Chercher la petite bête (1/2)

Extrait de Colépotères et papillons de Hallé

Fin 2018, à l’occasion de la préparation d’une exposition accompagnant une journée d’études, nous avons trouvé en magasin un volume présentant de nombreuses galeries ainsi qu’un trou d’envol. Cet ouvrage avait pourtant été sorti un an plus tôt et nous n’avions aucun souvenir de traces de dommages aussi importants.


Nous étions alors confrontés à un problème de taille : une possible contamination biologique par les insectes ! Sans (trop) céder à la panique, nous nous sommes lancés dans un vaste chantier à la recherche de toutes petites bêtes.

Mieux connaître les ennemis des livres : un peu de théorie

Le mot insecte vient du latin «inseco/insectum» qui veut dire coupé en plusieurs parties. Les insectes sont des animaux invertébrés appartenant à l’embranchement des arthropodes. Leur corps est divisé en trois segments : une tête avec une seule paire d’antennes, un thorax doté de trois paires de pattes et un abdomen.

L’œuf d’insecte donne toujours naissance à une larve sans ailes. Selon le type de développement on distingue deux grands groupes d’insectes :

-dans le premier groupe, après éclosion des œufs, les larves grandissent par mues successives et on constate peu ou pas de changement de forme durant leur croissance. Appartiennent à ce groupe les ordres suivants : thysanoures (lépisme), dictyoptères (blattes), isoptères (termites) et psocoptères (psoques).

-les insectes classés dans le second groupe passent par des stades morphologiques très différents. Les larves subissent une métamorphose complète durant un stade intermédiaire (nymphe) avant de parvenir à l’état adulte. Appartiennent à ce groupe les ordres des lépidoptères (mites) et des coléoptères (dermestes, attagènes, anthrènes, vrillettes). Les larves représentent le plus grand danger pour nos collections car elles sont extrêmement voraces.

Les insectes caractéristiques des magasins d’archives ou de bibliothèques sont nombreux et appartiennent à des espèces variées, mais citons ceux que l’on rencontre le plus souvent :

Avec une prédilection pour tout ce qui contient de l’amidon et de la cellulose comme la colle ou le papier : les lépismes ou poissons d’argent et les psoques (poux du livre) ;

Lépisme ou poisson d’argent (10 à 15 mm adulte)

Avec une préférence pour le cuir et le parchemin : les blattes, les anthrènes et les dermestes ;

Dermeste ( 5 à 14 mm adulte)

Pouvant s’attaquer au bois mais aussi au papier, cuir, et parchemin : les termites, les vrillettes et les capricornes.

Vrillette (3 à 7 mm adulte)

Pourquoi les insectes sont-ils présents dans nos magasins ? Comment les repérer ?

Une des causes majeures de la présence d’insectes en magasin est la perméabilité de nos bâtiments. Ils pénètrent dans nos locaux par des fissures, canalisations et conduits d’aération ou profitent d’un défaut d’étanchéité des portes ou des fenêtres. Une autre source d’infestation non négligeable est l’introduction ou la réintégration de collections contaminées en magasin lors d’un don ou d’un prêt d’œuvres.

Du fait de leur petite taille, de leur goût pour l’obscurité et les lieux peu fréquentés, les dégâts faits par les insectes ne sont pas immédiatement repérables. On détecte leur présence grâce à une inspection visuelle des collections et au relevé de plusieurs indices qui doivent alerter :

-présence de sciure sur les ouvrages et les rayonnages ;

-présence de galeries sinueuses et de trou d’envol par lequel la larve sort pour se muer en adulte ;

-présence de matières organiques sécrétées par les insectes au point de rendre impossible la séparation des feuillets ;

-présence de mues, coques, cadavres ou insectes vivants.

Première étape non négligeable, l’observation visuelle n’est malheureusement pas suffisante pour connaître le niveau d’infestation. Il faut donc avoir recours à des procédés plus spécifiques tels que la pose de pièges.

Mise en oeuvre du piégeage :

Il est évident qu’en cas de probable infestation l’appui de spécialistes peut s’avérer très précieux. Nous avons donc contacté les biologistes et entomologistes du laboratoire de la Bibliothèque nationale de France et du CICRP (Centre Interdisciplinaire de Conservation et de Restauration du Patrimoine) qui nous ont fourni réponses précises et conseils avisés.

L’utilisation de bombes insecticides est fortement déconseillée en bibliothèques. Le premier traitement préconisé, en raison de son innocuité pour les matériaux, est l’anoxie ou la privation d’oxygène. Le procédé d’anoxie passive consiste à placer le livre suspecté d’infestation dans une poche hermétique et à raréfier l’atmosphère à l’aide d’absorbeurs d’oxygène.  Cela entraîne l’asphyxie et la déshydratation des insectes.

La pose de pièges est également vivement recommandée, mais plusieurs précautions s’imposent : savoir quels insectes sont à surveiller, où disposer ces pièges et quand les changer …
A la BU de l’Arsenal (Université Toulouse I Capitole), faute de matériel adapté, nous n’avons pas pu mettre en place un système d’anoxie passive mais sur les conseils de la BnF et du CICRP, nous avons installé deux méthodes de piégeage :

-pose de 30 pièges pour insectes rampants. Ce type de piège alimentaire non sélectif et sans phéromones permet, à moindre coût (1 euro le piège environ), d’attraper lépismes, psoques, larves d’anthrènes et d’attagènes. Pour ce faire, ils doivent être placés le long des plinthes des rayonnages et renouvelés tous les deux mois.

-installation d’un piège à lampes de couleur verte (sans UV) sur une tablette de coiffe, au milieu du magasin. Appareil certes plus coûteux (à partir de 500 euros) mais permettant, sans détériorer les collections, d’attirer les insectes adultes volants et de les capturer sur des plaques adhésives.  Ce type de piégeage permet donc destruction et comptage des insectes. Il a également l’intérêt de nécessiter une moindre maintenance : les lampes sont à remplacer une fois par an et les plaques de glu une fois par trimestre environ.

Pour être efficace une campagne de piégeage doit faire l’objet d’un suivi particulier. Dans notre cas, le protocole suivant a été appliqué :

-relevé hebdomadaire des pièges. Si nécessaire, prélèvement des insectes et transmission pour identification au Centre interdisciplinaire de Conservation et Restauration

-consignation sur le plan du magasin de la date de prélèvement, du type d’insectes capturés ainsi que leur localisation.

Plan du magasin avec relevé des insectes

Sur la base de ces informations, il est alors possible de quantifier l’infestation et de localiser au mieux la contamination, beaucoup d’insectes ne se déplaçant que sur un périmètre réduit. Dans notre cas, le relevé des pièges nous a permis de constater que des rayonnages étaient plus impactés que d’autres avec la présence de psoques, d’un poisson d’argent, d’une larve d’anthrène et de deux larves d’attagènes dans le fond de notre magasin (épis 16 à 19).


L’ouvrage nous ayant alerté sur une possible contamination étant rangé épi 16 nous avons décidé de vérifier la présence de trous de vers et de trous d’envol sur l’intégralité des volumes rangés sur ces 7 rayonnages. Un listing daté et informatisé de 200 cotes a été effectué sur 270 mètres linéaires vérifiés. Fort heureusement les dommages relevés ont, a priori, été jugés anciens mais ce travail d’identification des collections présentant des galeries et trous d’envol nous servira de base utile pour le futur.


Nous comptons à ce jour une trentaine d’insectes pris en cinq mois. Le printemps arrivant, la campagne de piégeage est toujours en cours. Cependant, le faible nombre de prises nous permet de dire que nous ne sommes pas face à une infestation. Il est toutefois à préciser qu’aucun chiffre officiel n’existe en la matière et nos collègues du CICRP et de la Bibliothèque nationale de France n’ont pu nous fournir des seuils au delà desquels l’infestation serait manifeste.

La pose de pièges nous a permis de diminuer le nombre d’insectes en magasin mais le risque d’une contamination biologique perdure tant que des mesures correctives au niveau des locaux ne sont pas effectuées. Malgré l’entretien régulier de nos locaux, la poussière étant un support nutritif très important pour les insectes il nous faut désormais commencer un nouveau chantier ; celui du nettoyage dans tous les coins du magasin.

A suivre dans le prochain épisode…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.