Chercher la petite bête (2/2)

Extrait de Histoire générale des insectes de Surinam

Depuis l’hiver 2018 et la découverte de la présence d’insectes dans la réserve de la BU de l’Arsenal, notre objectif est de barrer durablement la route aux nuisibles, en adoptant une approche globale prenant en compte tous les aspects de la vie de la bibliothèque qui pourraient être source de contamination.

À notre échelle, nous nous sommes inspirés du concept de « gestion intégrée des nuisibles », appelée IPM -Integrated Pest Management- en anglais, initialement mis en œuvre dans le domaine de l’industrie alimentaire, et qui s’est ensuite étendu à tous les secteurs dont celui du patrimoine culturel dès les années 2000.

L’IPM est une démarche globale et dynamique basée sur la connaissance de ce dont les insectes ont besoin pour survivre. L’objectif est de limiter et contrôler la présence des nuisibles en rendant l’environnement de nos magasins hostile à leur cycle de vie. Cette stratégie vise également à réduire l’utilisation des pesticides nocifs pour le personnel et les collections en trouvant des solutions permanentes, non chimiques.

Certains musées étrangers, tel le Brooklyn Museum, le font d’ailleurs avec beaucoup d’humour :

Quatre points clés pour éviter l’infestation :

La clé pour limiter les infestations de nuisibles est de comprendre les conditions dans lesquelles les insectes se développent et d’apporter des mesures correctives afin de leur refuser les quatre choses dont ils ont besoin pour vivre et se reproduire : de la chaleur, de l’humidité, des aliments et un refuge.

Si un ou plusieurs de ces quatre éléments clés sont perturbés, il est possible d’empêcher l’installation durable d’insectes en magasin. La difficulté réside dans le fait que ces facteurs sont souvent liés entre eux et qu’il n’est pas simple d’atteindre le juste équilibre.

Améliorer les conditions climatiques  :

Les conditions optimales pour la croissance des insectes sont le plus souvent une température de l’ordre de 20 à 25 °C et une humidité relative proche de 60%. Cependant si beaucoup d’insectes apprécient une humidité relative élevée pour leur développement, ils peuvent tout à fait supporter, durant le reste de leur vie, un taux d’humidité particulièrement bas.

Avant même le début du chantier de piégeage, nous nous sommes inquiétés des relevés de température et d’humidité relative qui indiquaient une température supérieure à celle recommandée pour les magasins de bibliothèques associée à une atmosphère sèche. S’ajoutait à ce constat un manque de stabilité du climat avec de trop nombreuses variations sur une période déterminée. Et pourtant, malgré ces conditions peu optimales pour eux, les insectes se sont développés et installés à la bibliothèque universitaire de l’Arsenal.

La communication régulière des courbes du thermohygromètre aux services techniques de l’université Toulouse I Capitole nous a permis de mettre en œuvre, avec leur appui, des mesures correctives telle que la fermeture de vannes de tuyaux de chauffage passant par notre magasin. Ceci a eu pour effet de stabiliser davantage le climat en magasin, d’abaisser la température et de revenir à une atmosphère plus saine pour la conservation des ouvrages.  

Cependant, conscients que ces modifications n’avaient pu affecter qu’à la marge les conditions de vie des insectes présents en magasin, nous avons axé notre action sur les deux autres facteurs clés : la nourriture et la tranquillité.

Empêcher les insectes de trouver des aliments et un refuge :

Les organismes nuisibles n’ont besoin que de petites quantités de nourriture et d’eau ; par conséquent celles-ci doivent être restreintes autant que possible. La poussière et l’encombrement doivent être limités car ils assurent une source nutritive et entravent la surveillance d’une possible contamination biologique.

Nous avons donc agi en deux temps en commençant par l’évacuation des “encombrants” ; tous ces objets indésirables qui ont une fâcheuse tendance à s’accumuler dans un magasin.

Nous avons ensuite poursuivi notre campagne d’assainissement par le démontage des jupes de rayonnages. Ces plinthes ont un double inconvénient : elles favorisent en effet l’accumulation de saletés et de poussière, source nutritive des insectes et leur offrent un paisible refuge.  Cet important chantier a débuté au mois de mars 2019 à raison de 3 séances hebdomadaires. Sa durée est estimée à cinq mois avec six personnes mobilisées par semaine. Près de 360 mètres linéaires de collections doivent être déplacés et remis en place après nettoyage.

Pour chaque séance de travail, un binôme intervient sur une travée de sept rayonnages selon le protocole suivant :

-enlèvement des ouvrages placés sur les tablettes inférieures et mise en sécurité des livres sur des chariots numérotés ;

-marquage du niveau de tablettage, retrait des tablettes et nettoyage de celles-ci ;

-démontage des jupes ;

-passage de l’aspirateur et de la serpillière légèrement humide ;

-repositionnement des tablettes et des ouvrages.

Ce chantier, bien que fastidieux, nous a permis de faire des découvertes inattendues sous nos rayonnages… traces de nos collègues passés certainement moins sensibilisés à la conservation préventive : mégots, ticket de tramway, fiche de prêt et même pantoufles.


Depuis l’installation des pièges à insectes et le lancement de notre chantier magasin, le constat est sans appel. Rapidement après la mise en œuvre des premières mesures correctives, le nombre d’insectes piégés a nettement diminué. De trente insectes pris en cinq mois nous sommes passés à quatre insectes piégés en deux mois. Au delà de la lutte contre les nuisibles en magasin, le démontage des jupes de rayonnages, est un réel plus en matière de conservation préventive. L’absence de plinthes facilitera le nettoyage régulier du sol mais permettra également, en cas de sinistre, d’évacuer l’eau plus rapidement à l’aide de raclettes.

La mise en œuvre d’une stratégie IPM, avec une meilleure connaissance des espèces nuisibles et de leur biologie, est un élément important de la conservation préventive. Depuis quelques années, cette démarche se développe dans les établissements français où l’accent est mis sur la surveillance des insectes grâce au piégeage, la bonne gestion des locaux et la maintenance des espaces intérieurs et extérieurs des bâtiments. Une norme AFNOR « Gestion intégrée des nuisibles pour la protection du patrimoine culturel » a d’ailleurs été publiée en 2016. Hasard du calendrier, la quatrième conférence internationale « Integrated Pest Management for Cultural Heritage, IPM 2019 » vient de s’achever à Stockholm. Quelque 160 délégués venant de 23 pays ont fait le déplacement. Plus de 750 personnes ont suivi les conférences en ligne. Preuve s’il en fallait une que la stratégie IPM trouve un écho favorable au sein des institutions patrimoniales, mais la mise en pratique demande énergie et patience.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search