Les BU toulousaines (1/3) : le temps des bibliothèques de facultés

L’histoire des bibliothèques universitaires toulousaines permet d’éclairer l’histoire de leurs collections patrimoniales. Ces quelques jalons, qui n’ont pas d’autre prétention, seront présentés en trois billets, correspondant à l’histoire administrative de ces bibliothèques, qui n’est pas un décalque exact de celle des universités.

Livre de la bibliothèque du collège de Foix portant encore sa chaîne (C G de la Haute-Garonne/AD/3D12 1467-1488)

Avant la Révolution

Au Moyen-Age, à Toulouse comme ailleurs, l’université ne dispose pas de bibliothèque. C’est en fait au sein des collèges que se trouvent les principales bibliothèques à destination des étudiants. On en dénombre au moins sept, dont la principale est celle du collège de Verdale, fondée en 1337, et la plus précieuse celle du collège de Foix (1457). Mais, faute de sources suffisantes, elles restent imparfaitement connues.

Au XVIe siècle, les anciennes bibliothèques de collèges déclinent puis disparaissent pour la plupart. Celle qui est crée au sein du collège des jésuites, fondé en 1563, accueille principalement les professeurs. Au XVIIe siècle, les étudiants en droit et en théologie sont accueillis au couvent des Cordeliers, selon la volonté de Jean Georges Garraud, président du Parlement, exprimée dans le testament léguant sa bibliothèque en 1684. A la fin du XVIIIe siècle, les étudiants toulousains peuvent aussi fréquenter trois autres bibliothèques ouvertes au public : la bibliothèque du Collège royal, depuis 1786, la bibliothèque du Clergé, fondée par l’abbé d’Héliot en 1772, et la bibliothèque des doctrinaires de Saint-Rome, de taille plus modeste.

Dans : Almanach du Languedoc, Toulouse, Baour, 1786.

Ce n’est qu’au XVIIIe siècle que l’on voit apparaître en France des bibliothèques proprement universitaires (Caen, Paris, Perpignan, Douai…). Il semble bien qu’à Toulouse seule la faculté de médecine de Toulouse ait participé à ce mouvement. Elle se dote en 1771 d’une bibliothèque à la suite du legs effectué en 1764 par Jean-François de Labroquère, docteur en médecine. Le catalogue de sa bibliothèque a été imprimé par la faculté de médecine : Catalogue des livres légués à la faculté de médecine par feu M. Jean-François de Labroquère. Toulouse, Baour (non localisé à ce jour). Elle est brièvement décrite dans l’Almanach du Languedoc. Elle est installée dans un bâtiment adjacent à la faculté de médecine (rue des Lois), acheté par la ville pour abriter également un amphithéâtre et les démonstrations d’anatomie et de chirurgie, et n’est ouverte que les jeudis. En 1793, ses collections sont confisquées par l’Etat comme les autres biens de l’Université. Après diverses péripéties, elles sont confiées à la ville de Toulouse au début du XIXe siècle et intègrent la bibliothèque municipale (On peut notamment y retrouver les ouvrages légués à la faculté par Labroquère, dont certains portent son ex-libris.

1806-1879 : le temps des bibliothèques de facultés

L’enseignement supérieur est réorganisé sous l’Empire dans les premières années du XIXe siècle, sous une forme très centralisée : au sein de l’Université impériale, dirigée par un Grand-Maître, sont créées des facultés, administrées par des doyens placés sous l’autorité des recteurs d’académies. L’Etat ne se préoccupe pas de doter de moyens les facultés provinciales pour la création de bibliothèques, et renvoie explicitement aux bibliothèques municipales récemment ouvertes. La bibliothèque de la faculté de théologie protestante de Montauban, créée au sein de l’Académie de Toulouse en 1810  et richement dotée en livres dès son ouverture, constitue une exception notable (L’histoire de cette bibliothèque tout à fait particulière fera l’objet d’un prochain article). La création et le développement de bibliothèques, placées sous l’autorité des doyens, sont laissés à la seule initiative des facultés.

Des débuts très modestes

Faute de sources, nous savons peu de choses sur le fonctionnement et l’activité réels de ces bibliothèques à Toulouse. En dehors des délibérations des facultés ou du Conseil académique, qui témoignent souvent d’intentions et donnent rarement le bilan de ce qui a été effectivement fait, on ne dispose que de très rares registres, et des livres eux-mêmes, du moins ceux qui ont été conservés.

En 1822, les réactions à l’annonce par le Grand-Maître de l’Université au recteur de l’académie de Toulouse de l’ouverture d’un crédit destiné à alimenter les bibliothèques des facultés font apparaître assez crûment la piteuse situation dans l’académie : il n’existe qu’une seule véritable bibliothèque, à la faculté de droit, et le recteur fait remarquer aux autres facultés qu’il serait utile de se préoccuper d’installer des locaux avant d’acheter des livres. Il faut attendre les années 1840 pour que les autres bibliothèques connaissent un certain développement, de manière très inégale, et se voient pourvues progressivement de locaux, de collections et de personnel (réduit le plus souvent à une personne).

Quelques progrès

La bibliothèque de l’éphémère faculté de théologie catholique, quasi mort-née, est un cas à part : la faculté, installée en 1809 rue des Salenques puis transférée rue des Lois, disparait en 1843 alors même qu’une somme avait enfin été proposée à son budget pour compléter la collection de sa “bibliothèque”, commencée dans les années 1830. La centaine de volumes reste alors entreposée, avant d’être intégrée à la bibliothèque universitaire en 1879.

La bibliothèque de la faculté de droit, installée rue de l’Université, (actuellement rue Albert Lautman) est la plus ancienne et la plus importante. L’école de droit (devenue faculté en 1809) dispose au moins dès 1807 d’un local pour sa bibliothèque ; on ne connaît pas grand-chose de son activité dans les premières décennies de son existence à part le fait que des acquisitions ont été réalisées sous l’Empire et surtout pendant la Restauration, comme en témoignent des estampilles. A partir des années 1820, elle dispose d’un budget (qui, bien que modeste, est supérieur à beaucoup d’autres facultés en France) et d’un agent, placé sous la responsabilité d’un professeur. En 1836, un bibliothécaire est nommé à sa tête. Fait exceptionnel, la bibliothèque s’ouvre dès 1830 non seulement aux professeurs mais aussi aux étudiants, qui n’ont toutefois pas le droit d’emprunter. Elle occupe 5 pièces au premier étage de l’aile gauche de la faculté, dont 3 aménagées de façons sommaire. Lors de son intégration dans la bibliothèque universitaire en 1879, elle compte 10 931 volumes, ce qui la place en assez bonne position parmi les facultés de province ( en 1878, en dehors de Paris, les collections des bibliothèques de facultés sont presque partout inférieures à 10 000 volumes).

La faculté des sciences, très à l’étroit dans les quelques salles du Lycée qu’elle occupe rue Lakanal, ne dispose en 1822 d’aucun local convenable pour installer une bibliothèque. Elle est donc contrainte de demander à l’Etat de reporter le crédit spécial de 2000 F obtenu en 1823 pour l’achat de livres et de collections de sciences naturelles. Cette difficulté semble avoir été levée ou contournée puisque la dépense est effectuée en 1825. Dans les années 1830, le budget de la bibliothèque et des collections de sciences naturelles s’élève à 1500 F, puis à 3000 F dans les années 1840, sans que l’on connaisse la part, sans doute réduite, consacrée à la bibliothèque. Une demande de crédit est présentée en 1828 pour rétribuer une préparateur chargé de la collection de sciences naturelles et de la bibliothèque, mais on ne sait pas si elle a été suivie d’effet. En 1879, au moment de son intégration dans la bibliothèque universitaire, les locaux se réduisent à une pièce qui ne comprend qu’une fenêtre, qui sert de salle de lecture pour les professeurs et de magasin, ainsi que d’un réduit où s’entassent les livres et de vitrines placées sur les marches de l’escalier ; la bibliothèque compte 5600 volumes (Ces collections ont quasi entièrement disparu dans l’incendie de la section médecine-sciences de la bibliothèque universitaire en 1910).

La bibliothèque de la faculté des lettres, installée rue Lakanal puis rue de Rémusat à partir de 1853, connait des débuts tardifs et très modestes : 27 volumes sont inscrits au registre en 1840 (c’est la seule bibliothèque de faculté dont le registre d’acquisition est conservé), mais toujours pas de local !  La faculté demande au cours des années suivantes un crédit spécial pour « poser les bases » d’une bibliothèque, puis son budget oscille entre 600 et 400 F. Mais les acquisitions, axées principalement vers les classiques latins et grecs, restent dérisoires, et on ne sait même pas si une salle a été trouvée avant le déménagement rue de Rémusat, qui a lieu vers 18501. Au cours des années 1860, la situation s’améliore un peu : près de 4000 titres sont acquis en une quinzaine d’années et on dénombre 5800 volumes lors de l’intégration dans la bibliothèque universitaire en 1879. Les locaux se réduisent à 2 salles proches du grand amphithéâtre de la faculté. Comme la bibliothèque de sciences, elle semble n’avoir jamais été accessible aux étudiants, et on ne lui connaît pas de bibliothécaire.

Volume rescapé de l’incendie de 1910 portant l’estampille de la bibliothèque de l’école de médecine

L’école de médecine, créée en 1806 et installée rue des Lois puis allées Saint-Michel (actuellement allées Jules Guesde), n’est transformée en faculté qu’en 1891. Elle ne semble pas posséder de bibliothèque avant 1859, comptant sans doute sur les ressources de la bibliothèque municipale : un rapport de l’école de médecine mentionne en 1837 que celle-ci est « assez complète en ouvrages de médecine » provenant de l’ancienne faculté de médecine. On peut s’interroger sur l’état et l’utilité pratique de ces volumes alors déjà anciens. La bibliothèque de l’école se développe à partir des années 1860 : accroissement des collections, surtout par dons (thèses, dons de professeurs), ouverture aux étudiants vers 1866, création d’un poste de bibliothécaire en 1869, ouverture tous les jours sauf le dimanche. En 1877, elle possède plus de 4000 volumes – dont seuls quelques uns ont échappé à l’incendie de la section médecine sciences de la bibliothèque en 1910.

Après la défaite de 1870, la réforme de l’enseignement supérieur français, dont le retard sur l’Allemagne était alors criant, devient presque une question de patriotisme. Les bibliothèques, fait assez rare, feront partie des priorités. Il faut dire que les chiffres sont sans appel : en 1878, les collections de l’ensemble des bibliothèques universitaires sont estimées à 400 000 volumes, soit moins que pour la seule université de Göttingen. En 1873, il est d’abord décidé de faire payer aux étudiants un droit de bibliothèque, qui a perduré jusqu’à nos jours. Une importante réorganisation administrative est ensuite mise en place en 1879 : les bibliothèques de facultés sont réunies dans une seule entité au sein des académies, la bibliothèque universitaire, qui dépend directement du recteur. C’est donc la création d’un service commun, premier pas vers le regroupement des facultés en universités, qui n’interviendra qu’une dizaine d’années plus tard.

Sources consultées

Imprimés :

BARBOT, Jules. Les chroniques de la faculté de médecine de Toulouse, Toulouse,1905.

VIE, Louis. “Les origines de la bibliothèque de l’université de Toulouse”, Recueil de législation de Toulouse, 1907, 2e s. t. III.

DAUMAS, Alban. “Des bibliothèques de faculté aux bibliothèques universitaires”, dans Histoire des bibliothèques françaises. [3], Les bibliothèques de la Révolution et du XIXe siècle, 1789-1914, Paris, 1991.

MOURANCHE, Marielle. “Quelques pistes pour une histoire de la bibliothèque universitaire de droit à Toulouse au XIXe siècle”, dans Les facultés de droit de province au XIXe siècle, Toulouse, 2009.

Archives et manuscrits :

Registre d’acquisition de la bibliothèque de la faculté des lettres (1840-1879), cahier de relevé des compteurs de la faculté des lettres (BU Arsenal, Université Toulouse 1 Capitole, NC) ; livres des fonds anciens de la BU de l’Arsenal et de la BU Santé des Allées Jules Guesde (Université Paul Sabatier).

CROUZEL, Jacques, “Notice sur la bibliothèque universitaire de Toulouse« , vers 1918  Manuscrit de 47 pages resté inédit (BU Arsenal, Ms 260)



  1. dans les locaux abandonnés par le Tribunal []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search