Parcours dans les collections 2/2

Les bibliothèques universitaires de Toulouse possèdent des fonds anciens et précieux riches de plus de 50 000 documents. Parmi eux, nous avons sélectionné huit documents remarquables pour figurer sur la bannière de notre carnet, morceaux choisis qui illustrent l’originalité et la diversité des fonds. Nous vous proposons de les découvrir au moyen d’un parcours textuel et iconographique offrant un aperçu de ces collections.

Le Cours d’hippiatrique, ou Traité complet de médecine des chevaux de Lafosse

Philippe-Etienne Lafosse est, avec Claude Bourgelat, l’un des plus fameux hippiatres français. Lorsqu’il publie son Cours d’hippiatrique, ou traité complet de médecine à l’usage des chevaux en 1772, l’école vétérinaire de Lyon fête tout juste ses dix ans. Première école vétérinaire du monde, elle est le fruit de la collaboration de Bourgelat et du ministre Henri-Léonard Bertin. C’est à ce dernier que Lafosse rend hommage dans la préface de son livre. Il voit en Bertin un homme visionnaire, qui a su lutter contre les préjugés de son temps pour imposer un enseignement vétérinaire spécialisé et moderne. Il inspire à Lafosse une sentence latine, qu’il apposera sur sa page de titre : «Ecquis vero futurum hippiatrum docebit, si nullus professor est ? »

Lafosse fut l’un de ces enseignants et auteurs qui permirent à la fois de faire progresser leur science et de la diffuser en France et en Europe. Sans doute grand rival de Bourgelat, qui ne lui confia jamais de charge d’enseignement, il finança sa propre école, gratuite, dans laquelle il dispensa des cours d’hippiatrique de 1767 à 1770, année où il quitte l’enseignement pour se consacrer à la rédaction de son Cours d’hippiatrique. En 1766, il avait connu un premier succès critique avec son Manuel du maréchal. Le Cours d’hippiatrique, conçu comme la continuation et l’approfondissement de l’ouvrage précédent, le consacre en Europe comme un expert dans son domaine.

Si, comme son père avant lui, Lafosse est un spécialiste des pathologies équines, il possède aussi une solide formation en anatomie comparée. Il suit en particulier des cours d’anatomie humaine, qui influencent sa pratique vétérinaire. Les Cours d’hippiatrique, véritable somme de plus de 400 pages, se distinguent ainsi par leurs 65 planches gravées,
« un projet plus hardi, et dont le succès avait paru impossible », écrit Lafosse. « J’ai osé former l’entreprise d’exposer aux yeux de mes lecteurs des morceaux anatomiques d’un détail immense. »

L’image ci-contre est tirée de la seizième planche du livre, “Représentant le cheval miologique, vu de côté”. Elle illustre un chapitre sur la myologie équine. Dans cette exemplaire, les planches gravées sur cuivre ont été coloriées à la main. Elles ont été réalisées d’après divers artistes, dont Lafosse lui-même et Harginiez, un peintre et dessinateur qui a notamment collaboré à l’entreprise de l’Encyclopédie. Il poursuit son activité de dessinateur de “sujets équestres” en réalisant en 1776 les dessins de La science et l’art de l’équitation de M. Dupaty de Clam.

Cet ouvrage est conservé à la bibliothèque de l’Ecole Nationale Vétérinaire de Toulouse (ENVT).

Le Septenario de los dolores de Maria

Le Septenario de los dolores de Maria sanctissima est un ouvrage de piété espagnol du XVIIIe siècle écrit par Nicolas de Jesus Belando, un frère franciscain et prédicateur vivant à la Cour d’Espagne. Outre ce bref ouvrage religieux, Nicolas Belando est l’auteur de plusieurs textes, dont La Historia civil de España y sucesos de la guerra y tratados de la paz desde el año mil setecientos hasta el de mil setecientos treinta y tres, ouvrage historique portant sur la succession au trône d’Espagne qui lui valut une disgrâce et une condamnation à quatre années de prison.

Ce livre rare fait partie des 2 500 ouvrages, dont 600 antérieurs à 1815, offerts en 1999 à la bibliothèque universitaire du Mirail par les Capucins de Toulouse, à l’occasion de leur déménagement qui les a conduit à se séparer de leur collection de livres religieux espagnols. Une partie de ce fonds exceptionnel, constitué à partir de 1925 par les pères Michel Ange de Narbonne et Fidèle de Ros, a été parallèlement versée à l’Institut catholique de Toulouse. Des ouvrages rarissimes tels que la Perla preciosisima de Louis de Grenade et ce Septenario , se trouvent ainsi désormais conservés à la Bibliothèque Universitaire Centrale de l’Université Toulouse II Jean-Jaurès.

L’illustration ci-contre est une représentation  de la Vierge aux sept douleurs : les sept glaives qui lui transpercent le cœur sont le symbole des sept épreuves qu’elle eut à endurer selon l’Evangile. Sur cette image, la posture et le vêtement du personnage – mains écartées et long manteau épais – rappellent l’iconographie de la Vierge de miséricorde, ou Vierge au manteau, offrant sa protection et sa consolation aux humbles et aux miséricordieux. Le dessin provient d’une gravure sur bois, technique peu utilisée dans les impressions du XVIIIe siècle, sauf pour l’édition populaire.

Le Livre des recteurs de l’université de Toulouse

Ce registre manuscrit sur parchemin, daté des XVe et XVIe siècles, est l’un des plus anciens documents conservés par les BU toulousaines. Il fait partie des archives anciennes de l’université de Toulouse, confiées à la section droit-lettres de la BU à la fin du XIXe siècle par la faculté de droit. Il s’agit d’un des “livres de recteurs” de l’université de Toulouse, où étaient reproduits les textes importants liés à l’institution, et parmi eux ses statuts, dont le plus ancien date de 1310. Débuté au XVe siècle, il a été utilisé au XVIe siècle pour relater des événements importants, telle que la visite de François Ier en 1533. Plusieurs pages sont abondamment annotées. En tête de l’ouvrage, on trouve un index qui fut rédigé en 1525 par Pascal de Fedembat, qui était alors régent de la faculté des arts. Plusieurs pages, comme celle reproduite ci-contre, sont colorées et contiennent de belles lettres ornées, bleues et rouges.

Parmi les divers récits figurant dans cet ouvrage, l’un d’eux est signé de Jean de Coras. Figure marquante de l’humanisme juridique, surtout connu pour avoir instruit l’affaire Martin Guerre, Coras est né à Réalmont et a vécu une grande partie de sa vie à Toulouse. Il y enseigne le droit dans les années 1540. A cette même époque, doit faire face, en tant que recteur, à l’incendie des “écoles de droit”, provoqué en avril 1640 par des étudiants. Il consigne cet événement dans le Livre des recteurs, dans un texte rédigé “à chaud”, en latin.

Ce document est conservé à la bibliothèque de l’Arsenal de l’Université Toulouse 1 Capitole. On y trouve un manuscrit plus ancien du même type (ms 261) qui fut lui aussi annoté et complété par les recteurs successifs de l’université.

Le vieux Toulouse disparu

En publiant en 1885 Le vieux Toulouse disparu, Dasazars de Montgailhard espère « faire revivre ce vieux Toulouse écroulé », dont les ruines et les monuments détruits lui inspirent une lamentation teintée de mélancolie. La Révolution, puis les rénovations et les ambitions de modernisation des villes, ont détruit un patrimoine millénaire dont il tente de consigner les derniers vestiges. Ce fils d’une vieille famille de notables toulousains, passionné par l’histoire de la ville et par les arts régionaux (il est notamment membre de l’Académie des Sciences, Inscriptions et Belles-Lettres et mainteneur de l’Académie des Jeux floraux), publie de nombreux ouvrages portant sur ces deux sujets.

Le vieux Toulouse disparu se distingue des autres ouvrages du genre par la place essentielle qui est faite aux œuvres picturales, et notamment au travail du peintre et graveur Ferdinand Mazzoli, qui signe-là son œuvre la plus connue. Auteur lui-même de plusieurs vues de Toulouse, il réunit aussi dans ce livre des représentations anciennes de monuments de la ville, des dessins d’autres artistes toulousains qu’il retravaille parfois. Ces dessins réalisés à la mine de plomb, à la plume ou au lavis, sont reproduits grâce à la technique de la phototypie, qui permet un rendu très net et lisible. « Etudier à l’aide des renseignements les plus sûrs, mettre en lumière par les dessins les plus exacts la physionomie du vieux Toulouse disparu, tel est le but que nous nous sommes proposé. »

Le dessin ci-dessous illustre le chapitre consacré au monastère et à l’église des Carmes. Construits dans la deuxième moitié du XIIIe siècle, ces bâtiments sont abandonnés à la Révolution, et les autorités signent leur ordre de démolition en 1808.

“Notre dessin représente une vue des démolitions du couvent des Carmes (1808-1809). Le dessinateur de l’époque s’est placé dans la rue de l’Arc-des-Carmes (prolongement de celle du Vieux-Raisin) ; il a pu de là embrasser, dans toute son étendue, la grande nef, qui se développait le long de la rue des Carmes. On voit, dans le dessin, les ruines des chapelles disposées autour de la nef principale ; à droite, le mur de division isolant le couvent de la rue de Notre-Dame-du-Montcarmel ; à gauche, l’emplacement et quelques restes du grand cloître qui longeait la rue du Crucifix.” (p. 47)

Cet ouvrage est conservé à la bibliothèque de l’Arsenal (Université Toulouse 1 Capitole)

La plupart de ces documents sont consultables en ligne sur Tolosana, notre bibliothèque numérique.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search