Parcours dans les collections 1/2

Les bibliothèques universitaires de Toulouse possèdent des fonds anciens et précieux riches de plus de 50 000 documents. Parmi eux, nous avons sélectionné huit documents remarquables pour figurer sur la bannière de notre carnet, morceaux choisis qui illustrent l’originalité et la diversité des fonds. Nous vous proposons de les découvrir au moyen d’un parcours textuel et iconographique offrant un aperçu de ces collections.

Les Coléoptères et papillons de Hallé

Ce dessin à l’aquarelle fait partie d’un album de vingt aquarelles ou dessins préparatoires de Hallé. On ne sait rien de ce peintre aux sujets entomologiques, si ce n’est qu’il était un associé de l’Académie royale de peinture de Poitiers où il expose ses peintures dans les années 1770 et 1780. Celles recueillies dans cet album représentent des coléoptères et papillons du Poitou ou de contrées exotiques. La planche ci-dessous, où l’on reconnaît divers insectes de la région poitevine, est insérée entre deux dessins de papillons de Cayenne.

Les modèles de ces dessins sont issus des cabinets d’histoire naturelle de trois Poitevins : le père Fruchet et le prieur Lorance, à Poitiers, et le botaniste François Richard de Tussac, à Montmorillon. L’entomologie, et en particulier l’étude des papillons, se renouvelle au XVIIIe siècle, où d’importants ouvrages paraissent en France et en Europe, à commencer par les Mémoires pour servir à l’histoire des insectes de Réaumur, qui comportent de nombreuses planches. Les insectes exotiques, que l’on découvre tout au long du siècle, font l’objet de travaux spécifiques. Sans doute Hallé avait-il connaissance de ces parutions. Ses dessins, tout en s’inspirant des planches d’entomologistes, s’inscrivent dans une recherche esthétique qu’on observe tout particulièrement dans cette planche. Par le biais d’un travail sur la symétrie des formes et l’harmonie des couleurs, le peintre transforme le regard porté sur l’insecte qui, d’objet d’études anatomiques, devient motif kaléidoscopique.

Cet album, dont la reliure porte le titre Coléoptères et papillons de Hallé, appartenait à un certain M. Fafeur qui en fit don en 1873 à la Société d’histoire naturelle de Toulouse qui déposa sa bibliothèque à la section médecine-science de la BU en 1921. Il est actuellement conservé à la BU Santé des Allées Jules Guesde (Université Paul Sabatier)

Le Nouveau recueil d’ostéologie et de myologie de Gamelin

Jacques Gamelin est un peintre carcassonnais du XIXe siècle principalement connu pour ses tableaux de scènes de bataille. Il est cependant l’auteur d’un surprenant livre de gravures, le Nouveau recueil d’ostéologie et de myologie dessiné d’après nature par Jacques Gamelin de Carcassonne, professeur de peinture, de l’Académie de Saint Luc de Rome. Pour l’utilité des sciences et des arts, divisé en deux parties. Dédié à M. le baron de Puymaurin, des académies royales des sciences, inscriptions, & belles-lettres de Toulouse & de Nîmes, & de la Société des arts de Montpellier.

Cet ouvrage, auquel il consacre deux années de travail, est publié en 1779 à Toulouse, chez la veuve de l’imprimeur-libraire Jean-François Desclassan. Il se compose de deux tomes, l’un consacré à l’ostéologie, l’autre à la myologie. L’entreprise éditoriale a pour ambition de toucher tout autant les amateurs de dessin que les médecins et spécialistes du corps humain. Le travail artistique du professeur de peinture s’accompagne ainsi d’une étude anatomique, qu’il mène lui-même en réalisant notamment des dissections. Le projet, quoique ambitieux, est un échec. Tiré à 2000 exemplaires, l’ouvrage ne rencontre pas son public.

Cet atlas médico-artistique a cependant connu une heureuse postérité. La force, l’imagination, la variété de ses illustrations frappe le lecteur contemporain, de même que l’humour qui se dégage tout autant des postures des squelettes représentés que des formules latines, parfois ironiques, qui viennent illustrer ces gravures. La formule latine « Orate ne intretis in tentationem » qu’on peut lire sous cette image de squelette à genou devant sa bibliothèque est ainsi une citation de la Bible (Luc 22:40) : « Priez, afin de ne pas entrer en tentation. »

En 2017 et 2018, le musée des Beaux-Arts de Carcassonne a consacré une exposition à cet étonnant ouvrage, dont un exemplaire original est conservé à la bibliothèque universitaire de Santé des allées Jules Guesde (Université Paul Sabatier).

Le Livre des abbés des écoliers en médecine de Toulouse

Ce manuscrit sur parchemin consigne les noms des abbés, lieutenants et conseillers de la communauté des « compagnons chirurgiens » de Toulouse, appelés aussi « escoliers en chirurgie » . Cette liste se renouvelle chaque année. Le registre, entamé en 1542, est tenu à jour jusqu’en 1711, et seules quelques dates sont manquantes. L’ouvrage contient aussi des copies de statuts ainsi que divers documents relatifs aux chirurgiens toulousains . D’importants ornements, frises et blasons encadrent les textes manuscrits. A partir de 1584, des peintures et gravures, représentant parfois des figures allégoriques et monumentales aux couleurs vives, illustrent la plupart des listes de noms.

Le frontispice de l’ouvrage est une peinture datant de 1596, qui fut commandée par l’abbé des compagnons chirurgiens de l’époque, François Huberson. On y reconnait les jumeaux Saint Côme et Saint Damien, qui sont respectivement le saint patron des chirurgiens et le saint patron des pharmaciens. Saint Côme, à gauche, tient dans sa main une fiole tandis que son frère, à droite, prépare un remède à l’aide d’un pilon et d’un mortier. Souvent représentés en intérieur, près d’une table de chirurgie (l’hagiographie se concentre sur un épisode singulier de leur vie, la greffe d’une jambe de Maure sur un chrétien) ou dans une officine où repose un pot de panacée, attribut classique du pharmacien. Le peintre a ici fait le choix de les représenter en extérieur, peut-être dans un jardin de plantes médicinales, jardin auquel pourrait faire écho la frise florale. Les saints portent l’habit de leur profession et sont tous deux dans une posture dynamique : Damien, au travail, écoute son frère Côme, dont le doigt est levé. Dans l’iconographie, ce geste peut désigner la sainteté d’un personnage mais aussi un acte d’enseignement et la transmission du savoir. Cette peinture, qui mobilise des références chrétiennes plutôt qu’antiques (Hippocrate et Galien ne sont pas représentés, alors qu’ils sont des figures très répandues dans l’iconographie et l’imaginaire médical de l’époque), s’attache cependant à représenter les saints en praticiens honorables et pédagogues. A travers eux sans doute, le commanditaire du frontispice cherche à renvoyer cette image de lui-même et de son institution.

Ce manuscritt fait partie des rares volumes qui ont échappé à l’incendie qui détruisit en 1910 les collections de la section médecine-sciences de la bibliothèque universitaire de Toulouse, aux Allées Jules Guesde. Transféré à la section droit-lettres, il est aujourd’hui conservé à la BU de l’Arsenal (Université Toulouse 1 Capitole).

L’Incipit titulus De sponsalibus et patrimonio

Contrairement à ce que laisse suggérer cette première page, l’Incipit titulus De sponsalibus et patrimonio n’est pas un ouvrage manuscrit mais un incunable, l’un des plus anciens des fonds des bibliothèques universitaires de Toulouse. Il fut publié par Henri Turner, un imprimeur bâlois installé à Toulouse. La date de parution n’est pas précisée, on estime que l’ouvrage aurait été imprimé en 14761. Il s’agirait donc de l’un des premiers incunables produits dans le Sud Ouest de la France, où les techniques d’imprimerie nouvelles, venues d’Allemagne, ne commencent à être employées par des imprimeurs itinérants que dans les années 1470. Toulouse serait ainsi, après Paris et Lyon, la troisième ou quatrième ville française, avec Albi, à posséder un atelier d’imprimerie. A la fin du XIXe siècle, on recense quatre ouvrages imprimés par Henri Turner à Toulouse dans les années 1476, dont le De sponsalibus et matrimonio2. Des faillites répétées, à Bâle, Rome puis enfin à Toulouse, auront sans doute eu raison de son entreprise éditoriale, qui s’achève à sa mort, quelques années plus tard, alors qu’il est ruiné.

Cet ouvrage latin, qui ne comporte pas de page de titre, est un extrait de la Somme morale de Saint Antonin, un florentin du XVIe siècle auteur de nombreux textes théologiques et moraux. Il traite ici de la question des fiançailles et du mariage. Sur cette première page, où l’on note le choix du typographe d’utiliser des lettres gothiques, on peut admirer une belle lettre coloriée ou imprimée à l’encre bleue et son décor filigrané à l’encre rouge. Plusieurs lettres initiales sont ensuite ornées de rouge ou « rubriquées » tout au long de l’ouvrage.

Cet incunable appartient au fonds Pifteau, une collection de 6 500 documents imprimés et graphiques sur Toulouse et sa région publiés entre le XVe et le XXe siècle, dont environ 4 000 brochures. Constituée par Fernand Pifteau (1865-1942), un négociant bibliophile toulousain, cette vaste collection est rachetée en 1946 par la bibliothèque universitaire de la ville. Ces documents sont aujourd’hui conservés à la bibliothèque de l’Arsenal.

Tous ces documents sont consultables en ligne sur Tolosana, la bibliothèque numérique des universités de Toulouse.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.