La marque typographique toulousaine au Palladium Tolosanum (1612-1726 ?)

Palladium Tolosanum” a figuré en bonne place parmi la liste des noms à donner à ce carnet de recherche… C’est en effet la légende de la marque typographique qui a été pendant plus d’un siècle la plus utilisée à Toulouse, sous diverses formes, principalement par la dynastie des Colomiez.

Les marques d’imprimeurs, ou marques typographiques, sont les signes distinctifs gravés (l’équivalent des logos) que les imprimeurs-libraires font figurer sur la page de titre ou sur la dernière page des ouvrages qu’ils produisent. Elles se composent en général de plusieurs éléments : une illustration, souvent allégorique, et éventuellement la devise de l’imprimeur, son enseigne1, son nom ou ses initiales.

Petite marque sur cuivre de Raymond Colomiez au Palladium Tolosanorum, gravée par L. Gaultier sur : J.-C. Boulanger, Eclogarum ad Arnobium liber…, 1612

La marque typographique au « Palladium Tolosanum » a été utilisée de 1612 au début du 18e siècle, de façon non systématique et avec différentes variantes, essentiellement par Raymond, Arnaud et Guillaume-Louis Colomiez, qui appartiennent à une des principales dynasties d’imprimeurs toulousains, active sur Toulouse de 1525 aux années 1710.

Son élément principal est une représentation de Pallas-Athéna casquée assise, appuyée sur un livre, tenant une javeline de sa main gauche et faisant face à un bouclier sur lequel apparaît une tête de Méduse2. Sur les plats du livre sont figurées les armes de la ville de Toulouse (représentations stylisées de l’église Saint-Sernin et du château narbonnais, d’un agneau nimbé portant la croix de Toulouse – ou croix occitane – en bannière, le tout surmonté de fleurs de lys).  Les mots « Palladium Tolosanum » (ou « Tolosanorum » sur la première version) sont inscrits sur un cartouche en banderole. Cette inscription, souvent qualifiée de devise, est en la légende de la marque, qui se réfère plutôt à l’enseigne placée à la façade de l’atelier des Colomiez, et qui pourrait se traduire par « La représentation toulousaine de Pallas » , ou peut-être plus simplement « La Pallas toulousaine »3. Tous ces éléments renvoient à la ville de Toulouse : les armes de la ville bien sûr, mais aussi la représentation de Pallas-Athéna, qui fait allusion à l’expression consacrée Palladia Tolosa, (Toulouse cité palladienne), utilisée à travers les siècles pour glorifier Toulouse, ville des arts et des lettres4. Les Colomiez se placent ainsi sous la protection symbolique de la ville et affichent leur appartenance à un territoire.

Raymond Colomiez, créateur de la marque

La première apparition de cette marque est datée de 16125. Raymond Colomiez, actif à Toulouse depuis 1588, fait appel pour la graver à un artiste parisien, Léonard Gaultier (1561?-1635?) qui a produit une oeuvre considérable, principalement pour des imprimeurs-libraires de Lyon ou Paris. La marque porte sa signature  « L. Gaultier sculpsit. 1612 ». La légende inscrite dans le cartouche est “Palladium Tolosanorum“. De dimension moyenne (9 x 6,4 cm), elle est utilisée pour au moins cinq ouvrages de format in-8° ou in-4°, trois en 1612, deux en 16136, mais ne semble pas l’avoir été par la suite.

Petite marque sur cuivre de Raymond Colomiez, gravée par L. Gaultier sur : J.-C. Boulanger, Eclogarum ad Arnobium liber…, 1612
Marque sur cuivre “au berger” de Dominique Bosc, gravée par L. Gaultier sur : E. Baricave, La Defence de la monarchie françoise…, 1614

Il est intéressant de noter que c’est aussi Léonard Gaultier qui a gravé sur cuivre en 1614 l’autre belle marque typographique toulousaine du 17e siècle : la « marque au berger» de Dominique Bosc, reprise et adaptée par son fils Pierre, puis par son petit-fils Raymond, au moins jusqu’en 1759.

Dès 1617 au moins, Raymond Colomiez fait graver une version sur bois de cette marque, dont la finesse d’exécution est moindre mais qui est plus facile à imprimer : la page de titre peut alors être imprimée en une seule fois, alors qu’une marque gravée sur cuivre nécessite l’utilisation de deux presses différentes7. Il l’utilise régulièrement jusqu’à la fin de son activité en 1630. La principale variante est la modification de la légende, qui devient « Palladium Tolosanum », mais on peut noter aussi des différences dans le traitement du buste de Pallas, de la représentation des tours et du paysage en arrière plan.

Petite marque sur bois de Raymond Colomiez sur : J.-C. Scaliger, Adversus Desid. Erasmum, 1621

En 1619, Raymond Colomiez s’adresse à nouveau à Léonard Gaultier pour graver sur cuivre une nouvelle version de la marque, d’un format plus adapté aux in-folio (15,5 x 12 cm). La composition a été modifiée pour ajouter à la javeline portée par Pallas une bannière aux armes royales, un motif floral remplace le motif feuillagé dans les angles, le paysage en arrière-plan ainsi que le visage de Méduse sont traités différemment. Elle est signée « L. Gaultier incidit. 1619 »8. Elle a été réutilisée au moins une fois par la suite pour un autre in-folio, en 1628 ; la date qui figure après la signature a alors été changée.

Grande marque sur cuivre de Raymond Colomiez, gravée par L Gaultier sur : G. Maran, Paratitla in XLII. priores Digestorum libros…, 1628

Arnaud Colomiez : le changement dans la continuité

Arnaud Colomiez succède à son père Raymond en 1631 et est actif sur Toulouse jusqu’en 1666. Il continue d’utiliser la petite marque gravée sur bois au début du siècle, au moins jusqu’en 1648. Le bois est alors très usé et la qualité d’impression s’en ressent nettement. Après cette date, elle semble avoir été abandonnée.

Petite marque sur bois de Raymond Colomiez, utilisée par Arnaud sur : Pons Purpan, Codex medicamentarius…, 1648

Au début des années 1630, il fait graver sur cuivre deux marques, inspirées de la grande marque sur cuivre commandée par son père commandée à Léonard Gaultier. L’une porte la signature d’un certain Huguet, artiste qui a travaillé à Toulouse de 1618 à 1653 et dont on ignore presque tout9. Elle est relativement proche du modèle, mais sans les armes royales sur la javeline et elle comporte de nombreuses variantes, notamment dans le paysage d’arrière-plan, le visage de Méduse et le cartouche. Une seule occurrence a été trouvée, sur Généalogie de l’illustre maison de La Valette, tirée des anciens titres de ladite maison… par F. Bernard Gelède, 1633. La deuxième marque se rapproche plus du modèle de Léonard Gaultier, avec des variantes différentes, notamment dans le paysage d’arrière-plan et le visage de Méduse. Elle porte la date de 1634 mais n’est pas signée (dimensions 15,3 x 11,9 cm). Elle est attestée sur un ouvrage daté de 163810, ainsi que sur un autre de 1645. Ces deux marques ne semblent pas avoir été beaucoup utilisées

Grande marque sur cuivre d’Arnaud Colomiez sur : Innocent de Ciron. Opera in jus canonicum. 1645
Marque sur cuivre d’Arnaud Colomiez, gravée par Huguet sur : Bernard Gelède, Généalogie de l’illustre maison de La Valette , 1633 (source : Gallica)

Arnaud Colomiez adopte aussi en 1645 une autre version, gravée sur bois, de cette grande marque «aux armes royales » (dans l’inscription de la date, le 4 est à l’envers). D’une exécution assez grossière, son dessin est plus proche de l’ancienne petite marque gravée sur bois que de la grande marque gravée sur cuivre (dimensions 15,5 x 11,6 cm). Curieusement, elle semble n’être attestée que sur deux in-folio datés de 1664, et l’impression de mauvaise qualité témoigne de l’usure du bois : Simplicien Saint-Martin. Tractatus varii morale de casibus conscientiae ; Maignan, Emanuel. Philosophia sacra

Grande marque sur bois d’Arnaud Colomiez, datée de 1645, sur : Emanuel Maignan, Philosophia sacra…, 1664

La dernière marque utilisée par Arnaud Colomiez, qui apparaît au plus tard en 1651 sur Les oeuvres meslées de feu Me. E. Molinier, est une gravure sur bois dont le dessin a été radicalement simplifié. Elle est encore employée au moins une fois par sa veuve en 1666, sur un ouvrage de Géraud de Maynard, Abrégé du recueil des arrests… de la cour de parlement de Tolose… Celle-ci semble avoir abandonné ensuite l’usage d’une marque typographique.

Marque sur bois simplifiée d’Arnaud Colomiez

Les derniers feux : Guillaume-Louis Colomiez

L’ imprimeur Guillaume-Louis Colomiez, fils d’Arnaud, fait réaliser en 1687 une nouvelle version “de luxe” de la marque au Palladium Tolosanum, pour orner la page de titre du premier tome des Annales de la ville de Toulouse, de Germain de Lafaille, volumineux ouvrage financé par la ville et dédié à sa gloire. Il fait appel à deux artistes importants : Jean-Pierre Rivalz (1625-1706) pour le dessin, et Sébastien Leclerc (1637-1714) pour la gravure. Le premier, peintre de la ville, s’est inspiré du tableau qu’il avait exécuté sur le même thème en 1674. Dans cette version, le bouclier est placé du même côté que le livre, à gauche de l’image. Le graveur, qui compte parmi les artistes les plus importants du 17e siècle, a aussi exécuté d’autres cuivres pour illustrer l’ouvrage11. Cet ouvrage est l’un des seuls imprimés par les Colomiez sur lequel on trouve la mention de l’enseigne dans l’adresse sur la page de titre.12 Pour la seconde partie, publiée en 1701, le cuivre a été légèrement retouché, notamment au niveau de la bouche de Pallas.

Marque sur cuivre de Guillaume-Louis Colomiez, gravée par Sébastien Leclerc d’après Jean-Pierre Rivalz sur : Germain de Lafaille, Annales de la ville de Toulouse, seconde partie, 1701.

Cette marque se retrouve aussi en 1696 sur un autre ouvrage publié par G.-L. Colomiez, sous les auspices des Etats du Languedoc : Notice ou abrégé historique des vingt-deux villes chefs des diocèses de la province de Languedoc par… François Graverol.

La fin…

Dernière version et dernière occurrence de la marque (Jean Guillemette, 1726) sur : Daniel de Galtier, Theophilus renovatus,…

La dernière version recensée de cette marque typographique forme un contraste assez saisissant avec celle gravée par Sébastien Leclerc : son dessin, gravé sur bois, est très rudimentaire. Elle figure sur un ouvrage imprimé en 1712, non par un membre de la famille Colomiez, mais par Jacques Loyau (M. Mourgues, Plan théologique du paganisme). En effet, cet imprimeur achète en 1711 avec sa sœur Germaine l’atelier de Guillaume-Louis Colomiez et reprend donc l’enseigne “A la Pallas” et adopte en la simplifiant la marque au Palladium Tolosanum. Peu de temps après, Germaine Loyau apporte en dot l’atelier de G. -H. Colomiez à son mari l’imprimeur Jean Guillemette (actif de 1699 à 1752)13. Celui-ci reprend à son tour l’enseigne “A la Pallas” et utilise cette même marque dès 1714 au plus tard14 et jusqu’en 1726 au moins.

Un des dernier avatars de ce thème iconographique se retrouve en 1763 sur une brochure publiée par Jean-Henri Guillemette, fils de Jean. Il ne s’agit plus tout à fait d’une marque typographique (dont l’usage était d’ailleurs passé de mode à cette époque) mais d’un bandeau de départ, portant le nom de l’imprimeur. La représentation de Pallas s’insère dans un décor de livres et de matériel d’imprimerie. Cet ornement été utilisé pour d’autres brochures, notamment en 1768 (Précis pour les consuls & communauté de Saint-Hypolite…)

Bandeau reprenant le thème du Palladium Tolosanum sur une brochure imprimée par Jean-Henri Guillemette

Cette marque typographique a donc connu sous diverses formes une longévité remarquable puisqu’elle été utilisée pendant plus d’un siècle par six imprimeurs-libraires toulousains. Le thème iconographique, au caractère toulousain très affirmé, n’a pratiquement pas varié, mais il a été décliné en une dizaine de versions successives qui présentent des différences de traitement parfois très marquées, ou plus mineures, dont le repérage s’apparente parfois aux jeu des 7 erreurs.


Sources utilisées

Catalogues collectifs de bibliothèques

CCfr (Catalogue collectif de France) : la recherche par imprimeur n’est possible que pour les bibliothèques de la base “patrimoine” (qui exclut les bibliothèques universitaires) et n’est pas exhaustive.

SUDOC ABES (Catalogue des bibliothèques et centres de documentation de l’enseignement supérieur et de la recherche) : recherche par imprimeur possible, mais un peu complexe pour obtenir des résultats complets

L’utilisation des catalogues est souvent décevante pour ce type de recherche étant donné l’imprécision ou l’inexactitude des descriptions de l’ornementation et de l’illustration dans les notices. Elle doit être complétée par un examen des documents eux mêmes, soit en ligne, soit livre en mains.

Bibliothèques numériques

Gallica : la recherche par imprimeur-libraire est possible dans la recherche avancée ; malheureusement, pour des problèmes techniques, les ouvrages numérisés des BU toulousaines mis en ligne sur Tolosana et visibles également dans Gallica ne ressortent pas selon ce critère

Tolosana : la recherche par imprimeur est possible dans la recherche avancée ; la bibliothèque numérique patrimoniale des universités toulousaines est la plus riche en éditions toulousaines du 17e siècle, étant donné la richesse des fonds dans ce domaine, essentiellement à la BU de l’Arsenal (à titre d’exemple on trouve dans Gallica 55 ouvrages du 17e siècle et 1 du 18e siècle imprimés par les Colomiez, contre respectivement 108 et 5 sur Tolosana. )

Le “fonds Pifteau”

Matrice d’imprimerie d’une des versions de la marque typographique au Palladium Tolosanum

Fernand Pifteau (1865-1942) a constitué une importante collection d’imprimés et de documents iconographiques liés à Toulouse et sa région. Il a mené de nombreuses recherches sur les imprimeurs toulousains à partir de ses livres ou de documents d’archives, constituant des dossier manuscrits. La bibliothèque universitaire de Toulouse a acheté sa collection, qui est désormais conservée à la BU de l’Arsenal.

Une curiosité à noter : la BU de l’Arsenal conserve aussi les matrices d’imprimerie (clichés métal/bois) réalisés par Pifteau pour reproduire des ornements typographiques, dont des marques typographiques utilisés par les imprimeurs toulousains.


1 – Pour plus d’information sur tous ces termes, voir le Dictionnaire encyclopédique du livre, Paris, Ed. du cercle de la Librairie (2002-2011)

2 – Ce sont surtout les attributs guerriers de la déesse qui sont ici figurés

3 – L’enseigne n’est pas le thème le plus fréquent des marques typographiques : pour la période antérieure au 17e siècle, on estime qu’il n’a été choisi pour 1 marque sur 4 (P. Gheno, «Les marques typographiques en France des origines à 1600 » , Cultura, vol. 33, 2014). Les Colomiez, en dehors de Guillaume-Louis, ne mentionnent en revanche apparemment jamais leur enseigne par une formule du type “à l’enseigne de la Pallas” ou “sub Palladio Tolosano” dans les adresses typographiques des ouvrages qu’ils publient.

4 – Jean-Marie Pailler, « Palladia Tolosa : fantaisie de poète ou évergésie impériale ? », Pallas, 100 | 2016, 205-215.

5- Agnès Thiercelin. « Les imprimeurs » , L’héraldique et le livre, Paris, Toulouse, 2002

6 – 1612 : Antoine de Lestang. Arrests de la cour de Parlemant de Tolose… ; Jules-César Boulenger. Eclogarum ad Arnobium liber primus ; Jacques de Puymisson. Plaidoyez… – 1613 : Pierre de Beloy. Recueil de quelques plaidoyez notables… ; Jean Baptiste Hansen‎. De jure jurando veterum liber…

7- Jean de Bertrand. Bii nomikon sive de jurisperitis libri duo

8- Sur : Aristote… Historia de animalibus… (exemplaire de la BN de Naples ; la plupart des autres exemplaires, dont celui de la BU de l’Arsenal, portent la marque de Dominique Bosc avec qui Raymond Colomiez a partagé l’édition).

9- Robert Mesuret, L’estampe toulousaine. Les graveurs en taille douce de 1600 à 1800, Toulouse, 1951

10- Simon d’Olive Du Mesnil, Les Oeuvres... (exemplaire de la BM de Lyon ; d’autres exemplaires, dont celui de la BU de l’Arsenal portent la marque de Pierre Bosc avec qui l’édition a été partagée)

11- Images et fastes des capitouls, Toulouse, 1990, p. 122-123

12- La présentation et la ponctuation pourraient faire croire que la mention “A l’enseigne de la Pallas” ne concerne que Jérôme Posuel, mais en fait elle concerne aussi Guillaume-Louis Colomiez, les deux imprimeurs étant associés.

13- Ms Pifteau, dossiers Jacques Loyau et Jean Guillemette, citant le contrat de mariage du 8 déc. 1672 (BU Arsenal Ms Pf)

14- Raymond Vieussens, Traité nouveau de la structure de l’oreille, divisé en deux parties… (BIUS Paris)


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search