ouvrage initialement publié en Angleterre en 1773 chez Strahan and T. Cadell est rédigé par le littérateur John Hawkesworth. Il est en effet courant au XVIIIe siècle que les responsables d’expédition fournissent des journaux rédigés par eux-mêmes ou par divers collaborateurs à un rédacteur qui n’a pas pris part à l’expédition. C’est le cas pour ces relations de navigateurs anglais confiées par l’Amirauté à John Hawkesworth, chargé en 1771 de « transformer les notes de ces hommes de mer en un ouvrage accessible au public ».

John Hawkesworth

John Hawkesworth, bien qu’ajoutant au texte ses propres impressions, fait le choix de conserver le journal écrit sous une forme personnelle. Il s’en justifie dans l’introduction générale « Lorsque j’entrepris la rédaction de cet ouvrage, on mit en question s‘il devoit être écrit à la première ou à la troisième personne ; mais après y avoir réfléchi, tout le monde convint qu’une narration faite à la première personne, en rapprochant davantage le lecteur du narrateur, sans l’intervention d’un historien étranger, attacheroit plus fortement l’attention, & par-conséquent, seroit plus intéressante & plus agréable ».

Publication populaire dès sa sortie, l’édition de John Hawkesworth fut cependant sévèrement critiquée pour les inexactitudes dans la description des mœurs et coutumes des peuples des mers du Sud. 

Carte de l’île d’Otahiti par James Cook – 1769 (BnF)

Itinéraire du premier voyage :

Le premier voyage de James Cook débute le 25 août 1768 à bord du HMB Endeavour, un trois-mâts de 366 tonneaux avec un effectif à bord de 94 hommes. Cook est chargé par la Royal Society d’aller observer, à Tahiti, une très rare éclipse prévue le 3 juin 1769. Passé par le cap Horn, il débarque à Tahiti, le 13 avril 1769. Avec Charles Green, l’astronome de l’expédition, il fait construire un petit fort et un observatoire sur la pointe de Mahina, au nord de l’île, qu’ils appellent “la pointe Vénus”. Le 3 juin, Charles Green, effectue ses observations malgré “l’effet de la goutte noire”, une tâche qui grossit légèrement les contours de Vénus et altère ses mesures.

Theatrum orbis terrarum d’Abraham Ortelius – 1574 (BnF)

Une fois les données consignées, James Cook ouvre les scellés qui contiennent les instructions pour la seconde partie de son voyage : chercher les signes de la légendaire Terra Australis, immense continent situé dans l’hémisphère Sud et qui assure, par son poids, l’équilibre du globe.

A l’aide d’un Tahitien nommé Tupaia, Cook atteint la Nouvelle-Zélande le 6 octobre 1769 et cartographie l’intégralité des côtes néo-zélandaises. Il étudie également les habitants avec précision, et l’année suivante cartographie la côte est de la Nouvelle-Hollande (l’Australie actuelle). Il revient en Angleterre le 12 juillet 1771 en passant par Batavia (Jakarta aujourd’hui) puis le cap de Bonne-Espérance.

Lors de sa première expédition, James Cook est accompagné de deux dessinateurs : Alexander Buchan et Sydney Parkinson. Mais, dès le mois d’avril 1769, Buchan est terrassé par une crise d’épilepsie. Les dessins de Parkinson seront les seuls témoins illustrés de ce premier voyage. Il réalise durant le voyage 674 ébauches et 267 dessins achevés dont cette tête de guerrier maori de la Nouvelle-Zélande. Malheureusement, il meurt de dysenterie à Batavia le 26 janvier 1771.

Quadrupède nommé kanguroo et tête de guerrier de la Nouvelle-Zélande (BnF)

Le second voyage de James Cook

Page de titre de l’édition de 1778 (BnF)

Ouvrage exposé : Voyage dans l’hémisphère austral autour du monde, fait sur les vaisseaux du roi, l’Aventure, & la Résolution, en 1772, 1773, 1774 & 1775.- Paris, Hôtel de Thou, 1778. (Cote : Resp Mn 2088)

Édition française en 5 tomes de format In-4° parue en 1778 à l’Hôtel de Thou. Elle comporte 67 gravures et cartes, dont la carte générale du voyage. L’édition originale anglaise du second voyage de Cook est publiée, un an auparavant, en 1777 sous le titre « A Voyage towards the South Pole, and Round the World » chez W. Strahan et T. Cadell.

Jean-Baptiste-Antoine Suard

La traduction de « A Voyage towards the South Pole, and Round the World » est confiée à l’académicien Jean-Baptiste-Antoine Suard, époux d’Amélie Panckoucke, sœur de l’éditeur Charles-Joseph Panckoucke, propriétaire de la Librairie de l’Hôtel de Thou. Il joint au journal de Cook des passages du journal du naturaliste Forster, qu’il place entre guillemets, et fait un ensemble des deux ouvrages.

Page de titre du journal de J. Marra publié en 1775 (BnF)

Cependant ce titre n’est pas le premier récit imprimé de l’entrée de l’homme dans la région sud-antarctique. En effet, une édition du journal rédigée par John Marra, canonnier du bateau de James Cook le HMS Résolution, paraît anonymement chez F. Newbery en 1775, soit 18 mois avant l’édition officielle.

Itinéraire du second voyage :

Pour son second voyage, James Cook est chargé par la Royal Society de se rendre à nouveau dans les mers du sud à la recherche du continent austral. Parti le 13 juillet 1772 à bord du HMS Resolution et accompagné de Tobias Furneaux à la tête du HMS Adventure, James Cook descend très au sud et franchit le cercle polaire antarctique le 17 janvier 1773. Les deux bateaux se perdent de vue et Furneaux met le cap sur la Nouvelle-Zélande, avant de repartir pour la Grande-Bretagne. Cook poursuit son exploration de la zone antarctique et remonte vers Tahiti pour se réapprovisionner. Il repart ensuite au sud dans l’espoir de trouver la Terra Australis, mais sans succès. Il finit par la déclarer inexistante.

Le retour vers l’Angleterre le mène aux Tonga, à l’île de Pâques (mars 1774), à l’île Norfolk, en Nouvelle-Calédonie (septembre 1774) et aux Nouvelles-Hébrides. Promu capitaine, la Royal Society l’admet au sein de ses membres et lui décerne la médaille Copley (médaille des sciences) en 1776.

Monumens dans l’Île de Pâques (BnF)

Le troisième voyage de James Cook

Ouvrage présenté : Troisième Voyage de Cook, ou voyage à l’Océan Pacifique, ordonné par le Roi d’Angleterre, pour faire des Découvertes dans l’Hémisphère Nord, … Éxécuté sous la direction des capitaines Cook, Clerke & Gore, sur les vaisseaux la “Résolution” & la “Découverte”, en 1776, 1777, 1778, 1779 & 1780.”.- Paris, Hôtel de Thou, 1785. (Cote : Resp Mn 2089)

Page de titre de l’édition de 1785 (BnF)

Édition française parue en 1785, à l’Hôtel de Thou, et comptant 4 tomes de format In-4° avec 20 cartes et 68 gravures. La traduction de l’édition anglaise, parue en 1784, a été confiée à Jean Nicolas Demeunier.

Le troisième voyage de Cook est celui qui suscita le plus de publications non officielles, l’Amirauté ayant pourtant réclamé tous les journaux tenus à bord lors du retour de l’équipage.

La première relation non officielle est celle de Johann Georg Adam Forster. Le naturaliste dit avoir reconstitué les étapes du voyage et les circonstances de la mort de James Cook à partir des récits oraux fournis par deux matelots allemands, membres de l’expédition, Heinrich Zimmermann et Barthel Lohmann.  Le titre « Fragmente über Capitain Cooks letzte Reise und sein Ende » est publié en 1780.

Page de titre du journal d’H. Zimmerman, 1782 (Universitätsbib. Bern)

Ce même Heinrich Zimmerman, timonier à bord du HMS Discovery a tenu un journal pendant tout son périple et l’a conservé malgré les consignes de l’Amirauté. Celui-ci est publié en 1781 chez C. F. Schwan à Mannheim sous le titre « Reise um die Welt mit Capitain Cook » et traduit en français en 1782 sous le titre « Dernier voyage du capitaine Cook autour du monde, où se trouvent les circonstances de sa mort… » chez la Nouvelle Société typographique de Berne.

Zimmerman précise dans l’introduction avoir « hésité long-tems de publier les remarques dont j’avois tenu note dans mon voyage, dans la crainte que ce ne fût une chose illicite, sachant que tous les gens d’un équipage sont obligés de livrer leurs papiers, mais je crois avoir trouvé quelques réponses à mes scrupules… comment est-ce qu’une relation aussi imparfaite que celle-ci, & sortie de la plume d’un simple matelot, pourroit jamais entrer en concurrence avec celle qui se publiera en Angleterre & lui fera quelques tort ? N’est ce pas plutôt à moi de craindre que l’attente de celle-ci ne fasse mépriser la mienne».

Page de titre du journal de J. Rickmann, 1781 (University of California )

Une autre relation non officielle est celle de John Rickmann, lieutenant à bord du HMS Discovery, publiée en 1781 chez Newbery et intitulée « Journal of Captain Cook’s last voyage to the Pacific Ocean : on Discovery ; performed in the years 1776, 1777, 1778, 1779 ». Traduite et publiée chez Pissot et Laporte en 1782, cette édition est ornée d’un frontispice gravé replié représentant la mort du capitaine Cook et d’une carte de l’itinéraire suivi par Cook.

William Ellis, chirurgien en second, publia également son journal en 1782 « An Authentic narrative of a voyage performed by Captain Cook and Captain Clerke in His Majesty’s Ships Resolution and Discovery… » chez J. Sewell and J. Debrett.

Enfin, John Ledyard un américain présent à bord du HMS Resolution, et qui rendit son journal conformément aux ordres de l’Amirauté, publia  en 1783  un petit récit du troisième voyage de Cook. Ajoutant le récit de John Rickmann au sien, il publie en 1783  chez N. Patten « A Journal of Captain Cook’s last voyage to the Pacific Ocean… »

Itinéraire du troisième voyage :

Pour son dernier voyage, James Cook commande à nouveau le HMS Resolution et le capitaine Charles Clerke prend la tête du HMS Discovery avec pour objectif la découverte d’un passage du Pacifique à l’Atlantique au nord du continent américain. L’expédition explore tout d’abord les îles Kerguelen et l’île de Port-Christmas où elle accoste le jour de Noël 1776 puis fait escale en Nouvelle-Zélande. Cook met alors le cap au nord, découvre l’île Christmas la veille de Noël 1777. Remontant ensuite le long du continent américain, il décrit dans son journal les tribus indiennes de l’île de Vancouver, des côtes de l’Alaska, des îles Aléoutiennes et des deux rives du détroit de Béring, qu’il tente à plusieurs reprises de franchir.

Vue des habitations de l’entrée de Nootka (BnF)
Sacrifice humain qui eut lieu dans un des morais d’Otahiti (BnF)

L’expédition retourne à Hawaï l’année suivante. Après huit semaines passées à explorer l’archipel, Cook et son équipage atteignent la baie de Kealakekua sur l’actuelle Grande Île et y séjournent un mois. Mais, le 14 février 1779, un canot du HMS Discovery est volé et le capitaine Cook, accompagné de soldats, débarque dans la baie afin de prendre le roi en otage jusqu’à restitution de la chaloupe. La situation dégénère et les habitants de l’île attaquent Cook et ses hommes à l’aide de pierres et de lances. Poignardé, Cook est battu à mort par ses assaillants.

Bien qu’on ne puisse prouver avec certitude si les Hawaïens ont pratiqué le cannibalisme avec sa dépouille, on sait qu’ils ont restitué quelques parties du corps de Cook à son équipage, jetées à la mer lors d’une cérémonie funéraire.

Mort de Cook (BnF)

Charles Clerke prend alors le commandement de l’expédition mais meurt en août 1779. Le lieutenant Gore lui succède et fait route vers l’Angleterre par les côtes asiatiques, comme initialement prévu par Cook. Le HMS Resolution et le HMS Discovery arrivent en Grande-Bretagne le 4 octobre 1780.

Durant les onze ans passés sur les océans James Cook a découvert de nombreuses îles, cartographié avec précision de larges portions de côte et démontré l’impossible existence de la Terra Australis.  Accompagné de dessinateurs et de scientifiques de renom, ses voyages ont considérablement élargi les connaissances en matière de navigation, d’astronomie, de sciences naturelles et de géographie.

Les ouvrages présentés lors de l’«expo flash» , proviennent du fonds de la Faculté de théologie protestante de Montauban. Créée en 1808 et rattachée à l’Académie puis à l’Université de Toulouse, la Faculté de théologie protestante de Montauban possédait une très riche bibliothèque, à caractère encyclopédique dont le noyau des collections provient des dépôts littéraires parisiens.

Sources consultées

Imprimés :

Le livre maritime au siècle des Lumières : édition et diffusion des connaissances maritimes (1750-1850). Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2005

Sites web :

Service Commun de la Documentation de l’Université de Poitiers. Traversées : récits de voyages des Lumières. [en ligne]

Bibliothèque nationale de France. L’âge d’or des cartes marines [en ligne]

Centre de recherche sur la littérature des voyages : conférences [en ligne]


1 réponse

  1. Robert faraboz dit :

    Très belle et instructive synthèse. Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search