Écrire l’histoire de Toulouse : « Les gestes des Tolosains »  de Nicolas Bertrand

Dès le Moyen-Âge, les Toulousains ont eu à cœur d’écrire l’histoire de leur cité, de faire revivre leur passé pour que la mémoire de la ville éclaire les temps présents et futurs.

À la fin du 13e siècle, Toulouse commence à faire rédiger des annales manuscrites. Sorte de livre d’or, strictement chronologique et axé autour de la conservation des faits marquants, les Annales de la ville (appelées aussi « registres sacrés » ou « monuments éternels »1 forment une collection quasi ininterrompue de chroniques historiques, une mémoire continue et officielle des grandes heures de la vie toulousaine.

Mais le traité imprimé Opus de Tholosanorum gestis ab urbe condita de Nicolas Bertrand, publié en 1515, constitue le premier ouvrage d’un genre tout à fait nouveau. Sans dérouler un fil chronologique, il embrasse l’intégralité du panorama historique toulousain, depuis les origines mythologiques jusqu’à l’avènement de François Ier, et forme une œuvre composite, un recueil de traités thématiques, rédigés séparément et rassemblés à l’occasion de la publication.

Nicolas Bertrand : historiographe de Toulouse

Portrait de Nicolas Bertrand dans les Annales manuscrites de la ville de Toulouse (Mairie de Toulouse, Archives Municipales, BB 273/16)

Né vers 1470, Nicolas Bertrand est issu d’une famille de notaires et d’avocats toulousains installée dans le quartier du Salin2. Il embrasse donc naturellement une carrière juridique et suit les cours de la faculté de Droit de Toulouse : bachelier en 1493, licencié en 1499 puis docteur in utroque jure en 1506,  il devient avocat au Parlement. Entre 1498 et 1504, il est assesseur au tribunal municipal de justice et, en 1519, il exerce, jusqu’à son décès en 1527, les fonctions de lieutenant principal au tribunal de viguerie de Toulouse.

Également acteur de la vie publique toulousaine, il mène une carrière municipale en représentant le capitoulat de La Pierre-Saint-Géraud en 1499-1500 et celui de Saint-Barthélemy en 1510-1511. Son portrait, accompagné de ses armes, figure sur la miniature des Annales manuscrites de cette dernière année (capitoul représenté, en bas, à l’extrême gauche)3.

C’est par ailleurs un homme cultivé qui, lors de ses missions à Paris sur ordre de la municipalité, entre en contact avec le milieu des humanistes parisiens. Son implication dans la vie publique toulousaine prend aussi une dimension culturelle et religieuse puisqu’il est mainteneur des Jeux Floraux en 1513 et bayle de la confrérie des Corps-Saints de Saint-Sernin en 1508.

L’ Opus de Tholosanorum gestis ab urbe condita de 1515 

Nicolas Bertrand n’est pas le premier à écrire sur l’histoire de Toulouse, ses institutions et ses habitants. Il s’est inspiré des travaux du franciscain Etienne de Gan, auteur d’un De fundationibus tempore loco et nomine Tolose, rédigé en 1452-1453 et qui s’intéresse à l’étymologie de Toulouse, à sa fondation, à sa situation géographique4. Mais Nicolas Bertrand est le « premier historiographe de la ville de Toulouse qui ait laissé une œuvre complète et développée »5.

En 1515, il publie chez Jean Grandjean, maître imprimeur toulousain, un volumineux Opus de Tholosanorum gestis ab urbe condita. Le titre précise le projet : raconter les « faits » des Toulousains depuis la fondation de la ville.

Cette édition en latin débute par une présentation, des dédicaces et un prologue. Dix traités de nature différente et de longueur inégale composent le corps du récit. L’ensemble forme un ouvrage de 88 feuillets imprimés sur deux colonnes. Une table des matières clôt l’ensemble.

L’ouvrage est ainsi constitué :

Table des matières de l’édition de 1515 (Mairie de Toulouse, Bibliothèque de Toulouse, Rosalis, Res. B XVI 22)

1er traité (f° 1-50) : fondation de Toulouse avec une liste des reliques de Saint-Sernin ; actes de saint Exupère ; premiers rois de Toulouse ; capitouls ; histoire du comté de Toulouse

2e traité (f° 50-59) : listes des docteurs toulousains, professeurs de l’université, Prêcheurs, Carmes, Augustins

3e traité (f° 59-61) : extraits des Annales de la maison commune

4e traité (f° 61-65) : mémoire sur le Parlement de Toulouse

5e traité (f° 65-66) : remarques historiques et archéologiques

6e traité (f° 66) : mémoire sur le grand incendie de 1463

7e traité (f° 66-70) : procès-verbal de l’élévation des reliques de saint Simon, saint Jude et sainte Suzanne en 1512.

8e traité (f° 71-73 et f° 82-84) : étude géographique sur les Commentaires de César

9e traité (f° 73-82) : polémique sur le différend entre Louis XII et le pape Jules II

10e traité (f° 84-85) : discours sur l’avènement de François Ier. Deux épîtres à Antoine du Prat et François d’Estaing (f° 85-86)

Table des matières (f° 87-88)

Deux illustrations majeures 

Page de titre (Mairie de Toulouse, Bibliothèque de Toulouse, Rosalis, Res. B XVI 22)

L’ouvrage compte deux gravures sur bois pleine page : l’une (présente en page de titre et en fin de volume) représente une séance solennelle du parlement de Toulouse et l’autre, au colophon, la plus ancienne vue connue de la ville de Toulouse.

Dans la première, le roi trône en haut de la composition, avec à ses côtés les premiers présidents et divers membres de la cour, rangés par ordre de grade : premier président, président, maître des requêtes, conseillers, avocats, procureurs, etc. L’image du roi est générique et non individualisée. Le titre en rouge et noir est harmonieusement disposé dans un encart au centre de l’image.

La seconde gravure sur bois est une vue cavalière de la ville de Toulouse. La ville n’est pas dépeinte de manière fidèle. L’auteur, inconnu, s’est attaché à montrer les principaux monuments de Toulouse. Certains sont reconnaissables comme le château Narbonnais, avec ses tours et ses moulins, la basilique Saint-Sernin, la cathédrale Saint-Etienne et la Dalbade, mais aussi les moulins du Bazacle qui enjambent partiellement le fleuve. Dans le faubourg Saint-Cyprien, on reconnait l’église Saint-Nicolas ainsi que l’hospice Saint-Jacques.

Au centre de l’image, trois personnages sont représentés. Deux d’entre eux bâtissent un mur tandis que le troisième, couronné, revêtu d’un manteau à parement et collet d’hermine, avec un sceptre dans la main droite, montre du doigt la construction. Il s’agit du roi Lemosin ou Tholus – les avis divergent -, fondateur mythique de la ville, accompagné de deux artisans maçons.

Extrait de : Toulouse en vues, 2015 (Mairie de Toulouse, Archives municipales)
Gravure au colophon (Mairie de Toulouse,
Bibliothèque de Toulouse, Rosalis, Res. B XVI 22)

Autres ornements

On trouve également dans l’édition de 1515 des bandeaux historiés6 verticaux ou horizontaux, des lettrines ornées ainsi que des vignettes, représentant pour trois d’entre elles un homme lisant et pour les deux autres le blason de la ville de Toulouse.

Dès sa publication, l’Opus de Nicolas Bertrand rencontre un certain succès mais il reste difficile à lire en raison de l’utilisation du latin et de son impression en caractères gothiques. Une version en français est donc publiée en 1517.

La première édition en langue vernaculaire de 1517

Page de titre de l’édition de 1517. (Toulouse, BU de l’Arsenal, Resp Pf XVI 1)

L’Opus de Tholosanorum gestis a été traduit à l’instigation de l’imprimeur toulousain Antoine Le Blanc. Cette traduction est imprimée à Lyon chez Olivier Arnollet.

Épître de l’édition de 1517. (Toulouse, BU de l’Arsenal, Resp Pf XVI 1)

Cette transposition en français est intitulée Les gestes des Tholosai[n]s et daultres nations de lenviron premierement escriptz en langaige latin par discret et lettre homme maistre Nichole Bertrandi advocat tres facond en parlement a Tholose/ et apres translates en francoys Item Les ordonnances royaulx du pays de Languedoc semblablement en langaige francoys. La page de titre est, cette fois, aux armes de la ville de Toulouse. L’épître dédicatoire, datée du 21 avril 1517, met en lumière Antoine Le Blanc « honeste discret homme ».

Il est possible que cette traduction soit l’œuvre de Nicolas Bertrand lui-même ou qu’il l’ait supervisée. Dans l’épître dédicatoire le traducteur précise s’être :

« … mys a faire la translation / et paraphrase en faveur du com[m]un peuple. Et principalement des bonnes dames / desquelles plusieurs y en a /et quasitoutes qui nentendent pas les involueres latins. Et pour lamour delles desquelles la grace & ayde peult beaucoup servir / ay translate le dit oeuvre le plus familierement que a moy a este possible … »

Traduction partielle, comptant 73 feuillets, elle résume certains passages, laisse de côté le prologue, les dédicaces et la table des matières, omet certains traités comme le 5e et s’arrête à la fin du 7e.

L’ambition de la traduction semble s’être réduite face à l’ampleur de la tâche, l’exercice étant encore limité, dans ces années-là, dans le domaine de l’imprimerie.

L’édition toulousaine de 1555

Page de titre de l’édition de 1555. (Toulouse, BU de l’Arsenal, Resp Pf XVI 3 bis)

En 1546, les libraires toulousains Benoît de La Pujade et Antoine Borie commandent une nouvelle traduction de l’ouvrage à  Guillaume de La Perrière. Le choix de cet auteur est judicieux : humaniste et fin latiniste, il est l’historiographe officiel de la municipalité, a déjà prouvé l’habileté de sa plume en publiant en 1536 un Théâtre des bons engins inspiré des emblèmes d’Alciat et il se trouve être ami avec François Bertrand, le fils de Nicolas Bertrand.

Mais ce projet est abandonné suite à une querelle entre les commanditaires et Guillaume de La Perrière. Le manuscrit, resté entre les mains des capitouls, est alors confié, après la mort de Guillaume de La Perrière, à un autre imprimeur-libraire toulousain, Jacques Colomiez. L’ouvrage paraît, en 1555, sous le titre Les gestes des Tolosains, & d’autres nations de l’environ composées premierement en latin par monsieur maistre Nicolas Bertrand tres excellant personnaige & trèsfacond advocat au parlement de Tolose. Et depuys faictes françoises, reveüs & augmentées de plusieurs histoires qui ne furent oncq imprimées. Il compte désormais 75 feuillets. On ne trouve ni sommaire, ni table des matières.

Dans cette nouvelle édition, l’humaniste Guillaume de La Perrière reproduit l’ensemble de l’ouvrage de Nicolas Bertrand, qu’il augmente même de considérations personnelles. L’auteur adresse le prologue au fils de Nicolas Bertrand, à qui il dédit cette nouvelle traduction : « A tres honnore seigneur, mo[n]sieur maistre Françoys Bertrand president de To[u]lose Guillaume de la Perriere salut ».

Épître de l’édition l’édition de 1555. (Toulouse, BU de l’Arsenal, Resp Pf XVI 3 bis)

Tout comme dans l’édition de 1517, la page de titre est ornée du blason de la ville de Toulouse et l’ouvrage s’arrête avant le 8e traité.

Mais, contrairement aux éditions précédentes, la typographie est désormais « romaine ». Ce caractère, utilisé en France depuis le milieu du 16e siècle, est beaucoup moins épais, plus rond et droit que le caractère gothique, ce qui rend le texte aéré et lisible.

Emploi du romain dans l’édition de 1555. (Toulouse, BU de l’Arsenal, Resp Pf XVI 3 bis)

Aucune gravures, lettrines, vignettes ni même bandeaux ne sont repris des éditions de 1515 ou 1517.

Les lettrines de l’édition de 1555 sont historiées et ornées de motifs végétaux. De petites vignettes, strictement décoratives, représentent des portraits en médaillons. L’ouvrage ne compte qu’une seule gravure plus grande en écho avec le texte, celle de saint Exupère, reprenant ainsi un motif également présent dans l’édition de 1517 mais dans une composition nouvelle.

Lettrines, portraits en médaillons et Saint Exupère dans l’édition de 1555 (Toulouse, BU de l’Arsenal, Resp Pf XVI 3 bis)

D’autres histoires de Toulouse seront publiées à la suite de celle de Nicolas Bertrand, notamment celles d’Antoine Noguier (1556), Guillaume Catel (1633), Germain de La Faille (1687, 1701), Jean Raynal (1759) et Jean-Baptiste-Auguste d’Aldéguier (1830, 1834 et 1835).

Nicolas Bertrand a ainsi été suivi par de nombreux historiens qui s’en sont inspirés mais qui l’ont aussi vivement critiqué. Jean Raynal dira dans son Histoire de la ville publiée en 1759 :

« Étienne Ganno7, Nicolas Bertrand, Antoine Noguier, qui vivoient à la fin du 15e siècle ou au commencement du 16e, & qui ont écrit les premiers l’histoire de la ville de Toulouse, l’ont si fort défigurée par un mêlange monstrueux de mensonge et de vérité, que tout homme judicieux lit avec défiance, ou rejette avec mépris ces ouvrages produits par la supercherie ou par l’ignorance »

Cependant ce jugement s’avère sans doute sévère pour un homme qui a composé une œuvre complexe et qui s’appuie sur des documents d’archives.

La BU de l’Arsenal (Université Toulouse Capitole) conserve un exemplaire de l’édition toulousaine de 1517 (incomplet de ses derniers feuillets) et un de celle de 1555. Ces deux volumes proviennent de la collection achetée en 1946 par la BU de Toulouse au bibliophile toulousains Fernand Pifteau (1865-1942). 


Pour en savoir plus

Tableau comparatif des trois éditions par Cyril Daydé (voir bibliographie ci-après)

Bastard-Fournié. Hagiographie et sainteté dans l’oeuvre de l’historiographe toulousain Nicolas Bertrand, dans : Hagiographie et culte des saints en France méridionale (XIII-XVe siècle). Toulouse : Privat, 2002, p. 175-203 [en ligne]

Cazals, Géraldine. La constitution d’une mémoire urbaine à Toulouse (1515-1555), dans : Écritures de l’histoire (XIVe-XVIe siècles). Actes du colloque du Centre Montaigne, Bordeaux 19-21 septembre 2002. Genève : Droz, 2005, p. 167-191

Daydé Cyril. L’Inquisition médiévale chez les historiographes méridionaux de la Renaissance, dans : Historiens modernes et Moyen Âge méridional. Toulouse : Éditions Privat, 2014. p. 331-365 [en ligne]

Delage, C. La Gesta Tholosanorum de Nicolas Bertrandi : éléments d’histoire religieuse, mémoire de maîtrise sous la direction de Michelle Fournié, Université de Toulouse-Le Mirail, 1995

Roschach, Ernest. Etude sur l’historien Nicolas Bertrandi, auteur des Gesta Tholosanorum, dans : Bulletin de l’Académie des Sciences, Inscriptions et Belles-Lettres de Toulouse, 1897-1898, p. 25-27 [en ligne]

Souchaud, Clémentine. L’objet-livre dans les éditions toulousaines du XVIe au XVIIIe siècles, mémoire de master 2 sous la direction d’Anne Perrin Khelissa Université de Toulouse-Le Mirail, 2015 [en ligne]

Vataire, A. de. Etude historiographique du « De Gestis Tholosanorum » : le regard de Nicolas Bertrand sur l’histoire de Toulouse en 1515, mémoire de maîtrise sous la direction de M. Fournié, Université de Toulouse-Le Mirail, juin 2001



Citer ce billet
Frédérique Laval (2023, 25 octobre). Écrire l’histoire de Toulouse : « Les gestes des Tolosains »  de Nicolas Bertrand. Estampilles et Pontuseaux. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ojgw

  1. Voir : Perny, Marie.” Les Annales manuscrites de la ville de Toulouse. Une mémoire urbaine monumentale”, dans : Histoire urbaine, vol. 28, no. 2, 2010, pp. 45-64 [en ligne] []
  2. L’étude de son père, Jacques, est située dans le quartier du Salin []
  3. Les huit capitouls sont élus pour un an, au mois de novembre, à partir d’une liste primitive de 48 candidats réduite ensuite de douze à huit. Ils représentent chacun, même s’ils n’y résident pas, un quartier ou partida (plus tard capitoulat) : six sont situés sur le territoire de la Cité (Saint-Etienne, Saint-Barthélémy, La Pierre-Saint-Géraud, la Dalbade, la Daurade et le Pont-Vieux) et deux occupent le Bourg (Saint-Sernin et Saint-Pierre-des-Cuisines). Voir : Barbusse, Grégory. Réseaux, pouvoirs et puissance des parentèles dans les familles de capitouls de Toulouse au 18e siècle, dans : Pouvoirs de la famille, familles de pouvoirs. Toulouse : PUM, 2020, p. 209-225 [en ligne] []
  4. Cette œuvre est insérée dans le Livre Blanc des Annales de Toulouse. AM Toulouse AA5, f 1-15 []
  5. Voir : Bastard-Fournié, Michelle. Hagiographie et sainteté dans l’oeuvre de l’historiographe toulousain Nicolas Bertrand, dans : Hagiographie et culte des saints en France méridionale (XIII-XVe siècle). Toulouse : Privat, 2002 []
  6. Bandeau : ornement décoratif (fleurs, motifs typographiques) placé en tête de la page et de forme rectangulaire. Un bandeau est dit historié quand il représente des êtres animés, des scènes religieuses, historiques ou de la vie quotidienne []
  7. Etienne de Gan []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search