Quatre livres de prix toulousains de la période révolutionnaire

L’été a longtemps été le temps de la distribution des livres de prix, destinée à récompenser les meilleurs élèves. Cet usage se développe à partir du XVIIe siècle, d’abord dans les collèges jésuites, et se généralise au siècle suivant. La plupart du temps, le nom ou l’emblème de l’institution d’enseignement qui attribuait le prix était alors doré sur les reliures des volumes offerts et un ex-praemio manuscrit ou imprimé précisait le nom du lauréat, le type de prix obtenu et la date. Lorsque ces livres étaient financés par des mécènes1, leurs armes étaient souvent estampées sur leurs reliures, parfois richement ornées, surtout au XVIIe siècle. La pratique des distributions de livres de prix ne disparaît pas à la Révolution.

Les BU toulousaines possèdent une vingtaine de livres donnés en prix sous l’Ancien régime, dont quatre seulement ont été donnés à Toulouse. Le plus ancien repéré  est un prix de récitation latine donné en 1653 à Pierre le Cler par les jésuites du collège parisien de Clermont. Financé par une rente accordée par Louis XIII, il porte ses armes sur la reliure.  De façon plus inhabituelle, on y trouve également quatre livres de prix de la période Révolutionnaire, tous toulousains, provenant de la collection Pifteau, achetée par la BU de Toulouse en 1946 (actuellement à la BU de l’Arsenal, UT Capitole). 

Ex-praemio daté de 1653
Livre de prix donné par le collège parisien de Clermont. Reliure aux armes de Louis XIII. (BU Arsenal, UT Capitole, Resp Mn 10033 ; Cliché Jacques Gloriès)

Un prix très patriotique offert par deux établissements toulousains issus de l’Ancien Régime

En juillet 1793, les deux principaux collèges toulousains issus de l’Ancien Régime – qui vivent alors leur dernières heures – ont donné en prix le même petit ouvrage. Il s’agit d’un livre hautement patriotique et tout récent : une édition de « poche » (6,5 x 11 cm) de la Constitution du 24 juin 1793, précédée de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen, publiée à Toulouse, chez la veuve Desclassan. Leur modestie contraste avec les prix donnés sous l’Ancien Régime (même si, avec le développement de cette pratique au XVIIIe siècle, beaucoup de prix étaient assez simplement reliés).

Prix du collège de l’Esquille

Le premier exemplaire porte une reliure en basane, où les mentions « Prix Collège de l’esquille »  et « Prix de 1793. L’ an 2 de la République française » ont été assez maladroitement estampées « à froid » (sans dorure) sur les plats . L’ex-praemio manuscrit indique : « Accessit [?] au […] prix [rem]porté par Jean Louis Joseph Lautar de Toulouse, écolier de la classe de seconde. En foi de quoi me suis signé ce 28 juillet 1793, l’an 2e 2… Pié préfet du college de l’Esquille ». Le lauréat est sans doute Jean Louis-Joseph de Lautar (1779-1873) né et mort à Toulouse, fils de Jean-François Etiennne de Lautar, conseiller du Roi au parlement de Toulouse.

Livre de prix du collège de l’Esquille, 1793
Acte constitutionnel, Toulouse…, 1793
(BU Arsenal, UT Capitole, Resp PF XVIII 561)
Livre de prix donné par le collège de l’Esquille, fin XVIIIe siècle (BU Arsenal, UT Captole, Res 43822)
Toulouse, Viallanes, 1791 (U Arsenal, UT Capitole, Resp Pf pl B 121-6)

Le collège de l’Esquille – ou Esquile3, fondé à Toulouse au XVIe siècle et installé rue des Lois, dans le “quartier latin ” de Toulouse, est transformé en collège d’enseignement par les capitouls en 1551. Ils en confient la gestion  aux pères de la Doctrine chrétienne à partir de 1655. Après 1789, il prend résolument le virage de la Révolution : tous les professeurs, sauf un, prêtent le serment civique de 1791, le collège participe aux fêtes révolutionnaires, et l’enseignement s’adapte aux temps nouveaux comme en témoigne, entre autres, cet exercice littéraire et patriotique dédié en juillet 1791 à la société des Amis de la Constitution par les élèves du collège. Après la dispersion des congrégations des pères en août 1792, un certain nombre d’anciens doctrinaires continuent à enseigner au collège comme Jean François Lignac, Marc-Antoine Durand, Bernardin – ou Bernard – Pié, qui est le signataire de l’ex-praemio présenté. Né en 1745 à Villefranche-de -Rouergue, il entre dans la congrégation en 1761, est membre du corps enseignant du collège au moins en 1791, recteur du collège en 1792, préfet des classes du collège en 1793 d’après divers autres documents. Le collège connaît alors une baisse d’activité, liée notamment à la diminution de ses revenus. Il compte encore 10 professeurs en 1793, mais beaucoup sont appelés à combattre aux frontières. Une expérience nouvelle est tentée en mai 1793 : un petit groupe d’enseignants dispense des cours publics et gratuits de type académique, sous le nom de “licée patriotique” (Cammas, Bénazet, Olléac…). Ce livre de prix, daté de juillet 1793, est l’un des derniers témoignages du collège :  la mobilisation générale d’août 1793, puis la suppression des collèges de plein exercice et des facultés le 15 septembre 1793 lui portent un coup fatal.4.

Prix du collège national de Toulouse

Ce livre de prix donné par le collège national de Toulouse ressemble beaucoup au précédent : même édition, même reliure modeste en basane, mais d’une teinte plus foncée, même type d’inscription à froid un peu maladroite sur le 2e plat « ” De part [sic]de la Haute Garonne collège national ” et ” Prix de 1793. L’an 2 de la République française “. Mais il ne comporte pas d’ex-praemio.

Livre de prix donné par le collège national de Toulouse, 1793 : Acte constitutionnel, Toulouse, 1794 (BU Arsenal, UT Capitole, Resp PF XVIII 561)
Livre de prix donné par le collège royal de Toulouse donné à la fin du XVIIIe siècle (BU Arsenal, UT Capitole, Resp Pf XVIII 449)

Le collège national, installé dans l’hôtel de Bernuy (emplacement actuel du lycée Pierre de Fermat), a brièvement pris la suite du collège royal de Toulouse, créé en 1764 pour remplacer le collège des jésuites, après la suppression de la compagnie de Jésus en 1762 (les professeurs sont alors des religieux et des laïcs). Comme pour le collège de l’Esquille, le collège reste actif pendant les premières années de la Révolution. Tous les professeurs prêtent le serment civique en 1791, seul le principal s’y refuse. Un nouveau bureau est nommé et le collège connaît une certaine stabilité : les 10 professeurs rétribués en 1793 sont presque tous issus de l’ancien collège royal. Mais les temps sont difficiles, notamment après la réquisition d’une partie de ses locaux en 1792 pour loger les soldats et la mobilisation des professeurs. Comme le collège de l’Equille, le collège national est supprimé en septembre 1793.

Des circonstances très particulières

Les circonstances particulières ayant conduit au choix de ce petit ouvrage pour la distribution des prix de l’été 1793 nous sont connues grâce à un article de Raymond Corraze5. Le financement des livres de prix étant devenu difficile, deux professeurs du collège de l’Esquille ont d’abord demandé l’aide des administrateurs de la ville pour continuer à distribuer à leurs meilleurs élèves « des couronnes propres à enflammer leurs désirs et exciter la passion et la gloire ». Puis, suite à une pétition commune envoyée à la ville le 4 juillet 1793 par le collège national et celui de l’Esquille, la ville attribue une somme de 300 livres par collège. Mais une députation d’élèves ayant décidé d’offrir cette somme aux familles indigentes des soldats envoyés aux frontières défendre la patrie, la municipalité décide finalement de remettre aux lauréats des couronnes de chêne et un exemplaire de la nouvelle constitution française, imprimée par la veuve Desclassan, imprimeur de la ville.

Deux livres offerts par un établissement nouveau : l’école centrale de la Haute-Garonne

En 1795, trois lois et décrets instaurent  une école centrale par département. À Toulouse, elle est inaugurée le 21 mars 1796, dans les locaux de l’ancien collège royal, et prend la suite de l’« enseignement national provisoire », organisé à partir de 1794 par le Directoire du département, sous la forme d’un institut désigné sous le nom de Paganel. Les écoles centrales dispensent un enseignement de niveau secondaire, comme les anciens collèges, avec quelques éléments relevant de l’enseignement supérieur. Les cérémonies de remise de prix renouent avec un certain lustre, à Toulouse comme ailleurs : de pompeuses festivités sont organisées à cette occasion et les reliures des livres offerts retrouvent leurs dorures.

Un “vieux livre” donné en prix

Reliure d’un livre de prix donné par l’école centrale de la Haute-Garonne, en 1799 (BU Arsenal, UT Capitole, Resp Pf XVIII 353)

Ce livre de prix offert par l’école centrale de la Haute-Garonne est formé de deux volumes in-8° reliés en basane, ornés de l’emblème de l’école doré sur leur deux plats, avec l’inscription “Ecole centrale de la H. Garonne. Rep. fra.”.  Cet emblème reprend le motif d’Athéna, qui personnifie alors la liberté et la République.  L’ex-praemio indique : “2e cours de langue ancienne 2e division 2e prix de composition adjugé au citoyen Nicolas Fauré en l’an VII de la République française” avec les signatures autographes des professeurs Picot de Lapeyrouse (Histoire naturelle), de l’abbé Carré (Belles-Lettres) et de Gratien d’Olléac (Mathématiques). Il s’agit du Dictionnaire de l’élocution française, du grammairien A. Demandre publié avant la Révolution, en 1769. Le compte-rendu de  la séance publique de l’école centrale du département de la Haute Garonnne, pour la distribution solennelle des prix   (Toulouse,1799), également conservé à la BU de l’Arsenal, semble permettre de dater cette remise de prix. Il décrit la cérémonie de remise des prix du 15 fructidor an VII (1er septembre 1799), avec le texte du long discours prononcé par Picot de Lapeyrouse, et donne la liste des lauréats. Nicolas Fauré y figure 2 fois,  mais pour des prix qui ne correspondent pas à ce qui est indiqué dans l’ex-praemio : un accessit de langue grecque, cours élémentaire, et un 2e prix de traduction latine, cours élémentaire, 2e division6.  L’hypothèse que ce livre ait été offert lors d’une autre distribution à une autre date de l’an VII pose également question : elle serait intervenue plus tôt dans l’année scolaire (l’an VII se terminant le 21 septembre 1799), et il est peu probable que le niveau de cours suivi par Nicolas Fauré ait été alors supérieur au cours élémentaire, même si le cursus des études n’était pas vraiment rigoureux à cette époque.

La note sur l’intérêt de cet exemplaire est de Fernand Pifteau, dont la collection a été achetée en 1946 par la BU de Toulouse

Un tome dépareillé donné en prix ?

La reliure du dernier livre de prix toulousain de l’époque révolutionnaire présenté est tout à fait semblable au précédent. Il ne comporte pas d’ex-praemio, mais une simple note, malheureusement non datée, rédigée peut-être par le récipiendaire :  « Livre obtenu pour le prix de la classe d’histoire par Bruno Rivaille »7. Il s’agit du troisième et dernier tome des Élémens de l’histoire d’Angleterre, par M. l’abbé Millot (on ne sait pas si le prix ne comportait que ce tome dépareillé). L’édition date de 1794 ; elle est donc alors plus ou moins récente puisque l’école centrale de la Haute-Garonne est supprimée en septembre 1804 et remplacée par le lycée, qui n’ouvre qu’en 1806.

BU Arsenal, UT Capitole, Resp Pf XVIII 569

La pratique des distributions de prix se poursuit et se développe au XIXe siècle, et perdure jusqu’aux années 1960, avec une apogée sous la IIIe République.8.

Pour en savoir plus

DEVAUX, Olivier. L’Enseignement à Toulouse de 1789 à 1830. Thèse de doctorat, histoire du droit, Université Toulouse 1, 1986

DEVAUX, Olivier. La pique et la plume : l’enseignement à Toulouse pendant la Révolution. Eché, Editions universitaires du Sud, 1988

COMPERE Marie-Madeleine, JULIA, Dominique. Les collèges français, 16e-18e siècles. Répertoire 1 – France du Midi. Paris : Institut national de recherche pédagogique, 1984. 768 p. (Bibliothèque de l’Histoire de l’Education, 10). En ligne

JULIA, Dominique. « Le livre de prix » dans Histoire de l’édition française. Tome II, Le livre triomphant. Paris, Promodis, 1990

LEFEBVRE, Céline. Le collège royal de Toulouse (1762-1792). Mémoire de maîtrise d’histoire moderne. Université Toulouse II Le Mirail, 1996.



Citer ce billet
Marielle Mouranche (2023, 31 août). Quatre livres de prix toulousains de la période révolutionnaire. Estampilles et Pontuseaux. Consulté le 2 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ojgv

  1. désignés par le terme savant d’agonothètes []
  2. La formulation de la date peut surprendre : d’après le calendrier révolutionnaire, l’an 2 de la République ne débute que le 22 septembre 1793 ; mais en juillet 1793, ce calendrier n’était pas encore entré en vigueur ;  dans cet exemple, l’an 2 de la République commence sans doute au 1er janvier 1792 []
  3. son nom vient de l’occitan esquila qui signifie petite cloche []
  4. La date de novembre 1792 est souvent mentionnée à tort comme date de suppression du collège []
  5. “L’Esquile collège des doctrinaires (1654-1792)”, Mémoires de l’Académie des Sciences, inscriptions et belles lettres de Toulouse, 12e série, tome XVI, 1938,, p. 248 []
  6. A noter que sur cette liste, seuls les “cours élémentaires” comportent des divisions []
  7. il ne figure pas dans la liste des prix distribué le 13 fructidor an VII []
  8. on trouve également dans les collections des BU toulousaines des livres de prix de cette période []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search