La mise en lumière du fonds Pifteau. Retour sur une année de manifestations.

Débutées en octobre 2023 et achevées en 2023, une série de manifestations ont fait vivre le service du patrimoine écrit du SICD (Université de Toulouse) au rythme du “fonds Pifteau”.

Fernand Pifteau, vers 1916 (Archives of American Art, Simthsonian Institution)

Acquis depuis près de 80 ans par la bibliothèque universitaire de Toulouse, ce fonds est désormais l’un des fleurons des collections anciennes et précieuses de la BU de l’Arsenal (UT Capitole).  Il est constitué de la collection de documents imprimés et graphiques assemblée par Fernand Pifteau (1865-1942), ainsi que de ses notes et archives personnelles.  

Ce bibliophile et érudit atypique a exercé plusieurs métiers – dont ceux de négociant en charbon, antiquaire-brocanteur, libraire-bouquiniste – mais n’a connu qu’une seule passion : le patrimoine écrit et graphique du pays toulousain. Il a ainsi collecté près de 10 000 documents écrits ou graphiques datés du 15e au début du 20e siècle, sur des sujets et sous des formes très variées. On y trouve livres anciens, gravures, journaux, manuscrits, mais aussi un patrimoine plus modeste et plus éphémère, dont il ne reste souvent que peu de traces : prospectus, imagerie, menus, invitations, publicités, factures à en-tête…, regroupés depuis la fin du 19e siècle sous la dénomination de “vieux papiers” par les collectionneurs, ou, plus récemment, d'”ephemera” (ou d”éphémères”). Il a également laissé de nombreuses notes plus ou moins abouties sur l’histoire du pays toulousain, et notamment sur l’histoire de l’édition à Toulouse, son sujet de prédilection. Enfin, on trouve aussi dans le fonds, dans un certain désordre, une partie de sa correspondance, des archives liées à son activité commerciale, ainsi que quantité de documents qu’il destinait sans doute à la vente.

Tout en jouissant d’une certaine réputation auprès d’un petit cercle de chercheurs ou de spécialistes du patrimoine toulousain1, ce fonds ainsi que le personnage restaient très peu connus et gardaient une grande part de mystère, même pour le service qui en a la charge. Depuis de nombreuses années nous espérions pouvoir un jour creuser la question, afin de les faire connaître au grand public, notamment toulousain. Ce souhait est devenu plus pressant ces dernières années, avec l’intérêt croissant pour les provenances et l’histoire des collections : la collection et son collectionneur suscitaient de plus en plus la curiosité des personnes ayant consulté des documents particulièrement précieux pour leurs recherches et les réponses que nous leur apportions restaient très incomplètes, malgré l’addition au fil des ans de renseignements glanés ça et là.

Plusieurs éléments favorables ont conduit à sauter le pas : le quasi-achèvement du catalogage des imprimés, fruit d’un travail de longue haleine2, l’avancement significatif du chantier de numérisation et de mise en ligne sur Tolosana,3 l’opportunité fin 2022 d’organiser une manifestation originale autour d’un ouvrage rarissime du fonds et enfin la possibilité de disposer d’un crédit spécifique pour la réalisation d’une exposition.

Petit florilège en images


Incunable publié à Toulouse
en 1476

La plus ancienne brochure
de la collection (1535)

Le plus ancien traité sur la lutte française,
publié par Hugues Coudol à Toulouse en 1864

Manuscrit liturgique
à usage toulousain du XIIe siècle

Ramassadis gascou, Cansous :
recueil constitué par le chevalier de Méja,
fin 18e siècle

Matelot provençal, eau-forte de
Joseph-François Foulquier
d’après Loutenbourg, 1768

Brochure publiée à l’occasion de l’exposition
internationale de 1887 à Toulouse

Fête foraine, lithographie par Pagès,
atelier Raynaud frères, vers 1850

Photographie de la collection de paléontologie
à la faculté des sciences,
2e moitié du 19e siècle

Notre-Dame de Rocamadour,
canivet en chromolithographie, 19e siècle


Etiquette de boîte d’encre
en chromolithagraphie, 19e siècle ?

Prospectus publicitaire de Fernand Pifteau,
négociant en charbon, 20e siècle

Une entrée en matière

Le 12 octobre 2022, la BU de l’Arsenal s’est transformée en salle de bal pour faire connaître au public un ouvrage rarissime du fonds Pifteau, important pour l’histoire de la danse : le traité Nouvelle méthode pour apprendre l’art de la danse sans maître, publié en 1779, par un certain « Sieur Brives », maître à danser toulousain. Un précédent billet a présenté cette manifestation organisée par le service du patrimoine écrit du SICD et les bibliothèques de l’université Toulouse Capitole à l’initiative et avec la participation du danseur et historien de la danse Guillaume Jablonka, qui avait repéré ce titre sur Tolosana.

L’exposition “Fernand Pifteau. La passion du patrimoine écrit toulousain”

Le travail préparatoire et la conception

Même pour une exposition de taille relativement modeste, le travail préparatoire est long et varié, qu’il soit d’ordre intellectuel, administratif ou matériel.

Le cadre général de l’exposition a été fixé assez vite. Il s’agissait de faire découvrir à un public élargi le personnage et sa collection, refléter sa diversité et son intérêt, montrer l’intérêt du fonds pour l’histoire du pays toulousain et de l’histoire du livre, travailler en collaboration avec des chercheurs de plusieurs disciplines, susciter des recherches. Le tout à travers une exposition de type classique réalisée essentiellement en interne, complétée par un catalogue et une exposition virtuelle.

En premier lieu, une assez longue phase exploratoire a été nécessaire pour trouver une salle adéquate, respectant les conditions requises pour l’exposition de documents patrimoniaux. Les recherches, qui ont démarré fin 2021, ont conduit à retenir finalement deux lieux : la salle Pierre-de-Gorsse du Musée du Vieux Toulouse, grâce à un partenariat avec les Toulousains de Toulouse – association dont Fernand Pifteau a été un membre actif – et le hall de la BU de l’Arsenal.

Les recherches bibliographiques préalables ont été moins longues que pour d’autres expositions : rien ou presque n’existait sur le personnage ou l’histoire de sa collection4 et les travaux sur la bibliophilie aux 19e et 20e siècle ne sont pas très nombreux. En revanche, les recherches dans les sources ont été importantes, bien que volontairement limitées : dans le fonds lui-même, y compris dans sa zone peu explorée, ainsi que dans les sources imprimées et les services d’archives5. Le travail effectué depuis les années 2000 par le service et par plusieurs stagiaires ou contractuel6 a été d’une aide précieuse .

Suite aux contacts engagés, treize chercheurs d’horizons différents ont accepté de collaborer à ce projet.

La conception et la réalisation a nécessité plusieurs mois de travail :

  • Trouver un fil conducteur (l’approche thématique a été abandonnée au profit d’une approche centrée sur les pratiques d’un collectionneur et l’histoire de sa collection)
  • Choisir un titre (après de nombreuses cogitations, c’est l’option de la simplicité qui a été retenue)
  • Sélectionner les documents (ce qui est souvent un crève-coeur) selon plusieurs critères obligatoires (représentatifs de la diversité du fonds, rarissimes et jamais exposés, intéressants ou curieux) ou secondaires (qualité esthétique, état matériel, taille…)
  • les préparer (petites réparations, restaurations, numérisation, encadrement, préparation des supports…)
  • assurer le travail administratif dans les règles des établissements publics (conventions, commandes7, valeurs d’assurance, recrutement pour la surveillance…)
  • rédiger, épurer, corriger, adapter un même texte à divers usages (catalogue, cartels, panneaux, communication)
  • savoir s’arrêter pour tenir les délais (résister à la tentation d’approfondir ou d’ajouter de nouveaux documents trouvés après la sélection…)

La réalisation finale

Le catalogue

Afin d’être disponible au moment d’une exposition, un catalogue doit être prêt bien en amont. Pour diverses raisons, le calendrier a été assez contraint8. Coédité avec les éditions Loubatières, l’ouvrage reproduit et décrit sur 124 pages la centaine de documents exposés ; il est enrichi de la contribution des chercheurs du comité scientifique : préface, articles, présentation d’un document choisi9. Le tirage a été limité à 300 exemplaires. Pour illustrer la couverture, c’est finalement une photographie de Fernand Pifteau devant un étal de bouquiniste qui a été retenue. La difficulté des recherches pour identifier son auteur – Robert Laurentie – puis ses ayants-droits -ont conduit à la reproduire avec la mention droits réservés. Ce n’est qu’après l’impression du volume que sa fille Brigitte Roux-Laurentie a pu être contactée10.

L’exposition

L’exposition a été déclinée en deux volets complémentaires sur deux sites : la partie principale au Musée du Vieux Toulouse, du 2 au 30 mai ; la partie consacrée à l’histoire de l’édition à Toulouse, à la BU de l’Arsenal, du 2 au 16 juin.

Un montage d’exposition en interne demande une grande polyvalence :

Au Musée du Vieux Toulouse

Les oeuvres, au nombre de 80 environ, ont été présentées dans 15 vitrines et une dizaine de cadres. Ils provenaient tous de la BU de l’Arsenal, à l’exception de trois prêts du Musée du Vieux Toulouse (dont le tableau « Le pont Neuf à Toulouse », attribué à Pierre-Joseph Wallaert, qui a appartenu à F. Pifteau). Des cartels relativement détaillés et six panneaux, mis en forme par une agence graphique, apportaient des éléments d’information.

Les visites commentées, malheureusement trop peu nombreuses, ont été très appréciées. Les visiteurs ont également bénéficié des informations apportées par la personne qui assurait la surveillance de l’exposition.

A la bibliothèque universitaire de l’Arsenal

La hall de la BU de l’Arsenal a accueilli le volet consacré aux recherches de Fernand Pifteau sur l’histoire de l’édition toulousaine, qui a été son sujet de prédilection11. Vingt-cinq documents y étaient présentés, complétés par trois panneaux et quelques éléments graphiques : frise de pages de titres, plans des implantations d’imprimeurs/libraires dans la ville.

L’exposition virtuelle

Pour prolonger et compléter l’exposition physique, une exposition virtuelle a été réalisée et mise en ligne à la fin du mois de novembre 2023. Alors qu’il était prévu initialement de la faire réaliser par un prestataire, la présence d’une graphiste sur contrat au SICD a permis de le faire en interne12.

Sans reprendre l’intégralité de l’exposition physique, elle est cependant assez riche. La navigation a été conçue pour permettre aussi bien une consultation approfondie qu’un parcours rapide. Des documents trouvés tardivement ont permis d’ajouter des précisions, notamment sur la question de la vente par Fernand Pifteau d’une porte médiéval de l’ancienne abbaye de Planselve à Gimont dans le Gers.

La communication

Un des marque-pages, réalisé à partir d’un emballage de cartes à jouer

La communication fait partie des éléments clef du succès des manifestations culturelles. Sans déployer de grands moyens, elle n’a pas été ici négligée.

L’affiche de l’exposition, réalisée par la même agence graphique que les panneaux, a bénéficié pour sa version en A3 d’une diffusion dans le réseau des commerces de Toulouse, ce qui est inhabituel pour notre service13. Des marque-pages, qui ont été très appréciés, ont été conçus en interne.

La communication sur les réseaux sociaux via les comptes de l’Université de Toulouse et de l’Université Toulouse Capitole a été un succès. Malheureusement, ce n’est pas le cas pour la presse, et divers contretemps n’ont pas permis l’organisation d’un vernissage de l’exposition au Musée du Vieux Toulouse.

En guise de conclusion

Ces manifestations ont mobilisé à des degrés divers de nombreuses personnes du SICD (Université de Toulouse) : tout le service du patrimoine écrit – avec le renfort d’une stagiaire – l’équipe de la numérisation, le service administratif et financier, la direction. Elles ont pu être organisées également grâce à la participation des chercheurs du comité scientifique, des Toulousains de Toulouse, des bibliothèques de l’Université Toulouse Capitole, et de tous ceux ayant apporté conseils ou renseignements, sans oublier l’important travail mené précédemment par nos prédécesseurs.

Elles ont permis de faire sortir de l’ombre Fernand Pifteau et sa collection à Toulouse et même au-delà14. Mais l’histoire ne s’arrête pas là : le chantier au long cours de traitement matériel et intellectuel des documents, débuté dans les années 1990, doit encore se poursuivre. Nous formons le voeu que ce fonds, désormais mieux connu et plus largement accessible, suscite de nombreuses recherches.

Billet rédigé avec la collaboration de Frédérique Laval



Citer ce billet
Marielle Mouranche (2024, 9 février). La mise en lumière du fonds Pifteau. Retour sur une année de manifestations. Estampilles et Pontuseaux. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vo78

  1. sa collection a été exploitée pour quelques expositions et des travaux sur l’histoire du livre toulousain, comme ceux de Marie-Thérèse Blanc Rouquette ou d’Elisabeth Coulouma (restés malheureusement inédits) et la thèse de Claudine Adam Les imprimeurs-libraires toulousains et leur production imprimée, 2015 []
  2. plus de 7000 livres et brochures, plus d’une centaine de périodiques, souvent incomplets []
  3. plus de 2100 documents à ce jour []
  4. à l’exception d’une petite notice par François Pic dans sa Bibliographie de l’écrit imprimé (en) occitan, 2011, ou des éléments révélés par Céline Burgeat dans sa thèse Quand l’Amérique collectionnait les cloîtres gothiques, 2016 []
  5. les moteurs de recherche ont été d’un grand secours, jusqu’à permettre de retrouver les descendantes de Fernand Pifteau par l’intermédiaire de Trombi.com… []
  6. en particulier par Jill Antzenberger, Agnès Bach, Marion Blanco, Marina Redondo et Rémi Verron []
  7. la commande en ligne de la reproduction de la photographie conservée aux American Archives of Art de Washington a été un grand moment ! []
  8. remise des premiers textes et photos mi-février, et de l’ensemble début mars, livraison début mai []
  9. “Le temps des collectionneurs de livres”, par Marine Le Bail, “La place de Fernand Pifteau au sein de la bibliophilie toulousaine”, par François Pic, “Un manuscrit inachevé sur Jean-Florent Baour”par Claudine Adam, “Dix documents par dix chercheurs”, par Geneviève Bessis, Dimitri Chaminade, Jean-François Courouau, Guillaume Jablonka, Christian Péligry, Sandra Péré-Noguès, Louis Peyrusse, Isabelle Privat, Maryvonne Spiesser, Jack Thomas []
  10. elle a alors aimablement accordé la reproduction à titre gracieux de cette photographie []
  11. elles feront l’objet d’un prochain billet []
  12. deux personnes du service ont été particulièrement impliquées dans la réalisation []
  13. le budget n’a permis qu’un affichage de 15 jours en 75 exemplaires []
  14. le fonds Pifteau a même eu pendant quelques jours les honneurs de la page d’accueil de la Bibliothèque nationale de France ! []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search